Fictionneuse-Amoursucre
Profile

Fictionneuse-fr-AS

Une fictionneuse française qui fait des fan-fic...

    Ça fait longtemps que j'ai pas parlé à la Suicidaire ♥... Elle me manque QwQ (Yesterday at 1:53 PM)

  • 9665 visits
  • 298 articles
  • 2677 hearts
  • 8922 comments

Chapitres 11/03/2017


Fan-Fiction Amour Sucré 1

Saison 1 :                                                    Saison 2 :                                        Saison 3 :

Chapitre 1                                              Chapitre 22                                     Chapitre 41
Chapitre 2                                              Chapitre 23                                     Chapitre 42      
Personnages propre à l'histoire          Chapitre 24                                     Chapitre 43
Chapitre 3                                              Chapitre 25                                     Bonus      
Chapitre 4                                              Chapitre 26                                      Chapitre 44
Chapitre 5                                              Bonus : Personnage de l'Elite       Chapitre 45 
Chapitre 6                                              Chapitre 27                                     Chapitre 46
Bonus                                                      Chapitre 28                                        Chapitre 47
Chapitre 7                                              Chapitre 29                                      Chapitre 48
Chapitre 8                                              Chapitre 30                                    Chapitre 49
Chapitre 9                                              Chapitre 31                        
Personnage propre à l'histoire #2       Chapitre 32                                      
Chapitre 10                                               Chapitre 33                                          
Chapitre 11                                            Chapitre 34                        
Chapitre 12                                            Chapitre 35                
Chapitre 13                                            Chapitre 36                  
Chapitre 14                                            Chapitre 37               
Chapitre 15                                            Chapitre 38             
Chapitre 16                                            Chapitre 39            
Chapitre 17                                            Chapitre 40                 
Chapitre 18                                                      
Chapitre 19                                                     
Chapitre 20
Personnage propre à l'histoire : l'Elite                                                         
Chapitre 21                                                                    

Fan-Fiction Amour Sucré 2

Saison 1 :

Chapitre 5
%UDFC1%UDFC1

OS/BONUS

Bonus inutiles


Choco's diary

Page 4 

Les instants anecdotes

L'instant anecdotes #2 : La capacité de concentration de Choco


Bande son (NE LIRE QU'APRES AVOIR TOUT LU !!!)

Tags : Chapitres

Personnages propre à l'histoire 25/02/2017

Kate OWEN
 
Personnages propre à l'histoire

Prénom : Kate (Izumi et Ruby)
Nom : OWEN
Parents : ????
Frères et soeurs : ???
Age : 18 ans
Origine : Anglaise et Japonaise
Physique : - Cheveux longs et noirs
                 - Yeux violets
                 - 1m76
                 - 55kg
                 - Tatouage Phoenix noir sur                       épaule gauche.
Aime : Sa famille, chanter, l'honnêteté
Déteste : Se mettre en colère, les dragueurs, les groupies hystérique du chanteur Bryan O.
Personnalité : Kate est une fille gentille avec les gens qu'elle apprécie un minimum mais l'insulter une fois pourrait vous coûter la vie. Elle peut très vite changé d'humeur. Quand elle s'énerve, ce n'est jamais un petit peu, c'est toujours dans les extrêmes. Elle n'a pas peur de salir ses vêtements, même pas avec du sang. Malgré ça c'est une grande romantique, mais philophobe car elle a déjà bien souffert en amour. C'est une excellente amie toujours prête à aider les autres au dépend de sa propre vie. Elle est très mystérieuse sur son passé et très jalouse.


John HILBIRD


Personnages propre à l'histoire

Prénom : John (François)
Nom : HILBIRD
Parents : Marc HILBIRD et Mia CHAMPS(morts)
Frères et soeurs : ???
Epouse : Maria ?????
Age : 67 ans
Origine : Anglais et Français
Physique : - Cheveux courts et blancs (avant bruns)
                 - Yeux marrons
                 - 1m88
                 - 75kg
Aime : Le thé, la politesse, aider les autres, la famille OKUDA
Déteste : Qu'on s'en prenne à un OKUDA, l'arrogance, l'hypocrisie.
Personnalité : John HILBIRD est quelqu'un de très noble mais né dans un milieu pauvre. Il a beaucoup été aidé par Reina OKUDA et Kazuo OKUDA et s'est pour cela qu'il aime aider ceux qui en ont besoin. Etant énormément reconnaissant à la famille OKUDA, il aide beaucoup Kate. Très généreux, il est également le plus grand apport financier de l'école Sweet Amoris mais malgré son immense amabilité, si on s'en prend à Kate, il n'hésitera pas à stopper ses donations.




Les autres personnages viendront plus
tard, quand on les découvrira ^^

「Chapitre 3」 07/03/2017

Fin du chapitre 2 :
 
Je n'osais pas interrompre monsieur HILBIRD dans son monologue car......il avait raison.
Depuis quelques temps, mourir m'importait peu.. Ma vie ? Je m'en fichais ! Penser à moi. Est-ce qu'un jour j'y ri-arriverais ?

Point de vue de Kate


L'après midi, je suis retournée au lycée. Je n'avais toujours pas de réponses à mes questions.
La journée me sembla...bizarre....enfin, Rosalya me semblait bizarre. Elle qui m'a sauté dessus alors qu'elle ne me connaissait pas, là, elle m'ignore complètement. Sympa la reconnaissance ! Non pas que ça me dérange, je n'aime pas qu'on s'attache à moi, mais bon, fait pas comme si tu me connaissais pas !

Professeur : Bon, mademoiselle Kate, vous rêvez !?
Moi : C'est quoi votre problème dans ce bahut ?
Professeur : Je vous demande pardon ?
Moi : Quand on fait du bruit, vous nous dérangez et quand on fait rien et qu'on dérange personne, vous venez encore nous emmerder !

Le professeur inspira un grand coup, j'avoue être insolente mais là, je suis à bout.

Professeur -se calmant- : Bref ! Mademoiselle Kate, auriez vous l'amabilité d'emmener mademoiselle Rosalya à l'infirmerie ?

Je lança un regard à Rosalya qui détourna le sien.

Moi : Avec plaisir !
Professeur : Bien, merci.

Je partis dans le couloir, attendant que Rosalya vienne aussi. Elle passa la porte et se dirigea vers les escaliers.

Moi : Qu'est ce que t'as ?
Rosalya : Un peu mal à la tête.
Moi : Mais non idiote ! Avec moi !
Rosalya -mal à l'aise- : Qu-quoi ?
Moi : Fais pas l'idiote je HAIS ça ! D'abord, alors que tu ne me connais même pas, tu me sautes dessus et là, alors que je t'ai accueillie, tu m'ignore comme une ingrate, j'ai bien le droit d'avoir une réponse.
Rosalya : Non....non, rien je...je t'assure...
Moi -perdant mon sang froid- : BORDEL ROSA !

Rosalya sursauta comme une dingue, j'en suis désolée mais là c'est vraiment trop ! Ça suffit de me prendre pour une idiote !

Rosalya : Je.....sais juste que....
Moi : Que quoi !?
Rosalya : Je peux te poser une question ?

Je vis son visage devenir sombre, qu'est ce qu'elle a ? Je ne fis qu'acquiescer de la tête.

Rosalya -hésitante- : Pourquoi t'as une arme chez toi ?

Je ne sais pas si elle le voyait, mais dans la cage d'escalier sombre où on était, mon visage s'éclata. J'étais décomposée, qu'est ce que je pouvais lui répondre.

Moi : Je....je

Je ne vais pas lui demander comment elle le sait, c'est de ma faute, j'aurais pas dû la laisser dans le salon. Soudain, j'eu le réflexe le plus con de ma vie ! En moins de deux secondes...j'étais morte de rire.

Rosalya : Je peux savoir ce qu'il y a de drôle ?
Moi : Non mais tu crois quoi ? Que je suis une assassin ou un truc comme ça ?
Rosalya : Je.....
Moi : C'était l'arme de mon grand père ! J'en ai hérité, c'est tout.

Je sentis un lourd poids partir, la libérant.

Rosalya- soulagée- : Tu dois me prendre pour une idiote...
Moi : Pas du tout ! C'est normal de douter.

Rosalya m'envoya un sourire heureux, si jamais elle savait... Je conduis Rosalya à l'infirmerie, au même moment, la sonnerie retentit et mon portable également par la même occasion. Bordel, ils veulent pas me laisser respirer ici ! Je jeta un coup d'½il à mon téléphone, et vis "Ryo SAKAWA", le nom, que je ne voulais ABSOLUMENT pas voir. On s'en fout du cartable, je partis direct m'isoler dans un coin de la cour, répondre à son appel. Si je ne le fais, je suis morte !
Je répondis, fébrile, à son appel :

Moi : Âllo....
Ryo : Ah, ma chère petite Kate. Je pensais que tu ne voulais pas me répondre. Ça me faisait de la peine.
Moi : Qu'est ce que tu veux Ryo !? J'te rappelle que j'ai cours moi !
Ryo : Tu t'énerves chérie. Tu n'es pas venue me voir depuis un bon moment, je me suis dis que j'allais prendre des nouvelles.
Moi : Arrête de faire le con bordel ! Qu'est ce que tu veux !? T'as encore eu des problèmes avec un mec, tu veux que j'm'en occupe !?
Ryo : Non, laisse tes armes se reposer un peu. J'ai plus trop de victime pour toi.
Moi -sceptique- : Alors pourquoi tu m'appelles !?
Ryo : Je te l'ai dit, je prend juste des nouvelles.
Moi : RYO ! Je te connais ! Quand tu m'appelles, soit c'est pour me "demander" un meurtre, soit pour un autre service.
Ryo : Tu me connais bien..J'ai besoin que tu surveilles un certain Marc EBIEL, je le soupçonne d'être l'amant de ma copine.
Moi : Et si il l'est, qu'est ce que je fais ? Je t'en informe ?
Ryo : Non, pas besoin de me prévenir, si tu découvres ne serait ce qu'UNE preuve...tu le tues !

Ces mots....sensés me faire un pincement au c½ur, là ne me faisait plus rien. Comme si une immense lassitude venait de m'envahir.

Moi : Très bien...

Je raccrocha sans le laisser dire quoi que se soit. Venu prendre de tes nouvelles, tu parles !
Je resta un certain moment à fixer mon téléphone....et si je l'appelais ? Je composa lentement son numéro de téléphone avant d'apporter, à nouveau, le téléphone à mon oreille. Les "bip" se firent de plus en plus présent, soudain, mon visage s'éclaira. Quelqu'un venait de décrocher.

Moi -pressée- : Bryan !
??? : .................je.....

La personne raccrocha à la minute. C'était sa voix.....c'était la voix de Bryan..... Après 40 000 appels, il venait enfin de répondre.....et j'ai rien pu lui dire... Je retins mes larmes qui voulaient s'enfuir. J'allais hurler quand je sentis une main se poser sur mon épaule droite. Je me retourna brusquement.

Moi : QU...Oh, salut Lysandre !

C'est dingue, ce mec arrive à me calmer instantanément.

Lysandre -me tendant mon sac- : Tu l'avais oublié.
Moi -le saisissant- : Oh...merci
Lysandre : Est ce que ça va Kate ? Tu es toute pâle.
Moi -faussant un sourire- : Quoi ? Non, ne t'en fais pas, je vais très bien !

Le soir

Une fois rentrée du lycée, je m'affalais sur mon lit et me saisis de mon ordinateur portable. Généralement, mes victimes sont des gens assez "connus", je vais donc sûrement trouver des informations sur internet. Je tapais donc dans le moteur de recherche "Marc EBIEL" et tomba sur plusieurs liens. En cliquant sur chacun d'entre eux, je n'appris pas grand chose. Il travaille dans une société humanitaire, il a seulement 23 ans, vient d'une famille fortuné et à temps partiel, est bénévole dans un orphelinat. Pour la première fois, depuis que j'ai été engrenée dans cette mascarade, j'ai vraiment eu un pincement au coeur. Au début, c'était du dégoût de la mort. Après, je me suis habituée, plus aucun sentiment envers mes victimes. Mais là, ma proie n'était pas comme les autres cibles de Ryo, ce n'était pas un homme véreux et présomptueux, cette fois, cela semblait être un homme profondément bon. Pour la première fois, j'allais assassiner, un homme....bien. J'espérais alors qu'il n'est pas de relation avec la copine de mon "boss".

Le lendemain

Cela faisait une heure que j'attendais devant "BOKLOOS", l'orphelinat où ma cible travaillait à temps partiel. Après tant de temps à attendre, je le vis sortir avec une volcanique jeune femme, qui n'était d'autre que la petite amie de Ryo. Je les vis s'embrasser langoureusement, maintenant c'est sûr, ils sortent ensemble. Désolée monsieur EBIEL, mais vous être désormais une proie et moi la prédatrice. Je rentra dans l'orphelinat  et me dirigea vers une vielle dame.

Moi : Excusez moi madame, est ce que Marc EBIEL est encore là ?
Vieille dame : Oh jeune fille, appelez moi Suzanne, heum...oui, il me semble qu'il est encore dans sa salle.
Moi : Où se situe t-il ?
Suzanne : Première porte du troisième étage en sortant de l'escalier quatre.
Moi : Très bien, merci Suzanne.
Suzanne : Mais de rien.

Je me dirigea donc vers cet pièce, si elle m'a indiqué cette pièce, s'est qu'il à l'habitude de travailler ici, une sorte de "bureau". Je regarda la porte "Marc EBIEL", bien, il est donc le seul à travailler dans cette pièce, personne d'autre à l'intérieur. Ce n'est qu'un bénévole, la porte n'est donc sûrement pas fermé à clé. Je tourna la poignée....BINGO ! De toute façon, ça n'aurait pas été la première fois que je crochète une serrure. J'entrais dans le bureau et il me fallu à peine deux minutes pour voir tout ce dont j'avais besoin. Une photo de lui et Iliana, son numéro de téléphone inscrit sur un papier avec écrit "pour Iliana", symbolisant qu'ils sortaient ensemble depuis peu, et un prospectus semblant fort intéressant que je pris mais ne lus pas, il faut que je sorte au plus vite. Je quitta l'orphelinat, lassée, c'était facile, trop facile. J'ai sûrement l'habitude. En dehors du bâtiment, je lus le papier qui, effectivement, est très intéressant ! Ce soir, soirée mondaine, organisée par sa famille pour une collecte de fond pour financé un hôpital. Je sais désormais ce que je dois faire. J'appela la personne qui allais mettre mon plan en route.

Moi : Allô, monsieur HILBIRD ? J'ai besoin que vous m'aidez. Envoyez moi 20 000 euros en liquide, avant ce soir.

Le soir même.

Robe de soirée, maquillage sophistiqué et talon aiguille. C'est bon, je suis prête à mettre mon plan à exécution. Après avoir remis une mèche de cheveux derrière mon oreille, je m'approcha du bodyguard gardant la porte.

Moi : Bonjour.
Garde : Bonjour, votre nom ?
Moi : Kate OWEN.

Il regarda sa liste.

Garde : Désolé, vous n'êtes pas sur la liste.
Moi : Je sais mais...

Je me cambra, lui laissant une jolie vue sur ma poitrine, et ouvris mon sac rempli de liasse de billet.

Moi : .....je suis sûre que vous pouvez faire en sorte que j'y sois.
Garde : En....entrez.
Moi -rentrant- : Merci.

Tssss, tous les mêmes. Les hommes ne pensent qu'à satisfaire leurs libidos dès qu'une poitrine volumineuse se pose devant leurs yeux.
La soirée passa, et quelques heures après, le premier rouage de mon mécanisme se présenta devant moi. Marc EBIEL vint me parler.

Marc : Bon...bonjour, je m'appelle Marc EBIEL.
Moi : Enchantée, moi s'est Kate.
Marc : Enchanté, je....je ne sais pas quoi vous dire...je...
Moi : Heum, est ce que ça vous dérangerez qu'on marche un peu, je me sens étouffée entre tout ses gens qui ne parlent que d'argent.
Marc : Avec plaisir.

Marc m'entraîna dans les jardins, il ne cessait de me dire qu'une femme comme moi, de la bourgeoisie, qui n'aime pas les hypocrites véreux parlant d'argent, était exceptionnelle. Si seulement il savait que j'étais tout, sauf une bourgeoise. Il parlait de l'hôpital qu'il voulait construire, il était si......passionné. Plus on discutait, plus j'avais dû mal à me dire que j'allais bientôt le tuer. Il n'était pas comme toute les autres victimes que j'ai eu.

Marc : .....je n'y crois vraiment pas. Vous êtes exceptionnelle d'avoir apporté autant d'argent.

Perdue d'en mes pensées, je ne répondis que d'un sec <<de rien>>. Il continua à parler de son projet d'hôpital, c'est homme est quelqu'un de bien.....de purement bien. Je m'avança un peu plus, lui un peu derrière. C'est bon, nous sommes dans le fond des jardins, loin des invités.

Marc -très enjoué- : En tout cas c'est merveilleux ! Tout ces gens qui donnent pour cet hôpital !
Moi -me stoppant- : Oui "merveilleux", dommage que vous ne pourrez jamais assister à l'inauguration.
Marc : Co-comment ça ?
Moi : Vous allez crever !

Je me retourna violemment et dégaina mon arme à feu.

Le visage du vingtenaire se décomposa.

Marc -terrifié- : Une....une arme à feu....
Moi : Bien joué Sherlock, d'ailleurs la balle qu'elle va lancé, va être la dernière chose que vous verrez de près.

Je tendis mon bras armé et posa ma jambe droite devant moi, prête à tirer, mon index caressait la détente. Soudain, le jeune riche se mit à verser quelques larmes.

Marc -en larmes- : Pour....pourquoi moi ? Qu'est ce que......j'ai fait de mal....?
Moi : Vous voulez vraiment le savoir ? Vous sortez avec la nana de mon patron et c'est de ma mission de vous empêchez de récidiver.
Marc : I-Iliana...
Moi : Exactement.... C'est pas très gentil de voler la copine des autres monsieur c½ur d'or...
Marc : E....e...elle....était en couple....

Cette fois ci, je vis son visage déglutir de peine. Ce n'était plus le fait d'être sur le point de mourir qui l'achevait, cette fois, c'était de savoir que celle par qui il croyait être aimé lui mentait.
Ses jambes tremblaient, il fit un pas en avant, deux pas en arrière, un pas en avant, trois pas en arrière. Plus il avançait vers son futur, plus il reculait vers les bas fond de sa vie. Il tomba au sol, désemparé, effaré, dégoûté. Pour la première fois, depuis le début, des larmes vinrent perler à mes yeux. J'aurais dû refuser la mission, c'est moi qui serais morte mais au moins, Ryo n'aurait trouvait personne d'autre que moi pour abattre Marc. Je serais morte mais pour quelqu'un de bien, là, je vais tuer quelqu'un de bien pour un enfoiré de première catégorie. Je suis une louve affamée devant un mouton tout ce qu'il y a de plus normal et qui pourtant, pour moi, ressemble à un loup aussi. Comparé à tout les autres moutons que j'ai dû tué car ils avaient réellement commis des crimes : meurtres, vols, viols, cette fois si le seul crime de ma proie.....est d'être tombé amoureux de la mauvaise femme. Je viens de le briser mentalement, vais je avoir la force de le briser physiquement. Mais peut etre qu'après cette révélation, il ne veut plus vivre, que dois je faire ? J'allais parler quand il le fit avant.

Marc -au sol, le regardant- : Peut etre que c'est le karma qui vient enfin faire son apparition.

Le karma !?

Moi -baissant mon arme- : Comment ça ?
Marc : Il y a trois ans....je suis sorti avec une fille, je l'ai trompé et quand elle l'a appris, elle a juré dans parler à tout le monde. Un symbole d'adultère venant d'un héritier comme moi était impensable, alors je l'ai faite taire.
Moi -le repointant avec mon arme- : Comment ?
Marc : Je lui ai fait vivre un enfer, lui faisant croire que je l'aimais encore pour la relâcher lâchement au moment où son père étai mourant. Là, elle était faible, tellement faible qu'elle ne pouvait même plus essayer de sa battre contre moi. Finalement, tout ce qui m'arrive, je le mérite. Alors même si je ne suis qu'un sale énergumène, rendez moi un service. Tirez moi une balle qui me tuera net sans douleur.

Je m'accroupi à sa hauteur. Nos visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

Moi : Est ce que vous voulez vivre ?

Il releva la tête vers moi surpris, les yeux embués de larmes.

Marc : Evidemment que je veux vivre.....mais est ce que je le mérite ?

Je ne pus me retenir, je lui colla une gifle lui laissant une marque d'un rouge flamboyant.

Moi : Bien sûr que tu le mérites ! Tu as rejeté une fille au moment où elle était faible ? Whoua ! Tu es un monstres ! Bordel de merde, moi ça fait 4 ans que je m'occupe de sale race alors ne te met surtout pas au même stade de ces fils de chien ! Je sais quand les gens mentent, et à ce que je vois, toi, tu a déjà épié tes"crimes" ! Tu as profondément changé, tu es quelqu'un de bien.
Marc : Alors....vous me laissez ?

À sa question, je tourna en rond toujours armée.

Moi : Mais je peux pas ! Même si je voulais je pourrais pas !

Soudain, j'eu une idée.

Moi : Qu'est ce qui te retiens en France ?
Marc -surpris de ma question- : Quoi ?
Moi : J'ai dit : qu'est ce qui te retiens en France ?
Marc : Maintenant que je sais qu'Iliana m'a menti....rien.
Moi : Quitte le pays !
Marc : Quoi ?
Moi : Ne pose pas de question, soit tu meurs, soit tu quittes le pays !
Marc : Mais....mais je ne sais pas où aller.

Je lui balança à la figure une carte.

Moi : Va voir cet homme, dit lui que tu viens de moi et disparais ! Tu as 3 heures pour être dans un avion qui t'emmènera loin. Ne préviens pas Iliana, ne préviens pas tes proches, laisses leur juste un mot très vague.

Sans le laisser répliquer, je tourna les talons.

Marc : Kate !
Moi -sans me retourner- : Quoi ?
Marc : Merci !
Moi : Tsss.

Je quitta la résidence de luxe et me dirigea vers une ruelle sombre. Toujours en tenue sexy je risque de me faire violer mais rien à foutre. Je composa le numéro de Ryo. Cette fois, je vais devoir sortir mon meilleur jeu d'actrice pour lui faire croire que Marc est mort. Jouer la petite bourgeoise devant la famille EBIEL et leurs invités n'était rien par rapport au fait de jouer la parfaite tueuse devant Ryo. Même au téléphone, je m'apprête à, pour la première fois, mentir à plus fort que moi. S'il apprend que Marc EBIEL n'est pas mort, c'est moi qui mourais.

Tags : Chapitre 3 - Kate OWEN ♥ - Fan-fiction - Amour sucré - Amour Sucre Fan Fiction - Marc EBIEL - Ryo - Iliana - Amour - meurtre - amitié - tristesse - souvenir - colère - mensonge - Monsieur HILBIRD - Lysandre - Rosalya - Castiel - Secret

「Chapitre 4」 13/03/2017

Fin du chapitre 3
Je quitta la résidence de luxe et me dirigea vers une ruelle sombre. Toujours en tenue sexy je risque de me faire violer mais rien à foutre. Je composa le numéro de Ryo. Cette fois, je vais devoir sortir mon meilleur jeu d'actrice pour lui faire croire que Marc est mort. Jouer la petite bourgeoise devant la famille EBIEL et leurs invités n'était rien par rapport au fait de jouer la parfaite tueuse devant Ryo. Même au téléphone, je m'apprête à, pour la première fois, mentir à plus fort que moi. S'il apprend que Marc EBIEL n'est pas mort, c'est moi qui mourais.


Une fois arrivée, je m'attacha les cheveux en une queue de cheval, l'enroulant un maximum pour qu'elle soit la plus petite possible. Je hais avoir les cheveux détachés, je ne sais même pas pourquoi là je l'ai fait d'ailleurs. Bref, je m'écrasa lourdement sur mon lit, Ryo avait cru en mon mensonge, j'espère que Marc est allé voir monsieur HILBIRD comme je lui ai dit, sinon on est tout les deux morts ! Je me mis de côté, me laissant voir mon mur blanc pas encore décoré. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que rien de bien ne va m'arriver bientôt. Soudain, je reçu le message de quelqu'un, j'espère que c'est un message de monsieur HILBIRD, même si j'en doute car lui ne sais qu'appeler. Je regarda le message qui venait de s'afficher sur mon écran de téléphone :

<<De : Numéro inconnu
Un jour, il faudra te faire à l'idée que tu as besoin d'être entourée et aimée.
Tu ne vas pas pouvoir rester seule toute ta vie.
Accepte un peu d'être aimée>>


Je resta figée devant ce message, d'où se permet elle de me dire comment gérer mes sentiments. Mais....elle a raison, je refuse de m'attacher aux gens.....je refuse surtout qu'ILS s'attachent à moi... C'est sur ce tourment intérieur que je m'endormis.





Le lendemain
Point de vue de ???

Ma vie est comme un jeu, un jeu dangereux que j'ai d'abord commencé par plaisir et que je continue pour LEUR plaisir. Sur ce jeu, je suis seule sur une case en bois peu solide. Au bord de cette case, il y a une petite allée faisant pile ma taille. Celle-ci est entourée de ronces. Si je reste droite comme un piquet et que je marche tout droit, tout ira bien. Si je relâche les épaules et laisse les épines me toucher, je perd le peu de liberté qu'il me reste. Ce jeu est dirigé par mon métier. Mon métier ? Je suis mannequin.
Dans mon lycée, je me sens seule et rejetée, tout le monde me pense hautaine et narcissique à cause de mon métier dans le mannequinat, mais j'ai pas l'impression de l'être.
J'envoya un message à la seule amie que j'ai et qui, elle aussi est rejetée par les autres élèves. Même si elle arrive quand même à avoir au moins un bonjour.

<<À : Eloïse
C'est toujours okay, pour aujourd'hui ?>>




Fin du point de vue d'Elisia
Point de vue de Eloïse

Je préparais le petit-déjeuner que j'amena dans sa chambre.

Moi : Tiens.
Maman : Merci ma chérie, tu es un amour !
Moi : Y'a pas de quoi ! Du coup tu vas faire quoi aujourd'hui ?
Maman -commençant son petit déjeuner- :  Je ne sais pas trop, je sais que j'ai un casting à faire passer à la place de Julia mais après je sais pas. Je te raconterai ce que j'ai fait ce soir ma puce.
Moi : Ok, bon moi je vais me préparer.

Je commença à quitta la pièce quand ma mère m'interpella.

Maman : Ma chérie, tu es sûre que tu auras le temps d'emmener Stella à l'école ?
Moi -avec un grand sourire- : Mais oui ! T'en fais pas.

Je quitta sa chambre et me rua dans la mienne. Je regarda mon réveil, 7H45, déjà !? Bordel, je me suis réveillée tard moi ! Je ne regarda pas le message que je venais de recevoir, je m'habilla en vitesse et couru dans la chambre de ma petite soeur.

Moi : Stella, tu es prête ?
Stella -sautillante- : Oui !
Moi : Super !

J'emmena Stella à son école, parla un peu avec sa maîtresse, puis je réalisa que comme une idiote je n'avais pas pris mon sac. Je dû donc vite retourner à la maison, répondre aux questions de ma mère et courir à toute vitesse vers mon lycée. À cause de mon métier, je vais rarement en cours, tout comme mon amie Elisia. Ça fait désormais deux mois que je ne suis pas allée en cours, je ne veux pas être en retard aujourd'hui. Je regarda mon téléphone et réalisa que c'était foutu ! Il est 8H15.
Fin du point de vue d'Eloïse
Point de vue de Kate

Le prof de math allait commencer son cours, quand quelqu'un frappa à la porte. Rosalya, à la demande du professeur, ouvra la porte. Une jeune femme rentra, les retards étaient habituels, surtout avec Castiel dans la classe. Mais là, bizarrement, c'était une élève que je n'ai jamais vu et qui fit un retard perturbant la classe. J'entendis des bribes de conversations, cette fille ne devait pas être très aimée vu que j'entends des phrases du style :

<<Madame, se croit tout permis, elle se permet d'arriver en retard alors que ça fait deux mois qu'elle est pas venue.>>
<<La conne est revenue !>>
<<Pfff, elle m'avait pas manqué celle la !>>

Je ne sais pas ce que cette fille a fait mais ça doit être assez marquant. Les insultes ne cessaient de fuser à son égard et la jeune fille semblait habituée puisqu'elle baissa la tête sans réagir. Le professeur la regarda tristement. D'un coup, un gros livre de science lui fonça dessus, la belle rousse faillie tomber mais se rattrapa à une table en gémissant de douleur. Les deux élèves à la table la soutenant, Ambre et un de ses chiens, saisirent leur table et firent un grand mouvement en arrière pour qu'elle la lâche, ce qui cette fois, ne manqua pas de la faire tomber. La nouvelle venue poussa un léger cri de douleur. Le professeur l'aida à se relever et jeta un regard noir aux élèves. Mais bordel il est con ? Pourquoi il dit rien !? La roussette caressa l'endroit où le livre l'avait percuté. Le professeur prit un ton mauvais et commença à s'adresser à nous :

Professeur : Bon, chers élèves. Comme vous le voyez votre chère camarade Elisia est de retour aujourd'hui après quelques mois d'absences dû à sa carrière.

Elle baissa à nouveau la tête pour ne pas voir les regards méprisants des autres élèves.

Professeur -insistant sur chaque mots- : J'espère que vous lui offrirez un retour accueillant.

De ce que je vois, c'est pas gagné monsieur l'prof ! Elle commença à faire quelques pas pour aller à sa place mais tout le monde se retourna vers la porte quand une jeune fille couru dans la salle.
Tellement prise dans sa vitesse, elle percuta une étagère et tomba au sol, les élèves ne cessèrent de rire d'elle. C'est quoi leur problème dans cette classe !? La certaine Elisia couru vers elle pour l'aider à se relever.

Elisia -paniquée et lui tendant une main- : Elo', est ce que ça va ?

「Chapitre 4」
Prénom : Elisia (Marie-Rose)

Nom : HOLO
Parents : Tayson HOLO et Maeva SKITTLE
Frères et soeurs : ???
Age : 17 ans
Origine : Française et Grecque
Physique : - Cheveux roux (presque rouge)                            - Yeux bleus clairs océan
                  - 1m74
                 - 43kg
Aime : Ecouter de la musique, le calme, la mode

Déteste : Sa classe et sa mère
Personnalité : Elisia HOLO est une jeune femme dotée d'une grande beauté qui lui a valu un poste dans une agence de mannequinat. Pour raison inconnue, sa classe la déteste et la martyrise. Dans sa classe, elle ne parle qu'à Eloïse, une jeune chanteuse qu'elle a rencontré sur un plateau de télévision. Elisia déteste sa mère sans que personne ne sache la raison. Son père est partie quand elle avait 16 ans.



"Elo ?" : Ça va, ça va. T'en fais pas Eli !

「Chapitre 4」

Prénom : Eloïse (Connie, Mina)
Nom : MARELANDE
Parents : Steve MARELANDE et Louise MIGUAN
Frères et soeurs : Stella MARELANDE
Age : 16 ans
Origine : Française
Physique : - Cheveux bleus turquoise (à la base                                                                       blonds)                                                                                                                - Yeux verts émeuraude
                                                                                                           - 1m57
                                                                                                           - 47kg

                                                                                                           -3 papillons tatoués sur le cou
Aime : Chanter, jouer avec sa petite soeur, la culture japonaise, ses parents, cuisiner (même si elle est nulle)
Déteste : Pleurer, les couleurs fades et ne rien faire.
Personnalité : Eloïse MARELANDE est une fille pleine d'énergie. Ayant participé à une émission de chant quand elle avait 8 ans, elle est désormais chanteuse. Même si elle adore son métier, elle peut rarement aller en cours, ce qu'elle adore. Elle adore voir des gens, et ne réalise pas toujours qu'ils se moquent d'elle. Même si elle est très naïve et (extrêmement) maladroite, elle n'en n'est pas moins, très intelligente. Ce qui l'a déjà fait sauter deux classes. Elle ne déteste personne, ce qui désespère certain de ses proches lorsqu'elle se fait marcher sur les pieds. Fille très énergique aimée de beaucoup.

Professeur : Eloïse, est ce que ça va ?
Eloïse -se relevant grâce à Elisia- : Oui, oui ! Ne vous en faîtes pas monsieur. Juste une petite chute.
Un élève -criant- : Toujours aussi maladroite cette Eloïse !

Toute la classe éclata de rire, même Eloïse laissa échapper un petit rire naïf. Elisia regarda la classe avec un regard mauvais, voyant bien qu'il s'agissait plus de la moquerie que de la boutade.

Professeur -en montrant une jeune fille à natte rousse- : Eloïse, va t'asseoir à côté d'Iris. Quant à toi Elisia...
Elisia : Je peux m'asseoir à une table seule s'il vous plait ?

Pendant qu'Eloïse sautilla vers sa place, le professeur regarda Elisia d'un air compatissant. Je sens qu'il avait envie d'empêcher ça.

Professeur : Comme tu veux mais...
Elisia : Merci...

Elisia traîna les pieds vers la seconde et dernière table seule, la première étant prise par moi. Pendant que ,lentement, elle y allait; elle évitait les croches-pieds lui étant destinés mais se prenait des stylos, des crayons et quelques cahiers sur la figure. Cette scène me mit hors de moi, mais qu'elle bande d'abruti, franchement, je ne sais pas ce qui m'empêche de tous leur casser la figure ! Mais ce qui me choque le plus, c'est cet abruti de prof, non mais il est sérieux de rien dire comme ça !?
Le cours se déroula lentement mais sûrement. Malgré son apparence, la certaine Eloïse était très intelligente, j'appris, en écoutant des morceaux de discussions, qu'elle avait sauté deux classes. Comme quoi, méfiez vous des apparences. Pendant que la jeune bleue répondait avec une facilité déconcertante à toutes les questions, je ne pouvais m'empêcher de jeter des coups d'½il à Elisia qui elle, se faisait insultée et qui se prenait des crayons sur la tête de temps en temps. Etant dans une ancienne salle de physique chimie, il y avait évidement un évier dans le fond de la classe. Je vis quelqu'un remplir un verre d'eau avec cet évier. J'ai une petite idée de ce qu'il va faire. Ni une, ni deux, je me déplaça à grand pas vers la table de la rousse.





Fin du point de vue de Kate
Point de vue extérieur

Elisia qui se prenait les petits coups de ses camarades depuis le début du cours, sentit quelqu'un se coller contre son dos. Ayant peur de se prendre un coup plus violent dans la tête, elle se crispa, baissa la tête vers sa table et ferma les yeux. Mais à la place de se prendre le coup qu'elle attendait, elle entendit un immense fracas qui fit se retourner toute la salle. Ils virent tous, avec panique, la nouvelle brune : Kate, debout, dos contre Elisia, le bras droit tendu, les poings fermés.
Le silence fût présent jusqu'à ce qu'une élève hurle en voyant le poing tendu de Kate, ensanglanté. Ce que Kate pensait, arriva. L'élève venait de balancer son verre d'eau rempli sur Elisia. Kate s'étant interposé entre la rousse et le verre, se retrouva avec des entailles sanglantes sur son poing défendeur. Le verre était désormais brisé en mille morceaux sur le sol, l'eau éparpillait partout. La lanceuse, se recroquevilla en voyant le regard glacial que lui envoyait l'anglaise. Elisia était tétanisée, est ce que cette fille venait vraiment de la défendre ? Le professeur, ne savait pas quoi dire, ça arrivait souvent mais jamais personne ne la défendait, du moins physiquement. Personne ne disait rien, en réalité, ils attendaient tous une remarque de Kate.
Contre toute attente, le regard noir de Kate s'adoucit, un peu trop pour que cela soit vrai. Elle s'accroupit, ramena les morceaux de verre dans sa main couverte de sang et se dirigea vers la lanceuse. Qui, elle, s'écartait de plus en plus. Elle se retrouva désormais collée au mur, Kate se dirigeant toujours vers elle, tout le monde avait peur de ce que Kate allait faire. Mais à la place de lui envoyer ces mini tranches-chairs dans les yeux, Kate, avec sa main libre, prit celle de la terrifiée et fit en sorte qu'elle se tende. Une fois la main de l'attaquante tendue, Kate y déposa les morceaux de verre.

Kate -avec un grand sourire faux- : Il me semble que ça s'est échappé de tes mains.
Fais attention, un accident est si vite arrivé avec les maladroites dans ton genre.

L'ambiance lourde et silencieuse que venait d'instaurer Kate, venait de se briser par la sonnerie qui, pour cette classe, sonna comme une libération. Le professeur reprit peu à peu son sérieux.

Professeur : Bon, c'est la récré,  on se revoit après pour notre deuxième heure.

Les élèves se levèrent tous et Kate retourna à sa table prendre sa veste pendant que l'agresseuse d'Elisia couru vers la porte.

Une élève -lançant un livre- : Eh Elisia ! Regardons si tu peux éviter ça !

Elisia se prit le livre de plein fouet dans la tête. L'agresseuse et sa bande ricanèrent comme des vautours venant d'apercevoir leur nouvelle victime.
Elisia, la tête tournée vers le sol, regarda la couverture du livre qui venait de la percuter.
C'était un magazine sur la chirurgie esthétique et sur des témoignages de femmes qui avaient refait leurs poitrines. Par coïncidence, un des avis venait d'une certaine Elisia. Cette coïncidence avait bien fait rire le quintuor de pestes. Elisia se contenta de ramasser le magazine et de le jeter à la poubelle en passant. Les quatre hyènes idolâtrant leur capitaine attaquante, se dirigèrent, sous l'ordre de leur maîtresse, vers la porte de la classe, partant profiter de leur pause. Kate, désormais seule élève dans la classe, observa le professeur, triant ses papiers. Elle se dirigea rapidement vers son bureau et balança sa paperasse par-terre.

Kate -folle de rage- : NON MAIS VOUS ÊTES SERIEUX !?
Professeur -savant parfaitement de quoi elle parle- : Je te demande pardon ?
Kate : UNE DE VOS ÉLÈVES SE FAIT MARTYRISER ET VOUS DITES RIEN !?
Professeur : Ecoute...
Kate : NON VOUS ECOUTEZ, VOUS LES PROFS VOUS ÊTES PAS CENSÉS AIDER VOS ÉLEVÉS !?
Professeur : Si tu arrêtais de crier, je pourrais peut être t'expliquer.

Kate eu dû mal à se calmer mais y arriva au bout de quelques minutes.

Professeur : Je peux parler ?
Kate : Allez y !
Professeur : Bien. Au début les "agressions" que subissait Elisia était très basse, nous laissions passé puis, elles ont commencé à se faire de plus en plus violents, devenant ce que tu as vus aujourd'hui.
Kate -perdant son calme- : Je vois pas le rapport entre ça et le fait que vous foutez rien pour elle !
Professeur : J'y viens, on a voulu l'aider mais on voulait d'abord lui en parler.  Quand on lui a demandait si elle connaissait ce qui pouvait provoquer la fureur des élèves à son égard, elle ne répondit pas. Quand on l'informait du fait qu'on voulait l'aider, elle fit une crise d'angoisse avant de prendre le coupe-papier et de nous menacer avec, elle nous cria que si on l'aidait, elle nous planterait. Il a fallu du temps pour qu'elle se calme.
Kate : Et ses parents ?
Professeur : Elle nous a dit que si on appelait ses parents, elle se tuait.

Kate hoqueta de surprise.

Professeur : Tu comprends donc que nous, corps enseignant, ne pouvons rien faire si elle ne le demande pas.

Kate brûlait intérieurement de rage, elle comprenait le point de vue de son professeur mais ne pouvait s'empêcher de rager contre lui et ses collègues.
Elle se dirigea vers la porte mais le professeur l'interpella.

Professeur : Kate.
Kate : Oui monsieur ?
Professeur : Merci de l'avoir défendu, c'est très gentil.
Kate : C'était pas gentil non, c'était normal !

Sur ces paroles, elle quitta la pièce, observée par le professeur qui la considérait pour Elisia comme.....une sorte d'ange gardien.





Fin du point de vue extérieur
Point de vue d'Elisia

Je re-rentra en classe, la journée passa vite, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il était déjà 17H.
J'avais réussir à survivre à cette nouvelle journée qui pourrait sembler étrange mais qui pour moi était angélique. Kate m'avait beaucoup aidé aujourd'hui, je ne vois pas qu'est ce que cette fille y gagne mais elle m'a sauvé plusieurs fois des coups de compas et des brûlures aux pistolets à colle en art. Malheureusement, Eloïse, elle, semblait ravie que les cours soient terminés. Mais si elle les adore, elle voulait rentrer. Surtout que ce soir, son père rentrait pour une semaine entière, ce qui est très rare. Mais pour moi, c'est à la fin des cours que débutait vraiment l'enfer.
Avant de quitter le lycée, je me dirigea vers les toilettes, voyant que mes plaies aux bras s'étaient ré-ouvertes. Je souleva mes manches ce qui laissa apercevoir mes bandages gorgés de sang. Les coups de couteaux, sont les pires coups qu'il puisse m'asséner. Je pris les bandages de secours que j'ai toujours dans mon sac et recouvra mes plaies. La douleur qui accaparait mon âme était incomparable. Après avoir mit mes bandages, je posa mes coudes sur l'évier et une main sur mon coeur. Pourquoi ? POURQUOI STUPIDE ORGANE CONTINUES TU DE BATTRE !? QUEL EST TON BUT !? Je sentis les larmes coulaient, pourquoi mon coeur et mon corps se battaient ils autant ? Pourquoi s'entêtaient ils à vivre ? Mon cerveau aussi est leur complice, je n'ai jamais pensé au suicide. Oui, depuis les deux ans de tortures que je vis, je n'ai jamais vraiment pensé à la mort. Je regarda mon reflet dans la glace, souleva un peu mon tee-shirt. Mon corps est squelettique. Un mètre soixante-quatorze pour quarante-trois kilos; corps de rêve ? Tu parles ! Il n'y a rien de beau à être aussi maigre qu'une feuille A4.
Je planta mes yeux dans ce de mon reflet. Pourquoi Elisia ? Pourquoi es tu toi ?
J'allais partir quand je vis Kate, accoudée à la porte. Son regard était celui de celle qui savait tout.

Moi -forçant le sourire- : Salut Kate, tu es encore là ?
Kate : Faux sourire, peur que j'attaque, tu as vraiment tout d'un chiot apeuré !

Je la regarda stupéfaite, elle est tellement franche et ne tournes jamais autour du pot.

Moi : De quoi tu parles ?
Kate : Tu ne veux pas parler ?
Moi : Je n'ai rien à dire, désolée, je dois rentrer.

Je me précipita vers la sortie des toilettes voulant éviter tout autre question. Mais ce qui devait arriver arriva. Je n'eu pas le temps de faire un pas à l'extérieur qu'elle me posa la question fatidique.

Kate -froidement- : Qui t'as fait ces blessures sur tes bras ?

Je resta figée, si je ne lui répond pas, elle saura que je cache quelque chose.

Moi : Je....me suis fait ça....accidentellement....contre une branche d'arbre.
Kate : Une branche d'arbre ?
Moi : Oui je.....courais et sans faire exprès j'ai foncé dans une branche d'arbre...
Kate : Oh....je vois...

Je commença à partir quand elle m'agrippa par le bras.

Kate : MAIS BORDEL TU ME PRENDS POUR UNE CONNE !? QU'EST CE QUE T'AS !? C'EST QUOI TON PROBLÈME !? POURQUOI TU REFUSES D'ÊTRE AIDÉE !?
Moi -perdant mon sang-froid- : MAIS Y'A RIEN !
Kate : AH OUAI !

Elle souleva mes manches et hurla.

Kate : ET ÇA C'EST RIEN !?

Je rebaissa mes manches, et ma tête par la même occasion.

Kate -se calmant un peu mais serrant toujours mon bras- : Mais putain ! Qui est le connard dans cette école qui t'as fais ça !
Moi -me défaisant de son emprise- : LACHE MOI ! FIGURE TOI QUE C'EST PAS AU LYCÉE QU'ON M'A FAIT ÇA ! LE DANGER EST EN DEHORS DE CE BATIMENT !

Je partis du lycée en courant me mordant les doigts des presque aveux que je venais de formuler.
Une fois chez moi, je claqua l porte.

Maman : Bonjour ma chérie, tu as passée une bonne journée.
Moi : Toi c'est bon avec ta fausse niaiserie !
Maman : Mais....ma belle....qu'est ce que tu racontes ?
Moi : Oh c'est bon ! C'est bon, j'ai compris j'ai gâché ta vie, tu vas pas faire semblant de faire la gentille mère encore longtemps.
Maman -comprenant de quoi je parle- : Ecoute ma chérie....pour ce que je t'ai dit hier...je
Moi : Non c'est bon ! J'en veux pas de tes explications merdiques !

Je la bouscula et couru dans ma chambre. Après l'avoir fermé à clé, je balança mon sac sur mon bureau et m'écrasa sur mon lit, visage sur l'oreiller. Et hurla de toute mes forces. Une fois que j'eu passé ma colère en gueulant, je me retourna, mon dos contre le matelas. J'ai presque fait des aveux à Kate en lui disant que le problème n'était pas au lycée. Je ne l'avais jamais dis à personne, ni à ma mère que je hais, ni à mon père que j'adore, ni même à Eloïse qui est censé être ma seule amie. À eux tous, je leur ai caché, et là, la nouvelle arrive et je balance tout. Elle....elle a quelque chose...une présence qui inspire le respect....un air froid qui pétrifie même les plus enflammés et par-dessus tout....Kate à un regard qui vous force à dire la vérité....J'ai envie de la tuer ! Je la hais de me l'avoir fait avouer !
C'est fou, elle m'a presque sauvé et pourtant je ne peux m'empêcher de la haïr. Mais au fond....est ce que je l'a hais ? Est ce que je n'ai pas plutôt peur.....de voir que j'ai peut être trouvé celle qui pourrait me sauver ? Kate OWEN, es tu un ange gardien ? Un ange gardien....terriblement insupportable !
 
Fin du point de vue d'Elisia
Point de vue de Kate

<<Ce n'est pas au lycée que l'on m'a fait cela....Le danger est en dehors de ce bâtiment....>>

Qui t'as fais ça Elisia HOLO ? Es-tu en danger à ce point ?

Moi : AAAAAAAAAAAAAARGH !!!

Je me retourna brusquement sur le côté, serrant toujours mon oreiller contre ma poitrine. Elle ne veut pas de mon aide, je ne vois même pas pourquoi je l'aide ! Depuis que je suis meurtrière, j'ai arrêté de me mêler de la vie des gens et j'ai fait mes missions en perdant tout sentiments. Qu'est ce qui m'arrive !? Marc EBIEL et maintenant toi, Elisia HOLO ! Pourquoi j'éprouve à ce point le besoin de t'aider, pourquoi j'ai ressenti de la peine à l'idée de tuer Marc....pourquoi.....
Des remords, de la compassion, de la tristesse.....pourquoi je retrouve tout ses sentiments qui m'ont tant fait souffrir et qui me refont mal aujourd'hui.

Tags : Elisia HOLO - Eloïse MARELANDE - Kate OWEN ♥ - Peste - Harcelement - Mère - Famille - amour - peine - lycée - colère - agression

「Chapitre 5」 17/03/2017

Fin du chapitre 4 
Je me retourna brusquement sur le côté, serrant toujours mon oreiller contre ma poitrine. Elle ne veut pas de mon aide, je ne vois même pas pourquoi je l'aide ! Depuis que je suis meurtrière, j'ai arrêté de me mêler de la vie des gens et j'ai fait mes missions en perdant tout sentiments. Qu'est ce qui m'arrive !? Marc EBIEL et maintenant toi, Elisia HOLO ! Pourquoi j'éprouve à ce point le besoin de t'aider, pourquoi j'ai ressenti de la peine à l'idée de tuer Marc....pourquoi.....
Des remords, de la compassion, de la tristesse.....pourquoi je retrouve tout ses sentiments qui m'ont tant fait souffrir et qui me refont mal aujourd'hui.


Point de vue de ???


Gardien de prison : Tu partageras ta cellule avec elle !
 

 
Il me désigna une cellule avec dedans un magnifique jeune femme. Visage apaisant, regard triste et un air si doux...comment une femme pareille peut se trouver dans un endroit aussi lugubre ?
Le gardien de prison m'emmena vers une sorte de loge où un autre homme sorti, l'air blasé.

Gardien de prison 2 : Bon, tendez vos bras.

Je le fis sans dire quoi que se soit, il a l'air vraiment lassé de faire ça à chaque "nouvelle venue".
Il me fouilla et me retira tout. Il mit mes objets dans une caisse qu'il ferma à double tour <<On vous les redonnera à votre sortie>> m'a t-il dit. Mais bon, dans 2 ans, je crois que récupérer ses trucs sera le dernier de mes soucis.

Gardien de prison 2 : Bon, c'est bon, Kyle amène la dans sa cellule.
Kyle : Ouai, je...

Un puissant cri se fit entendre. Nous nous retournâmes tout trois vers la source sonore.

Kyle : Putain ! Jake toi ramène la dans sa cellule ! Moi j'm'occuppe de ce qu'il se passe !

Il partit en courant et l'autre, Jake, me conduit dans ma cellule, cellule étant au deuxième étage. Nous passions devant des tonnes de criminelles qui me font froid dans le dos. Une fois au deuxième étage, seule une barrière nous empêchait de tomber au premier. On se dirigea vers ma cellule, c'est la septième du couloir est au second étage donc. Une fois arrivés là, il n'y avait plus la jeune femme de tout à l'heure. Soudain, juste avant de rentrer dans la cellule, j'entendis un cri en bas. Je regardais à travers la barrière et vis la jeune femme de tout à l'heure. Elle me lança un regard qui me pétrifia. Elle n'avait plus l'air si douce, mais avait un air rancunier et assassin.
J'entendis des bribes de discussion entre Kyle et elle pendant que Jake me faisait entrer dans la cellule.
<<Ayano tu... encore...
Kyle...va
.......ennui....sortir......prison
......me......
Oui mais.....>>
Je n'entendis rien d'autre, j'étais désormais dans cette "pièce" grise et obscur, Jake ne ferma pas la porte attendant que la belle femme arrive. Ils ne prirent que trois minutes. La belle brune rentra sans faire de sienne et Kyle referma la porte.

Jake : Alors Ayano t'as encore frappé quelqu'un ?
"Ayano ?" -avec un mine boudeuse- : Oh ça va ! Je l'ai à peine touché !
Kyle -amusé- : C'est pour ça qu'elle a perdu deux dents ?
Ayano : C'est elle qui est trop fragile.

La dénommée Ayano se dirigea vers le fond de la cellule et s'allongea, face au mur, sur le lit du bas.

Jake : Je comprendrais jamais Ay'....

Ah parce qu'ils lui donne des surnoms !?

Jake : ...de base tu as atterri ici alors que tu étais innocente...alors pourquoi es tu si violente parfois.
Kyle : C'est vrai, toi qui est si douce.

Ayano, se mit sur son dos et fixa le plafond, une main sur son ventre, l'autre derrière sa tête.

Ayano : Qu'est ce qui vous dit que je suis innocente ?  Ça se trouve je vous ai menti et j'ai vraiment tué cet homme.
Kyle : Ne nous prend pas pour des idiots Ay'. On était là lors de ton procès, même si au tribunal tu as dit que tu étais coupable. Nous on sait que tu n'as rien fait, ça se voit....et puis quand tu nous as avoué ton innocence, ça se voyait que t'étais honnête.

Ayano toujours la tête vers le haut, baissa les yeux vers les deux gardiens. Ses yeux étaient à nouveau remplis de douceur.

Ayano : Merci les garçons.....merci de croire en moi...
Kyle : Y'a pas de quoi.
Jake : Bon du coup tu nous dit pourquoi tu t'es mise à frapper Rachel ?

Son visage redevint dur. C'est dingue ça !? Son visage change d'émotion en moins de deux secondes !
Elle se retourna encore face au mur.
Je la vis déchirer l'oreiller miteux, sur lequel était sa tête, avec ses ongles.

Ayano : Elle avait insulté ma fille....
Jake : Juste ça ? Pourtant dans une prison s'est pas ça qui manque !
Ayano : J'accepte les insultes...les coups...les remarques déplacées mais je n'accepterais pas qu'on insulte mes enfants. JAMAIS !

Son <<jamais>> résonna dans toute la prison.

Kyle : T'en fais pas...on fera en sorte que ça ne se reproduise plus.

Les deux hommes repartirent vaquer à leurs occupations de surveillant pénitentiaire  Toute leur discussion, j'avais l'impression d'être invisible. Pourtant j'étais bien dans la cellule.
Mais...attend !

Moi -surprise- : Elle est vachement jeune pour être mère !

Ayano se retourna vers moi, toujours allongée sur le "lit". Je venais d'apporter mes mains à ma bouche me rendant compte que je venais de gueuler. Voyant ma réaction, Ayano lâcha un petit rire. Elle est terriblement belle, on dirait les mannequins qu'on voit dans les magazines.

Ayano : Tu n'as pas avoir peur. J'ai 43 ans pour ta gouverne. Donc assez vieille pour être maman.
Moi : Attend, ta 43 ans !?
Ayano : Et oui, et....une minute, tu croyais que j'avais quel age ?
Moi : Honnêtement....je sais pas moi... 19 ans...

Elle me fixa un court instant avant de mourir de rire.

Ayano : C'est...c'est la première fois qu'on me trouve si jeune !

Elle essuya les larmes de joie qui venaient illuminer son visage.
Elle qui était toujours allongée, elle se releva pour se retrouver désormais assise sur "son lit".
Elle me tendit sa main.

Ayano : Je m'appelle Ayano. Ayano MATAHERA. Enchantée !
Moi -saisissant sa main- : Gabrielle KETLEN, de même !
Ayano : Tu es mariée ?
Moi : Non, célibataire pourquoi ?
Ayano : Juste pour savoir si KETLEN est ton nom de jeune fille ou pas, étant donné que moi je t'ai donné le mien.
Moi : MATAHERA est ton nom de jeune fille ? C'est quoi ton "nom par mariage" ?
Ayano : Pour l'instant je ne peux pas te le dire...

Elle s'approcha de moi et se pencha vers mon oreille.

Ayano -chuchotant- : Les murs de cette prison entendent tout...

Je la questionna du regard et elle me désigna un coin du plafond avec son index. Effectivement, il y avait une caméra. Mais en quoi le nom de son mari doit il rester secret ? Je ne posa pas la question...
Elle retourna s'allonger sur son lit, dos sur le matelas, tête vers le plafond avec une main derrière et les yeux fermés.
Je restais figée au milieu de la pièce comme une idiote à l'observer. Il y avait les lits superposés que nous allons partager Ayano et moi, un évier, un bureau en vieux bois et une chaise semblant peu solide.

Ayano -remarquant que je ne savais pas quoi faire- : Si tu t'ennuis tu peux dessiner ou écrire. Il y a des feuilles et des crayons à papier.
Moi -gênée- : Me...merci...

J'étais très gênée, je me sens hyper-mal entre tout ces criminelles. Même Ayano, elle semble gentille mais je ne sais pas ce qu'elle a fait pour atterrir ici. Si ça se trouve, c'est une dangereuse criminelle pédophile qui a récidiver...mais qu'est ce que je raconte moi ? J'ai lu trop de bouquin ! Et puis, quand elle parlait aux mecs tout à l'heure ils semblaient persuadés qu'elle était innocente et elle semblait sincère...alors si c'était vrai ? Si elle n'avait commis aucun crime ? Alors pourquoi a t elle dit le contraire au tribunal ? Bref, même, mieux vaut ne pas courir de risque. Elle a quand même cassé deux dents à une certaine Rachel.
Je m'approchais fébrilement du bureau pendant qu'Ayano semblait pensive. J'ouvris le tiroir où effectivement se trouver des crayons et des papiers et au milieu de ces papiers se trouvait une merveilleuse esquisse ! Je la saisis et l'analysa.


Ayano : C'est moi qui l'ai faites.
Moi -surprise- : Sérieux !? Tu dessines super bien !
Ayano : Merci. Je les faites il y a quelques jours.
Moi : Elle represente quelqu'un en particulier ?
Ayano : Oui, c'est Azumi.
Moi : Azumi ?
Ayano : Oui, ma fille.
Moi : Oh...elle est magnifique.
Ayano : Merci, elle tient beaucoup de son père.
Moi : Dit moi, je peux savoir quel âge elle a ?
Ayano : Bien sûr, elle a 14 ans.
Moi : 14 ans...

14 ans, l'âge où ma vie à basculé...

Ayano : Est ce que ça va ?
Moi : Hein ? Heum, oui...pourquoi ça n'irait pas ?
Ayano : Je...
Gardien de prison -ouvrant notre cellule- : C'est l'heure de manger.
Ayano : Bon, c'est l'heure du repas. Viens.

Ayano m'emmena vers la "cafétéria", encore plus lugubre que ce que j'imaginais. La moitié des prisonnières me regardaient comme si j'étais un morceau de viande dans une cage remplie de lions affamés. C'est très gênant. Nous prîmes....ce qui nous sert de nourriture, c'est à dire...une sorte de bouilli où reconnaître ne serait-ce qu'un seul ingrédient serait de l'exploit !  Ayano avança vers une table me faisant signe de la suivre. Je m'assis en face d'elle.Toujours aussi mal à l'aise, les regards des criminelles ornant cette prison se faisaient de plus en plus insistant. Ayano, voyant mon malaise, intervint. Sans même que je n'ai le temps de dire quelques choses, elle se leva brusquement.

Ayano -hurlant- : JE PEUX SAVOIR CE QUE VOUS REGARDEZ !?

Aucune ne répondit, certaines baissèrent même les yeux.

Ayano : RIEN ? TRÈS BIEN, ALORS RETOURNEZ VOUS !

Les prisonnières s'exécutèrent sans demander leur reste.
Ayano épuisée d'avoir utilisé autant ses cordes vocales, s'écrasa sur le banc qui lui servait de siège.

Moi -baissant la tête- : Me...merci...
Ayano : Y'a pas de quoi ! C'était la même chose quand je suis arrivée.

Je ne sais pas pourquoi mais cette nouvelle me rassura. Au bout de 10 minutes on avait toute les deux finie de manger et le silence s'installa. Ayano jouait avec une mèche de ses longs cheveux noirs et moi, je regardais autour de moi. Si un jour on m'avait dit que j'allais finir en prison.

Ayano : Oh faîtes, j'ai oublié de te demander, tu as quel age ?
Moi : J'ai 20 ans.
Ayano : Sérieux ? T'es jeune. Qu'est ce que tu as....

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une bagarre éclata entre deux prisonnières.

Ayano : Retournons dans la cellule, quand ces deux là se battent, mieux vaut pas être à côté.

Elle partit direction la cellule et je la suivit. J'ai l'impression d'être un petit chien qui suit sa maîtresse mais, à part elle, je n'ai aucun repère. Ayano s'allongea sur son lit et commença à s'endormir. Moi je me dirigea vers les feuilles et les crayons et me mis à écrire un peu tout et n'importe quoi. Plusieurs heures passèrent et j'eus la surprise de voir que la journée, les cellules n'étaient jamais fermées. Je regarda l'horloge suspendu dans le couloir, 21H, déjà ? C'est vrai que je suis allée regarder un peu la télé dans la salle principale et qu'après les gardiens nous ont fait faire du sport dans la cour de la prison.

Gardienne -arrivant comme une brute- : EXTINCTION DES FEUX !

Elle ferma brutalement notre cellule, et moi je retourna à mon texte.

Ayano : Et le fleuve d'eau douce que j'ai perturbé avec ton sang m'a valu un rôle loin d'être plaisant.

Je sursauta et cacha ma feuille avec mes mains.

Moi : A-Ayano...tu-tu es réveillée.
Ayano : Bah oui tu vois bien.

D'un geste vif Ayano saisit ma feuille.

Ayano : Mais si je t'avais laissé, ne serait-ce pas moi qui serait décédée ? Dans cette salle obscure j'ai malencontreusement posé le pied, en te tuant je t'en ai fait sortir, dernière moi la porte s'est fermée et désormais je crains le pire.

Je me cacha les yeux, rongée par la honte.

Ayano : S'est toi qui a écrit ça ?

J'aquiesca d'un signe de tête toujours cachée par mes bras.

Ayano : C'est magnifique...
Moi -la regardant dans les yeux- : Sérieusement ?
Ayano : Je suis toujours sérieuse là dessus...D'ailleurs...

Elle retourna s'allonger sur son lit et fixa le plafond avec un air des plus sérieux.

Ayano : Gabrielle, je peux te poser une question ?
Moi -perturbée- : Heu...oui, vas y...
Ayano : Pourquoi t'es ici ?

Je sentis mon c½ur louper un battement.

Tags : Chapitre 5 - Amour sucré - Prison - Ayano - Jake - Gardien - Gardienne - Kyle - Gabrielle - Rachel

「Chapitre 6」 27/03/2017

Fin du chapitre 5
 
Elle retourna s'allonger sur son lit et fixa le plafond avec un air des plus sérieux.

Ayano : Gabrielle, je peux te poser une question ?
Moi -perturbée- : Heu...oui, vas-y...
Ayano : Pourquoi t'es ici ?

Je sentis mon c½ur louper un battement.
Point de vue de Castiel

Mon beauceron qui ne cesse de brailler commence à me les briser.

Moi : DÉMON FERME LÀ !

Je lui balança un coussin à la figure ce qui le fit grogner.
J'étais étalé sur mon lit en train de penser à......elle...
Kate, m'as-tu jeté un sort ? Je n'ai pas l'habitude de m'inquiéter pour les autres et pourtant, alors qu'on se connait depuis seulement un mois et demi, pour toi je le fais. Si je revois Ambre demain, je jure que je la tue !
Flashback, il y a une semaine

Je vois l'autre idiote d'Ambre et ses chiens observer la pile tremblante de briques disposée au dessus du porche. Qu'est ce qu'elle trafique ? Je vois Lysandre avec un air inquiet, c'est vrai qu'il a toujours été contre le fait que quelque chose d'aussi dangereux soit au dessus des élèves. Mais la directrice nous avait dit que le tas de briques disparaîtrait bientôt. Je vis les trois cruches s'approcher d'un ballon de football, la moitié des élèves de l'école les regardent, amusés, comme s'ils savaient ce qu'elles allaient faire. Je vois qu'Ambre va tirer dans le ballon, visant la pile de briques. Quel est son but ? Je regarde en dessous et vois Elisia, la petite mannequin tourmentée, relisant ses cours. Ne me dites pas que....Ambre n'est pas cruelle au point de....J'observais les autres, leurs sourires devenant de plus en plus sadiques. En une fraction de seconde, je n'eu à peine le temps de prononcer une insulte que tout les élèves avaient le visage décomposé. Un grand fracas se fit entendre lorsque les deux briques au dessus de la pile tombèrent au sol ne manquant pas la tête de quelqu'un. Le sang se rependait au sol...je n'y croyais pas.....Ambre avait délibérément balancer le ballon de foot sur les briques pour en faire tomber quelques unes sur la tête d'Elisia. Soudain, en observant un peu partout, je vis la jeune fille à la chevelure flamboyante étalée par-terre....à quelques mètres de la marre de sang...comme si on l'avait poussé.... Ce n'est donc pas à elle qu'appartient ce sang !? Soudain, le corps presque sans vie sous les briques se leva et balaya son crane de la main. Elle regarda sa main...ensanglantée... Celle qui s'était prise l'attaque d'Ambre sur la tête...c'était Kate.

Une observatrice de la scène -apeurée- : Oh...merde.....c'est Kate qui s'est prise les briques...

Celle qui avait dit ça, est une des téléspectatrice qui, il y a à peine une minute, avait un sourire sadique et impatient collait au visage. Une des téléspectatrice qui détestait Elisia et qui avait hâte que cette jeune mannequin se fasse écraser la cervelle. Kate se releva, elle était couverte de son propre sang et pourtant, elle se relevait comme si de rien était. D'où tire t-elle toute cette force ?

Kate : Comment ça ? Tu veux dire que si je n'avais pas poussé Elisia et qu'elle s'était prise les briques ça aurait été plus drôle ?

La jeune terrifiée ne disait rien pendant que Kate se dirigeait vers Elisia, qui avait un visage à la fois admiratif et paniqué. Kate lui tendit sa main en sang, qu'Elisia eu peine à saisir. Une fois qu'Elisia fut mise debout sous le regard tétanisé de tout les élèves, y comprit celui de moi et Lysandre, elle fixa Kate qui avait du mal à tenir debout. Elle approcha sa main droite du visage de la blessée et la posa sur son crane, là où étaient tombés les briques.

Elisia -en larmes- : Pour...pourquoi t'as fait ça..... ?

Kate saisit la main d'Elisia qui était sur sa tête et la rabaissa. De là où j'étais avec Lys', je voyais bien les expressions sur le visage de Kate.

Kate -tremblante- : Sur le toit....je t'avais promis de faire en sorte que tu ne sois plus blessée
-souriant- je tiens bien ma promesse pas vrai ?

Avant qu'Elisia ne puisse répondre, Kate s'écroula au sol perdant bien trop de sang. Nathaniel, malgré que je le hais, vint la porter et me demanda d'appeler la directrice. Si un jour on m'avait dit que j'allais lui obéir, j'aurais éclater de rire. Mais étant donné que s'était un des seuls à ne pas avoir eu un sourire espérant qu'Elisia se prenne les briques sur la tête, je l'écouta. Même si je le hais, là, il s'agit de Kate. Avant de partir je sentis Eloïse, qui venait d'arriver alertée par le bruit des larmes de panique, prendre Elisia dans les bras. Celle ci, ne cessant de pleurer. Je vis également Ambre et ses chiens, ne semblant pas vraiment s'en vouloir. Ces trois là sont vraiment des salopes ! Elles et la moitié de ce lycée à la con ! Après avoir alerté la directrice qui avait fait une tête de morte quand je lui annonça la gravité de la situation, on se dirigea tout les deux dans la cour, là où tout le monde était encore présent. La directrice se dirigea affolée vers le corps évanouie de la belle sauveuse. Le blondinet nous servant de délégué l'informa qu'il venait d'appeler le samu, Shermansky le félicita pour ça. J'ignore pourquoi mais toute la rage que j'avais envers Ambre il y a cinq minutes s'est transféré sur son frère. Le voir serrer Kate qui est dans ses bras me met dans une rage incontrôlée, j'avais les poings serrés qui se détendirent lorsque Lysandre et Rosalya posèrent chacun une main rassurante sur chacune de mes épaules. Au bout de quelques instants, lorsque nous entendîmes la sirène de l'ambulance s'approcher, Rosalya fit glisser sa main, qui était sur mon épaule, le long de mon bras et me le serra en posant sa tête sur mon épaule désormais libre. Je la sentis pleurer. Même si je n'ai jamais été vraiment proche d'elle, je passa une main autour de sa taille et la serra pour la rassurer. Je sais que malgré le peu de temps qu'elles ont passé ensemble, Rosalya tient beaucoup à Kate.

Back in reality

Je commença à frapper de plus en plus fort mon lit avec mes poings. Putain Kate ! Je t'admire et je te déteste à la fois ! Je t'admire pour ton courage et ta force qui t'a fait te relever. Et je te déteste parce que tu me fais ressentir des émotions que je ne connaissais pas et que je ne comprends pas. Tu es dans notre lycée depuis un mois et demi alors, moi qui suis censé être le rebelle froid, comment as-tu fait pour que je t'apprécie autant en si peu de temps ? Et pourquoi veux-tu à ce point défendre cette petite rouge ? Et...cette phrase... :
<<Sur le toit....je t'avais promis de faire en sorte que tu ne sois plus blessée...Je tiens bien ma promesse pas vrai ?>>
Oui, tu tiens bien tes promesses Kate. Mais cette phrase signifie t-elle que tu serais prête à mourir pour protéger Elisia ? La dernière fois, je t'ai bien vu emmener Elisia sur le toit, quand vous étiez revenues, Elisia était dans tes bras en larmes pendant que tu la rassurais. C'était la première fois que la petite mannequin montrait ses sentiments...et maintenant cette phrase....MAIS C'ÉTAIT QUOI VOTRE FOUTUE DISCUSSION SUR CE PUTAIN DE TOIT !?

Point de vue externe, chez Elisia

Maeva -frappant à la porte- : Ma chérie, ça fait une semaine que tu es enfermée dans ta chambre. Tu ne vas plus en cours, n'y à tes shootings photo. Je m'inquiète tu sais.

Elisia, affalée sur son lit en pleurent, ne répondit pas à sa mère derrière la porte de sa chambre.

Maeva : Ecoute ma chérie, je sais qu'autrefois tu te confiais à ton père mais....il est parti et...peut être que je pourrais être la personne à qui tu te confis, tu sais....je comprends ce que tu...
Elisa -à travers la porte- : TA GUEULE !

Maeva fut tétanisée par la violence par laquelle sa fille venait de lui répondre. Depuis un an avant le départ de son mari, elle et Elisia s'étaient beaucoup éloignées et ça la terrifiée. Elle avait peur de perdre à tout jamais la relation qu'elle entretenait autrefois avec sa fille. Maeva posa une main sur la porte fermée.

Maeva -triste- : S'il te plait Elisia....
Elisia : DEGAGE !
Maeva -appuyant son front sur la porte- : Je t'en pris...
Elisia : C'EST DE TA FAUTE SI PAPA EST PARTI ! C'EST DE TA FAUTE SI JE SUIS TOUT LE TEMPS TRISTE ! C'EST DE TA FAUTE SI MA VIE PART EN VRILLE !

Maeva s'écarta de la porte et porta sa main à sa poitrine. Les mots de sa fille la rendait vraiment malheureuse.

Maeva : Bon bin, ma chérie, je suis désolée mais....je dois aller voir mon employeur....et....
Elisia : C'est ça ! Te dépêche pas pour rentrer !
Maeva -Se dirigeant vers les escaliers pour descendre- : Pascal m'a appelé, il voulait te voir...je lui ai laissé les clés...

Elisia se figea. Pascal voulait la voir. Elle voulu crier à sa mère de rester mais, elle entendit la porte claquer. Elle est déjà partie. Elisia enfouit sa tête dans son oreiller et attendit, elle souhaitait que Pascal ne vienne pas mais trop tard, elle entendit la porte d'entrée s'ouvrir. Elle souhaitait du fond du c½ur que se soit sa mère qui ait oublié quelque chose. Des pas s'approchèrent de plus en plus puis quelqu'un frappa à la porte de sa chambre.

??? -chantonnant- : Elisia c'est moi ! Ton manager adoré !

<<Et merde !>> pensa t-elle. Elle tenta de faire la morte en ne disant rien. Mais l'homme derrière la porte savait qu'elle était là.

??? -chantonnant- : Elisia ! Tu es là ! Viens m'ouvrir !

Le vingtenaire derrière la porte avait un grand sourire qui partit très vite pour laisser place à un visage en colère.

??? : Ecoute moi bien ma belle, je ne veux pas te faire de mal. Je veux juste T'ARRACHER LES YEUX ET TE FAIRE CRACHER TON SANG ESPÈCE DE PETITE PUTE !

Elisia ne put s'empêcher de crier, ce qui fit apparaître un sourire démoniaque sur le visage de son manager.

??? : Tu sais ma toute belle, j'aurais pris énormément de plaisir à enlever ta porte en retirant les vis qui la retenaient une par une mais j'ai trouvé le double des clés de ta chambre. C'est fou
hein !?

Elisia était de nouveau tétanisée, cette fois, il n'y aura pas Kate pour la sauver.

Elisia -tremblante- : Pascal...laisse moi tranquille...
Pascal -rentrant la clé dans la serrure- : Te laisser tranquille ? -la tournant- Pourquoi ? -ouvrant la porte- Surtout que tu m'as manqué.

Les yeux d'Elisia étaient embués de larmes, elle était collée au mur sans échappatoire. Pascal s'approcha dangereusement d'elle avant de se retrouver collé à elle. Il y avait une lueur menaçante dans ses yeux, une lueur qui fit paniquer de plus bel la jeune mannequin.

Pascal : Espèce....espèce de.....ESPÈCE DE PETITE TRAÎNÉE !

Il enroula sa main autour du cou de la jeune lycéenne et la souleva. La demoiselle à la chevelure rougeâtre tenta de repousser son agresseur mais celui ci avait beaucoup de force comparé à elle qui était un poids à plume.

Pascal : Tu es trop mignonne ! MAIS PAS ASSEZ POUR M'ATTENDRIR !

Le manager de la mannequin lui lança son poing dans la figure en lâchant l'emprise qu'il avait sur son cou. Elisia s'écrasa au sol en n'oubliant pas de se fracasser le crane contre le coin de sa table de chevet. Le sang commença à couler le long de son front. La jeune fille sentait une douleur insoutenable sur sa tête. Elle avait mal, très mal. Mais pas seulement physiquement, elle avait mal mentalement. Elle eu peine à ouvrir les yeux et aurait préféré ne jamais les ouvrir vu que sa première vision fut Pascal s'approcher avec un ciseau en main.
Il approcha le ciseau de son visage et le ramena d'un geste brusque à lui. Laissant une longue, douloureuse et sanglante coupure sur la joue de la belle femme.

Elisia -pleurant- : A-arrête....
Pascal : Arrêter ? Tu déconnes j'espère ?

Pascal saisit le poignet d'Elisia et lui fit une immense coupure avec son ciseau ce qui fit hurler la jeune femme.

Pascal : Une semaine ! DEPUIS UNE SEMAINE ! Depuis une semaine tu as refusé tout tes contrats, tu es restée enfermer dans ta chambre sans faire ne serait-ce qu'UN shooting photo. Tu n'imagines pas les milliers d'euro que tu m'as fait perdre ESPÈCE DE GARCE !

L'homme attrapa les cheveux de sa victime et balança sa tête contre le mur, ce qui la fit gémir de douleur.

Elisia -essayant de se justifier- : J'ai...j'ai eu des problèmes....
Pascal : Des problèmes ? DES PROBLÈMES !? J'EN AI RIEN À FOUTRE DE TES PROBLÈMES ! CE QUI M'INTÉRESSE S'EST MON COMPTE EN BANQUE QUE TU ARRÊTES DE REMPLIR !

Il lui remit un coup de poing dans le visage. Elle regarda par-terre et vit quelques gouttes de sang tomber au sol. Elle leva ses mains pour les poser sur la table de chevet où elle prit appui pour se relever. Ses jambes tremblaient et sa tête tournait. Pascal se releva également pour lui infliger un nouveau coup de poing mais au moment de la frapper, on entendit un bruit de porte qui s'ouvrait. Pascal alors, prit un visage affolé devant Elisia, tremblante, qui ne comprenait pas ce qu'il se passait.

Pascal : T'IMAGINE À QUEL POINT TU M'AS FAIT PEUR !?
Elisia -confuse- : Hein ?
Pascal -la prenant dans ses bras-: NE ME REFAIT PLUS JAMAIS UNE PEUR PAREILLE !

Maeva qui venait de rentrer car elle avait oublié quelque chose, fut alertée par les cris. Elle se précipita vers la chambre de sa fille et apporta ses mains à sa bouche ouverte quand elle vit sa fille en sang dans les bras de son manager.

Maeva -commençant à avoir les larmes aux yeux- : Que-que....
Pascal : Je suis désolé Maeva...
Maeva -paniquée- : MAIS QU'EST CE QU'IL S'EST PASSÉ !?
Pascal : Quand je suis arrivé, la porte de sa chambre était fermé. J'ai donc visité dans toute la maison pour trouver un double. Quand je suis rentré, elle se frappait la tête contre les meubles et se mutilait avec son ciseau.
Elisia -reprenant peu à peu ses esprits- : Qu....qu'est ce que tu racontes ?
Pascal -faussement paniqué- : Ne lui mens pas Elisia ! Maeva est ta mère ! Si je n'étais pas arrivé à temps je n'ose imaginer ce que tu aurais pu faire.

Maeva commença sérieusement à pleurer. Elle ne pouvait s'imaginer vivre sans sa fille. Elle couru vers Elisia et prit son visage en sang dans ses mains. Elle regardait les yeux humides de sa fille et la prit dans ses bras, essayant de se pas toucher ses blessures.

Pascal : Heureusement que je suis arrivé à temps !
Maeva : Je ne sais comment te remercier Pascal ! En plus d'être un manager incroyable, tu es un très bon ami.
Pascal -carressant les cheveux d'Elisia- : Je suis là pour ça, j'y tiens beaucoup à ma petite Elisia.
Elisia : Menteur.....
Maeva -la regardant dans les yeux- : Qu'as tu dis ma chérie ?
Elisia : MENTEUR !

La belle rousse s'écarta violemment de sa mère et de son agresseur. Elle avait du mal à tenir debout mais préféré ça plutôt que de rester près de lui.

Maeva -paniquée- : Mais...mais enfin ma chérie....il...il t'a presque sauvé...

Elisia voulait dire que non mais aucun son ne sortait de sa bouche. Comme d'habitude, dès qu'elle voulait en parler, elle devenait muette.

Pascal : Je crois qu'elle a dû mal à comprendre elle même ce qu'elle vient de faire.
Maeva : Tu...tu crois ?
Pascal : Oui, une sorte de folie inconsciente.
Elisia : JE NE SUIS PAS FOLLE !
Maeva -s'approchant d'elle- : Ma chérie pourquoi tu as fait ça ? Est-ce....est-ce de ma faute ?
-pleurant de plus bel- : Si...si tu veux....je....je peux quitter ta vie.....je ne supporterais pas de te voir souffrir à cause de moi.

Elisia détestait sa mère. Elle ne savait pas pourquoi mais maintenant elle le sait. Elle détestait sa mère parce qu'elle était comme elle. Passive, impuissante et pour elle, sa mère était aveugle. Mais...était-ce vraiment de sa faute ? Elisia détestait voir sa mère dans cet état. Elle détestait le fait que sa mère pleure à cause d'elle. Elle détestait le fait que sa mère se dénigre alors qu'elle n'y était strictement pour rien....enfin presque.

Pascal -enroulant un bras autour des épaules de Maeva- : Mais non Maeva, ce n'est pas de ta faute. C'est ta fille, on ne peut pas la comprendre...
Elisia : ESPÈCE D'ENFOIRÉ !
Maeva : ELISIA ! S'il te plait....je veux t'aider...dis moi...
Elisia : Je te hais...
Maeva -dévastée- : Co-comment ?
Elisia : JE TE HAIS !
Maeva : Mais...ma chérie....
Elisia : NON ! SURTOUT PAS ! Je ne veux plus de "ma chérie" ! Tu n'es plus ma mère, tu n'es plus ma génitrice, tu n'es plus rien pour moi, PLUS RIEN !

Elisia, en partant, quitta la maison sous le regard malsain de son manager. Laissant, dans sa chambre, sa mère en larmes au bord du gouffre, observant le sang de sa progéniture étalé sur le sol.

Elisia ayant le poignet, la joue et le front en sang, tenta tant bien que mal de partir le plus loin possible. Elle commençait peu à peu à reprendre le contrôle de ses jambes, qui étaient tremblante. Les gens dans la rue la regardèrent, choqués, ils ne savaient pas ce qu'ils devaient faire. Au bout d'une dizaine de minute, Elisia se trouva près d'une gare. D'ordinaire elle hésitait entre appeler son père ou Eloïse mais là, une autre personne lui vint en tête. La seule personne qui savait ce que son manager lui faisait subir. Elle composa fébrilement le numéro de cette personne, son poignet la faisant terriblement souffrir.

??? : ........
Elisia : Allô Kate. Je...je te dérange...?
Kate : ...... ?
Elisia : Heum...et bien.....je....enfin il.....
Kate : ............. ...... .... ... .......... .. ....... !?!?!?
Elisia -se tenant la tête- : Je....ne cris pas s'il te plait...ce n'est pas si grave. Je voudrais savoir....tu...tu es sorti de l'hôpital ?
Kate : .............
Elisia : Cool, j'espère que tu vas mieux ! Je....enfin....sans vouloir paraître...comment dire ? Collante....est ce que.....heum...
Kate : ........... ?
Elisia : Oui....oui c'est ça...
Kate : .........
Elisia : Me....merci Kate t'es....t'es géniale !

Kate mit fin à l'appel. Elisia entra dans le premier train s'arrêtant et suivit les indications de Kate. Donc, après s'être arrêtée au sixième arrêt, elle prit le bus, s'arrêta au quatrième arrêt puis en prit en autre où cette fois, elle s'arrêta au huitième arrêt. Elle fit tout se voyage en ignorant les gens faisant des remarques sur son état. Après quelques pas à l'Ouest, elle se retrouva devant un immeuble somptueux. Elle composa le code, que Kate lui avait envoyé, pour y entrer, donc <<257916>>. Une fois devant les boites aux lettres et le panneau d'interphones, elle rechercha le nom d'OWEN. Légèrement étourdie, elle avait du mal à lire mais finit par apercevoir son nom. Numéro 16, elle appuya sur l'interphone et répondit à la voix de Kate.
Après cela, elle prit l'ascenseur, n'ayant pas la force de monter huit étages.
Une fois l'ascenseur arrivé au bon étage, elle se dirigea vers la seconde porte, elle toqua à la porte en se tenant la joue qui saignait de plus en plus. Kate ouvrit paisiblement la porte avant d'avoir le visage décomposé devant le faux sourire apaisé d'Elisia.



Point de vue de Kate

C'EST QUOI ÇA !? Elisia, celle que je m'étais jurée de protéger est là, devant ma porte, au bord de l'évanouissement. <<Ce n'est pas si grave>> m'a t-elle dit. Et le prix de la personne la plus naïve revient à.......roulement de tambour.....KATE OWEN ! Qui croyait sérieusement qu'Elisia allait lui dire par téléphone <<Non je souffre le martyr, je crois que je vais mourir etc...>>. J'observa Elisia qui vacillait de gauche à droite en se tenant le front, là où un peu de sang coulait. Je l'attrapa par le poignet et la fis rentrer. Je lui ordonna de s'asseoir sur le canapé, ce qu'elle fit sans rechigner vu son état. Je me dirigea vers la mini-pharmacie disposée dans ma salle de bain et pris le nécessaire. Soit, des bandages, des compresses, du désinfectant puis, dans le salon, je me dirigea vers le tiroir du buffet, là où étaient posés mon arme et les pansements, que je saisis.
Je demanda à Elisia de se rapprocher de moi, ce qu'elle fit fébrilement. Je plaça sur son front, une compresse imbibée de désinfectant ce qui la fit sursauter.

Moi : Ecoute, je sais que ça fait mal mais si je ne le fais pas la blessure risque de s'infecter !
Elisia -à bout de force- : Je....je sais...

Je sentis ses lèvres trembler comme si elle voulait dire quelques choses qu'elle n'osait pas dire. Ou plutôt comme si elle voulait poser une question qu'elle n'osait pas poser.

Moi : Tu sais si tu veux me demander quelque chose, fait le !
Elisia : Je....enfin....peut être que.....heum....
Moi : Je déteste les gens qui bafouillent.
Elisia : En fait je....
 
Elisia se leva brusquement alors que j'allais reposer une compresse sur son front. Puis, les mains croisés au niveau de son ventre, elle s'inclina légèrement. C'est drôle, elle me fait penser à Kae.

Elisia -inclinée- : Je...je suis désolée Kate ! Je suis désolée d'être un poids pour toi ! En fait, je ne mérite même ton aide. Tu devrais me laisser crever parce qu'à cause de moi tu t'es retrouvée à l'hôpital et qu'il t'est arrivée plein d'ennui. Je ne sais même pas pourquoi tu fais ça mais je sais que ta vie serait plus simple si je ne t'obligeais pas à prendre soin de moi.

Je vis quelques larmes coulaient le long de ses joues, se qui me fit esquisser un sourire.

Moi : Espèce d'idiote !
Elisia -relevant la tête- : Hein ?



Point de vue d'Elisia

Je n'ai pas eu le temps de répliquer que je me retrouva collée à Kate qui avait passé ses bras autour de ma très fine taille. J'avais les yeux écarquillés par la surprise.

Kate : Tu n'es vraiment qu'une idiote Elisia HOLO. Tu ne m'as obligé à rien. Si j'ai décidé de m'interposer lors des lancés de compas, lors de coups de livre et si j'ai décidé de te pousser alors que les briques allaient te tomber dessus c'est tout simplement parce que je t'apprécie.

À ces mots, je plissa les yeux qui souffraient à cause des larmes qui s'y installaient. Je passa mes bras autour de son cou et la serra contre moi, après mes parents et Eloïse,  Kate est la première personne à me dire ça. Ça fait du bien...Mais pourtant, j'ai l'impression que le creux dans mon coeur est encore là, j'ai toujours autant cette envie de mourir. C'est fou, ce mélange entre l'envie de suicide et le bien-être de se sentir aimer.
Qui comprend ce sentiment ? Kate le comprend t-elle ? J'ai des doutes.
Au bout de quelques minutes d'enlacement, Kate me repoussa gentiment et me fit m'asseoir sur le canapé. Elle ré-approcha une compresse trempée dans du désinfectant de ma blessure, bizarrement, cette fois ci je n'ai pas eu de mouvement de recule. Certes la douleur que provoquait le désinfectant était insoutenable mais pourtant je me sentais bien. Je leva un peu les yeux pour tomber sur le visage à la fois sérieux mais apaisé de Kate. Elle sourit, ce sourire...Il n'est pas comme les autres que j'ai pu voir sur elle auparavant. Avant, quand je l'ai rencontré, je l'ai bien vu, ses sourires étaient faux. Il me semble que je lui avais dit.

Flash-back, il y a un cinq semaines

J'étais dans la cour, concentrée sur mon cahier de mathématiques étant donné qu'on avait un contrôle cet après-midi.

??? : Mal visé, très mal visé !

Je reconnais cette voix. Je me retourne et vois Kate, à quelques centimètres de moi, un compas dans les mains comme si elle venait de le rattraper. Je regarda la personne que Kate visait. C'est Charlotte, un des chihuahua d'Ambre, elle avait le visage fulminant de colère. J'ai vite compris ce qui venait de se produire.

Kate : Tu sais, si tu l'avais envoyé deux secondes plus tôt et un peu plus à gauche j'aurais eu beaucoup de mal à le rattraper et tu aurais pu facilement blesser Elisia.

Je rêve ou elle leur donne des conseils !?
Kate m'envoya un regard rassurant et moi je me leva brusquement et lui dit au revoir d'un signe de main. Je couru sur le toit. Je suis bête, je suis bête, je suis bête ! Une fois sur le toit, je regarda le ciel, il est d'un bleu magnifique, sans nuage, juste le soleil réchauffant mon visage avec une légère brise faisant planer mes cheveux rouge. Je me sens mal, pourquoi suis-je si froide avec Kate ? Elle qui m'aide tant ! Pourquoi m'aide t-elle autant ? Ces questions me tourmentaient. Je posa mes coudes sur les rambardes du toit et posa ma tête entre mes mains. J'entendis la porte de derrière s'ouvrir. Faites que ça ne soit pas Kate, je préfère encore que se soit Ambre.

Kate : C'est pas très gentil de partir comme ça.

Et merde ! Je me retourna enragée prête à lui hurler dessus.

Moi : ET PUIS QUOI ENCORE !? JE T'AI RIEN DEMANDÉ ! TU VEUX PAS QUE JE TE REMERCIE NON PLUS !?
Kate : Oh que si tu me l'as demandé. En me laissant intervenir à chaque fois sans rien dire, c'était en quelques sortes une demande d'aide. Et pour réponde à ta question, non. Je ne veux pas être remerciée. Je veux comprendre. Comprendre pourquoi les élèves te détestent, pourquoi tu refuses l'aide des autres. Mais par dessus tout <<Ce n'est pas au lycée que l'on m'a fait cela....Le danger est en dehors de ce bâtiment....>>, je veux comprendre cette phrase.
Moi -bouche-bée- : Je.....

Je sentais ma tête tournée, je l'attrapa violemment entre mes mains.

Moi : JE TE HAIS KATE OWEN !

Elle resta stoïque mais à la fois, elle me lança un regard interrogatif.

Moi -tremblante- : Je te hais parce que tu me donnes l'impression d'être importante. Je te hais parce que tu me donnes l'impression d'avoir une issue. Je te hais parce que tu me donnes de l'espoir ! UN FAUX-ESPOIR !

Je me mis à pleurer avant d'observer Kate et de porter mes mains à ma bouche ouverte par le choc, qu'est ce que...

Kate -troublée- : Qu'est ce qu'il y a ?
Moi : Ton....ton....ton bras....

Kate regarda son bras où un ruisseau de sang dévalé. Je regarda la source de ce ruisseau, c'est une coupure. Une coupure provoquée par un couteau. Je le sais. Je vis son visage mal à l'aise. Puis un sourire, un sourire dont seule elle à la secret, vint se dessiner sur son visage.

Moi : Comment tu t'es....fait...ç-ça...?
Kate : Ce n'est rien. J'ai percuté un peu trop violemment le bord d'une porte aux côtés pointus. Forcement ça fait mal.

Son sourire s'approfondit encore plus. D'habitude je laisse passer ce genre de sourires mais là non.

Moi : Espèce de menteuse...
Kate : Quoi ?
Moi : Tu me mens Kate.

Je la vis choquée, comme si j'étais la première personne à voir à travers son masque de jeune fille souriante à tendance froide.

Moi : Tu sais, j'ai grandi dans le milieu du spectacle. Entre les artistes véreux, les divas superficielles et les prodiges narcissiques, j'en ai vu passer des faux-sourire. Rares sont les fois où j'ai vu des vrais sourire dans ma vie. Je sais donc quand les gens mentent ou non. Et toi, tu me mens Kate.

Un sourire narquois se dessina sur son visage.

Kate : Tu as de bon yeux inspecteur Colombo !
Moi : Kate, pour...pourquoi tu m'aides autant ?
Kate : Pourquoi ? Parce que tu me rappelles une fille qui compte énormément pour moi.



Back in reality

Tout ses faux sourire n'avaient rien à voir avec le sourire qu'elle me donne aujourd'hui. Là, Kate a un visage angélique et protecteur et un sourire....un vrai sourire... Une chaleur intense se fit ressentir dans mon c½ur à cette vision. Alors c'est ça ? C'est ça se sentiment de pouvoir avoir confiance en quelqu'un, de pouvoir tout lui dire. C'est ça le sentiment d'avoir un confident. Même mon père et Eloïse ne m'avaient jamais fait ressentir ça. Tu es vraiment quelqu'un d'à part Kate OWEN. Vraiment ! Après qu'elle ait désinfecté tout mes plaies, qu'elle m'ait bandé la tête et qu'elle ait mis des pansements sur mes coupures à la joue et sur le poignet.Je lui raconta tout.

Moi : Et puis...il avait ce regard répugnant, rien que d'y penser ça me donne envie de vomir !

Après que j'ai raconté toute l'histoire, Kate me posa une question fatidique.

Kate : C'est quoi le numéro de ta mère ?
Moi : Qu-quoi ? Pourquoi tu veux savoir ça !?
Kate : Quand tu es arrivais devant chez moi tu étais paniquée, tu ne penses quand même pas passer la nuit ailleurs que chez moi ?
Moi : Non bien sûr que non mais...
Kate : Il faut que je prévienne ta mère. Elle pourrait appeler les flics et là les conséquences sont désastreuses.
Moi : Tu crois ?
Kate : Certaine. Ça serait une bonne opportunité pour parler de ce que tu subies au flic mais vu comment tu m'as parlé de ton batard de manager et vu toute les relations qu'il a, je suis sûre qu'il pourra leur retourner le cerveau en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Alors, donne moi le numéro de ta mère !

Sa voix était remplie d'autorité. Me voyant tremblante, elle adoucie son visage.
Je lui donna le numéro et elle l'appela, elle mit en haut parleur pour que je puisse entendre la conversation.

Kate : Oui allô, vous êtes bien Maeva SKITTLE, la mère d'Elisia HOLO ?
Maman -en larmes- : OUI ! Vous savez où est ma fille !? Qui êtes vous !? Est ce qu'elle va bien !?
Kate : Du calme madame. Je m'appelle Kate OWEN, je suis une camarade de classe de votre fille. Oui elle va bien mais elle encore hésitante sur le fait de rentrer chez vous. Elle souhaiterait donc passer la nuit chez moi pendant quelques jours. Ça ne vous dérange pas ?
Maman : Je...je veux entendre ma fille.

Je m'approcha doucement du téléphone.

Moi : Ma...maman ?
Maman -folle de joie- : MA CHERIE ! Tu vas bien !?
Moi : Oui maman, depuis que je suis chez Kate tout vas mieux. Je n'ai pas envie de rentrer à la maison, s'il te plait...laisse moi rester chez Kate quelques jours...
Maman : Tout ce que tu veux ma chérie ! Promet moi de m'envoyer des messages ! 
Moi : Oui maman, c'est promis.
Maman : Oh que Dieu soit loué ! Merci mademoiselle Kate, merci du fond du coeur !
Kate : Il n'y a pas de quoi.
Moi : Maman, est ce que Pascal est là ?
Maman : Non il est parti mais je vais le prévenir que tu...
Moi : NON ! S'il te plait non...
Maman : Mais il s'inquiète tellement pour toi.
Moi -commençant à pleurer- : S'il te plait maman.....ne lui dit pas.....
Maman : Tu pleures ma chérie !? Oh, d'accord je ne lui dirais pas...
Moi : Merci, au revoir....
Maman : Au revoir ma chérie. Je t'embrasse très fort. N'oublie pas de m'envoyer plein de message ! Reviens quand tu seras prête !
Au revoir mademoiselle Kate et merci pour tout !
Kate : De rien et au revoir madame.

Kate raccrocha le téléphone et je me sentis tout de suite plus légère.

Moi : Je suis surprise mais je suis heureuse qu'elle ne prévienne pas Pascal
Kate : Lors de ton récit tu m'as dit que les yeux de Pascal étaient répugnants.
Moi : Oui et alors ?
Kate : Les yeux sont les reflets de l'âme, as-tu déjà regardé ce de ta mère ?

Sur cette bonne parole, elle quitta le canapé, me laissant seule dans son salon. 

Moi -chuchotant- : Je ne sais pas pour ma mère....mais toi tu as des yeux magnifiques Kate.




Note d'auteur


Hello mes petits loups ! J'espère vraiment que ce chapitre vous aura plus parce que moi j'ai pris énormément de plaisir à l'écrire. Je crois que pour l'instant c'est mon préféré. Dites moi, s'il vous plait, ce que vous pensez d'Elisia et de Pascal et aussi ce que vous pensez de "l'évolution" de Castiel et Kate, j'ai l'impression que leurs développements sont trop rapides (je tiens à préciser qu'il y a aura d'autres flash-backs sur le mois qui s'est écoulé en mode ellipse). Mais par-dessus tout j'aimerais savoir ce que vous pensez de Maeva. Je n'ai pas l'habitude de faire des mères alors j'hésite un peu sur son caractère, j'espère que vous la voyez comme j'ai envie que vous la voyez, c'est à dire une bonne mère, seule et un peu paumée.
Voila voila, n'hésitez donc pas à laisser un commentaire ça fait toujours plaisir ^^

Tags : Pascal - Fanfiction - Amour sucré - Lysandre et Rosalya - Castiel - Ambre et Li et Charlotte - Kate OWEN - Kate ♥ - Elisia - Maeva - Problème - coups - blessures - famille - soutient