10 tagged articles souvenir

Chapitres 11/03/2017


Fan-Fiction Amour Sucré 1

Saison 1 :                                                    Saison 2 :                                        Saison 3 :

Chapitre 1                                              Chapitre 22                                     Chapitre 41
Chapitre 2                                              Chapitre 23                                     Chapitre 42      
Personnages propre à l'histoire          Chapitre 24                                     Chapitre 43
Chapitre 3                                              Chapitre 25                                     Bonus      
Chapitre 4                                              Chapitre 26                                      Chapitre 44
Chapitre 5                                              Bonus : Personnage de l'Elite       Chapitre 45 
Chapitre 6                                              Chapitre 27                                     Chapitre 46
Bonus                                                      Chapitre 28                                        Chapitre 47
Chapitre 7                                              Chapitre 29                                      Chapitre 48
Chapitre 8                                              Chapitre 30                                    Chapitre 49
Chapitre 9                                              Chapitre 31                        
Personnage propre à l'histoire #2       Chapitre 32                                      
Chapitre 10                                               Chapitre 33                                          
Chapitre 11                                            Chapitre 34                        
Chapitre 12                                            Chapitre 35                
Chapitre 13                                            Chapitre 36                  
Chapitre 14                                            Chapitre 37               
Chapitre 15                                            Chapitre 38             
Chapitre 16                                            Chapitre 39            
Chapitre 17                                            Chapitre 40                 
Chapitre 18                                                      
Chapitre 19                                                     
Chapitre 20
Personnage propre à l'histoire : l'Elite                                                         
Chapitre 21                                                                    

Fan-Fiction Amour Sucré 2

Saison 1 :

Chapitre 5
%UDFC1%UDFC1

OS/BONUS

Bonus inutiles


Choco's diary

Page 4 

Les instants anecdotes

L'instant anecdotes #2 : La capacité de concentration de Choco


Bande son (NE LIRE QU'APRES AVOIR TOUT LU !!!)

Tags : Chapitres

Chapitre 1 15/02/2017

<<Oui...heum...Alison....c'est....c'est Rosalya... Ecoute je suis vraiment désolée de ce qui
s'est passé il y a six ans...
Je t'assure, je voulais pas que ça se passe comme ça. Ça aurait jamais dû arriver.... Je sais que tu ne m'en veux pas enfin je crois mais......je pense que ça nous ferait beaucoup de bien si on arrivait à en parler....je.....enfin je veux dire.....
Tu es ma meilleure amie Alison et ce depuis qu'on s'est rencontré....je.....je voulais pas te le dire, je voulais pas te faire mal.....je pensais que c'était définitivement fini et que ça ne reviendrait plus à la charge. Quoi qu'il en soit.....j'aime pas ce qu'on vit depuis six ans...je.....rappelle moi s'il te plait.... Je t'embrasse, Rosalya....

Pour rappeler ce correspondant, taper "1"
Pour supprimer ce message, taper "2"
Pour aller voir vos autres messages, taper "3"
Pour retourner au menu principale, taper "*">>

La jeune femme blonde resta un long instant devant son téléphone avant de faire son choix.

<<Message effacé, n'hésitez pas à appeler
le service de renseignement en cas de problème.>>

L'appel avec le répondeur se termina. La belle demoiselle se laissa basculer en arrière, tombant sur son lit deux places. Comment en était-elle arrivée là ? Comment d'une jeune fille, pleine d'assurance et d'énergie, un avenir brillant devant elle.....comment une jeune fille comme ça a t-elle put devenir la femme qu'elle est aujourd'hui ? Elle qui rêvait d'être mariée et mère à vingt-quatre ans, elle, qui voulait devenir écrivain...Comment est elle parvenue à devenir mère célibataire à vingt-sept ans ? Comment est elle parvenue à devenir secrétaire dans une entreprise certes renommée, mais remplie d'hommes véreux et de femmes prétentieuses et provocantes.
L'adolescente optimiste et énergique qu'elle était a laissé place à une femme réalisant la dureté du monde qui l'entourait. Elle était si perdue dans ses pensées qu'elle n'entendit même pas la sonnerie. Elle se rappelait de l'époque où elle est arrivée au lycée Sweet Amoris mais ses pensées furent interrompues pas la porte de sa chambre qui s'ouvrit. 

-Maman, maman ! cria le petit garçon qui venait d'entrer et qui se jeta sur elle.
-Qu'est ce qu'il a mon ange ? demanda t-elle avec le regard affectueux qui était le sien quand elle parlait à son fils.
-Papa est arrivé ! dit il enthousiaste.

Le regard tendre de sa mère laissa place à un regard d'indifférence.

-Oh, tu l'as fait rentré ?
-Oui, il est dans le salon.
-Très bien, va prendre ton sac, je vais lui parler.
-D'accord ! s'exclama t-il ravi à l'idée de passer le week-end avec son père

Le petit garçon partit vers sa chambre et sa mère, vers le salon.
Arrivée là bas, elle voyait l'homme qu'elle aimait autre fois, debout dans son salon, regardant une photo déposée sur le buffet.

-Bonjour Lysandre. Le salua la jeune femme

Le jeune homme d'habitude si étourdi, ce retourna au son de sa voix. Rares sont les fois où elle daigne le saluer.

-Bonjour Alison. Répondit-il avec un sourire apaisant qui ne laissa pas indifférente son ex qui ne laissa rien transparaître. Tu l'as gardée ? Demanda t-il en montrant la photo.
-Ne t'imagine pas une seconde que je l'ai gardé pour des sentiments que j'aurais à ton égard, si je l'ai gardé c'est uniquement pour Alexandre. Je ne veux pas que notre fils ait l'impression que ses parents se détestent depuis toujours. Je veux qu'il grandisse en sachant qu'un jour ses parents se sont aimés...sincèrement aimés.... Elle appuya beaucoup sur le "sincèrement", Lysandre comprit bien son sous-entendu.
-Alison, comment en sommes-nous arrivés là ?
-Tu en aimais une autre. C'est aussi simple que ça !
-Je ne sais pas ce qui m'avait pris ce jour là mais, sache qu'il n'y a que toi que j'aimais. Crois moi ! Dit il, un air suppliant.
-Ça, va le dire au Lysandre du passé, c'est lui qui en a le plus besoin !

Le silence s'installa entre les deux célibataires tourmentés. Lysandre se demandait pourquoi il avait fait ça, pourquoi a t-il tout gâché. Alison, elle, se demandait s'il était sincère et pourquoi n'était elle pas arrivée à lui pardonner. Le silence fut rompu par l'arrivée de leur rayon de soleil commun.

-Papa ! Le petit garçon sauta dans les bras de son paternel qui le fit tourner dans les airs.
-Alors, tu as tout Alexandre ? Lui demanda t-il en le posant.
-Oui !
-Très bien. Intervint la mère.

Alison se dirigea vers la porte d'entrée suivi de Lysandre et Alexandre. Elle ouvrit la porte et indiqua la sortie aux deux garçons.

-Au revoir maman !
-Au revoir mon ange, à dimanche soir ! S'exclama la femme en embrassant son fils

Le petit garçon couru vers la voiture de son père pendant que les deux adultes se regardaient encore. Des émotions différentes les traversaient. De la peine pour Lysandre, de la colère pour Alison.

-Lysandre.
-Alison...

Le père se retourna tristement avant de se diriger vers la voiture où son fils l'attendait, quant à la mère elle ferma la porte à clé avant de glisser au sol, le dos contre la porte en bois. Elle ramena ses genoux vers elle, enroula ses bras autour et mis sa tête entre. Soudain elle reçu le message de son meilleur ami depuis le lycée, Alexy. Elle y jeta un coup d'½il, toujours par-terre.

<<Rosalya m'a parlé du message vocal qu'elle t'a laissé.
Apparemment elle a toujours pas de réponse...
Qu'est ce que tu vas faire ?
-J'en sais rien.... envoya t-elle en guise de réponse.
-Tu veux en parler ? lui demanda t-elle
-Oui...
-Demain, 10H30 au café "Lampin", ça te dit ?
-Pourquoi pas...
-Ok, à demain alors. Lui envoya t-il
-À demain.>>

Elle s'apprêtait à éteindre son téléphone quand elle reçu un dernier message.

<<Oh et, je sais que là, tu es triste. Juste, sourie ! La vie est belle, pas vrai ?>>

Comment savait il ça ? Quoi qu'il en soit, il avait réussir à faire esquisser un sourire à Alison. Alison éteignit son téléphone sachant que son ami n'attendait pas vraiment de réponse.

Tags : Amour sucré Fanfiction - Alexandre - Alison ♥. - Lysandre - Alexy - Rosalya - souvenir - Chapitre 1 - Saison 1 - Fanfiction 2

「Chapitre 3」 07/03/2017

Fin du chapitre 2 :
 
Je n'osais pas interrompre monsieur HILBIRD dans son monologue car......il avait raison.
Depuis quelques temps, mourir m'importait peu.. Ma vie ? Je m'en fichais ! Penser à moi. Est-ce qu'un jour j'y ri-arriverais ?

Point de vue de Kate


L'après midi, je suis retournée au lycée. Je n'avais toujours pas de réponses à mes questions.
La journée me sembla...bizarre....enfin, Rosalya me semblait bizarre. Elle qui m'a sauté dessus alors qu'elle ne me connaissait pas, là, elle m'ignore complètement. Sympa la reconnaissance ! Non pas que ça me dérange, je n'aime pas qu'on s'attache à moi, mais bon, fait pas comme si tu me connaissais pas !

Professeur : Bon, mademoiselle Kate, vous rêvez !?
Moi : C'est quoi votre problème dans ce bahut ?
Professeur : Je vous demande pardon ?
Moi : Quand on fait du bruit, vous nous dérangez et quand on fait rien et qu'on dérange personne, vous venez encore nous emmerder !

Le professeur inspira un grand coup, j'avoue être insolente mais là, je suis à bout.

Professeur -se calmant- : Bref ! Mademoiselle Kate, auriez vous l'amabilité d'emmener mademoiselle Rosalya à l'infirmerie ?

Je lança un regard à Rosalya qui détourna le sien.

Moi : Avec plaisir !
Professeur : Bien, merci.

Je partis dans le couloir, attendant que Rosalya vienne aussi. Elle passa la porte et se dirigea vers les escaliers.

Moi : Qu'est ce que t'as ?
Rosalya : Un peu mal à la tête.
Moi : Mais non idiote ! Avec moi !
Rosalya -mal à l'aise- : Qu-quoi ?
Moi : Fais pas l'idiote je HAIS ça ! D'abord, alors que tu ne me connais même pas, tu me sautes dessus et là, alors que je t'ai accueillie, tu m'ignore comme une ingrate, j'ai bien le droit d'avoir une réponse.
Rosalya : Non....non, rien je...je t'assure...
Moi -perdant mon sang froid- : BORDEL ROSA !

Rosalya sursauta comme une dingue, j'en suis désolée mais là c'est vraiment trop ! Ça suffit de me prendre pour une idiote !

Rosalya : Je.....sais juste que....
Moi : Que quoi !?
Rosalya : Je peux te poser une question ?

Je vis son visage devenir sombre, qu'est ce qu'elle a ? Je ne fis qu'acquiescer de la tête.

Rosalya -hésitante- : Pourquoi t'as une arme chez toi ?

Je ne sais pas si elle le voyait, mais dans la cage d'escalier sombre où on était, mon visage s'éclata. J'étais décomposée, qu'est ce que je pouvais lui répondre.

Moi : Je....je

Je ne vais pas lui demander comment elle le sait, c'est de ma faute, j'aurais pas dû la laisser dans le salon. Soudain, j'eu le réflexe le plus con de ma vie ! En moins de deux secondes...j'étais morte de rire.

Rosalya : Je peux savoir ce qu'il y a de drôle ?
Moi : Non mais tu crois quoi ? Que je suis une assassin ou un truc comme ça ?
Rosalya : Je.....
Moi : C'était l'arme de mon grand père ! J'en ai hérité, c'est tout.

Je sentis un lourd poids partir, la libérant.

Rosalya- soulagée- : Tu dois me prendre pour une idiote...
Moi : Pas du tout ! C'est normal de douter.

Rosalya m'envoya un sourire heureux, si jamais elle savait... Je conduis Rosalya à l'infirmerie, au même moment, la sonnerie retentit et mon portable également par la même occasion. Bordel, ils veulent pas me laisser respirer ici ! Je jeta un coup d'½il à mon téléphone, et vis "Ryo SAKAWA", le nom, que je ne voulais ABSOLUMENT pas voir. On s'en fout du cartable, je partis direct m'isoler dans un coin de la cour, répondre à son appel. Si je ne le fais, je suis morte !
Je répondis, fébrile, à son appel :

Moi : Âllo....
Ryo : Ah, ma chère petite Kate. Je pensais que tu ne voulais pas me répondre. Ça me faisait de la peine.
Moi : Qu'est ce que tu veux Ryo !? J'te rappelle que j'ai cours moi !
Ryo : Tu t'énerves chérie. Tu n'es pas venue me voir depuis un bon moment, je me suis dis que j'allais prendre des nouvelles.
Moi : Arrête de faire le con bordel ! Qu'est ce que tu veux !? T'as encore eu des problèmes avec un mec, tu veux que j'm'en occupe !?
Ryo : Non, laisse tes armes se reposer un peu. J'ai plus trop de victime pour toi.
Moi -sceptique- : Alors pourquoi tu m'appelles !?
Ryo : Je te l'ai dit, je prend juste des nouvelles.
Moi : RYO ! Je te connais ! Quand tu m'appelles, soit c'est pour me "demander" un meurtre, soit pour un autre service.
Ryo : Tu me connais bien..J'ai besoin que tu surveilles un certain Marc EBIEL, je le soupçonne d'être l'amant de ma copine.
Moi : Et si il l'est, qu'est ce que je fais ? Je t'en informe ?
Ryo : Non, pas besoin de me prévenir, si tu découvres ne serait ce qu'UNE preuve...tu le tues !

Ces mots....sensés me faire un pincement au c½ur, là ne me faisait plus rien. Comme si une immense lassitude venait de m'envahir.

Moi : Très bien...

Je raccrocha sans le laisser dire quoi que se soit. Venu prendre de tes nouvelles, tu parles !
Je resta un certain moment à fixer mon téléphone....et si je l'appelais ? Je composa lentement son numéro de téléphone avant d'apporter, à nouveau, le téléphone à mon oreille. Les "bip" se firent de plus en plus présent, soudain, mon visage s'éclaira. Quelqu'un venait de décrocher.

Moi -pressée- : Bryan !
??? : .................je.....

La personne raccrocha à la minute. C'était sa voix.....c'était la voix de Bryan..... Après 40 000 appels, il venait enfin de répondre.....et j'ai rien pu lui dire... Je retins mes larmes qui voulaient s'enfuir. J'allais hurler quand je sentis une main se poser sur mon épaule droite. Je me retourna brusquement.

Moi : QU...Oh, salut Lysandre !

C'est dingue, ce mec arrive à me calmer instantanément.

Lysandre -me tendant mon sac- : Tu l'avais oublié.
Moi -le saisissant- : Oh...merci
Lysandre : Est ce que ça va Kate ? Tu es toute pâle.
Moi -faussant un sourire- : Quoi ? Non, ne t'en fais pas, je vais très bien !

Le soir

Une fois rentrée du lycée, je m'affalais sur mon lit et me saisis de mon ordinateur portable. Généralement, mes victimes sont des gens assez "connus", je vais donc sûrement trouver des informations sur internet. Je tapais donc dans le moteur de recherche "Marc EBIEL" et tomba sur plusieurs liens. En cliquant sur chacun d'entre eux, je n'appris pas grand chose. Il travaille dans une société humanitaire, il a seulement 23 ans, vient d'une famille fortuné et à temps partiel, est bénévole dans un orphelinat. Pour la première fois, depuis que j'ai été engrenée dans cette mascarade, j'ai vraiment eu un pincement au coeur. Au début, c'était du dégoût de la mort. Après, je me suis habituée, plus aucun sentiment envers mes victimes. Mais là, ma proie n'était pas comme les autres cibles de Ryo, ce n'était pas un homme véreux et présomptueux, cette fois, cela semblait être un homme profondément bon. Pour la première fois, j'allais assassiner, un homme....bien. J'espérais alors qu'il n'est pas de relation avec la copine de mon "boss".

Le lendemain

Cela faisait une heure que j'attendais devant "BOKLOOS", l'orphelinat où ma cible travaillait à temps partiel. Après tant de temps à attendre, je le vis sortir avec une volcanique jeune femme, qui n'était d'autre que la petite amie de Ryo. Je les vis s'embrasser langoureusement, maintenant c'est sûr, ils sortent ensemble. Désolée monsieur EBIEL, mais vous être désormais une proie et moi la prédatrice. Je rentra dans l'orphelinat  et me dirigea vers une vielle dame.

Moi : Excusez moi madame, est ce que Marc EBIEL est encore là ?
Vieille dame : Oh jeune fille, appelez moi Suzanne, heum...oui, il me semble qu'il est encore dans sa salle.
Moi : Où se situe t-il ?
Suzanne : Première porte du troisième étage en sortant de l'escalier quatre.
Moi : Très bien, merci Suzanne.
Suzanne : Mais de rien.

Je me dirigea donc vers cet pièce, si elle m'a indiqué cette pièce, s'est qu'il à l'habitude de travailler ici, une sorte de "bureau". Je regarda la porte "Marc EBIEL", bien, il est donc le seul à travailler dans cette pièce, personne d'autre à l'intérieur. Ce n'est qu'un bénévole, la porte n'est donc sûrement pas fermé à clé. Je tourna la poignée....BINGO ! De toute façon, ça n'aurait pas été la première fois que je crochète une serrure. J'entrais dans le bureau et il me fallu à peine deux minutes pour voir tout ce dont j'avais besoin. Une photo de lui et Iliana, son numéro de téléphone inscrit sur un papier avec écrit "pour Iliana", symbolisant qu'ils sortaient ensemble depuis peu, et un prospectus semblant fort intéressant que je pris mais ne lus pas, il faut que je sorte au plus vite. Je quitta l'orphelinat, lassée, c'était facile, trop facile. J'ai sûrement l'habitude. En dehors du bâtiment, je lus le papier qui, effectivement, est très intéressant ! Ce soir, soirée mondaine, organisée par sa famille pour une collecte de fond pour financé un hôpital. Je sais désormais ce que je dois faire. J'appela la personne qui allais mettre mon plan en route.

Moi : Allô, monsieur HILBIRD ? J'ai besoin que vous m'aidez. Envoyez moi 20 000 euros en liquide, avant ce soir.

Le soir même.

Robe de soirée, maquillage sophistiqué et talon aiguille. C'est bon, je suis prête à mettre mon plan à exécution. Après avoir remis une mèche de cheveux derrière mon oreille, je m'approcha du bodyguard gardant la porte.

Moi : Bonjour.
Garde : Bonjour, votre nom ?
Moi : Kate OWEN.

Il regarda sa liste.

Garde : Désolé, vous n'êtes pas sur la liste.
Moi : Je sais mais...

Je me cambra, lui laissant une jolie vue sur ma poitrine, et ouvris mon sac rempli de liasse de billet.

Moi : .....je suis sûre que vous pouvez faire en sorte que j'y sois.
Garde : En....entrez.
Moi -rentrant- : Merci.

Tssss, tous les mêmes. Les hommes ne pensent qu'à satisfaire leurs libidos dès qu'une poitrine volumineuse se pose devant leurs yeux.
La soirée passa, et quelques heures après, le premier rouage de mon mécanisme se présenta devant moi. Marc EBIEL vint me parler.

Marc : Bon...bonjour, je m'appelle Marc EBIEL.
Moi : Enchantée, moi s'est Kate.
Marc : Enchanté, je....je ne sais pas quoi vous dire...je...
Moi : Heum, est ce que ça vous dérangerez qu'on marche un peu, je me sens étouffée entre tout ses gens qui ne parlent que d'argent.
Marc : Avec plaisir.

Marc m'entraîna dans les jardins, il ne cessait de me dire qu'une femme comme moi, de la bourgeoisie, qui n'aime pas les hypocrites véreux parlant d'argent, était exceptionnelle. Si seulement il savait que j'étais tout, sauf une bourgeoise. Il parlait de l'hôpital qu'il voulait construire, il était si......passionné. Plus on discutait, plus j'avais dû mal à me dire que j'allais bientôt le tuer. Il n'était pas comme toute les autres victimes que j'ai eu.

Marc : .....je n'y crois vraiment pas. Vous êtes exceptionnelle d'avoir apporté autant d'argent.

Perdue d'en mes pensées, je ne répondis que d'un sec <<de rien>>. Il continua à parler de son projet d'hôpital, c'est homme est quelqu'un de bien.....de purement bien. Je m'avança un peu plus, lui un peu derrière. C'est bon, nous sommes dans le fond des jardins, loin des invités.

Marc -très enjoué- : En tout cas c'est merveilleux ! Tout ces gens qui donnent pour cet hôpital !
Moi -me stoppant- : Oui "merveilleux", dommage que vous ne pourrez jamais assister à l'inauguration.
Marc : Co-comment ça ?
Moi : Vous allez crever !

Je me retourna violemment et dégaina mon arme à feu.

Le visage du vingtenaire se décomposa.

Marc -terrifié- : Une....une arme à feu....
Moi : Bien joué Sherlock, d'ailleurs la balle qu'elle va lancé, va être la dernière chose que vous verrez de près.

Je tendis mon bras armé et posa ma jambe droite devant moi, prête à tirer, mon index caressait la détente. Soudain, le jeune riche se mit à verser quelques larmes.

Marc -en larmes- : Pour....pourquoi moi ? Qu'est ce que......j'ai fait de mal....?
Moi : Vous voulez vraiment le savoir ? Vous sortez avec la nana de mon patron et c'est de ma mission de vous empêchez de récidiver.
Marc : I-Iliana...
Moi : Exactement.... C'est pas très gentil de voler la copine des autres monsieur c½ur d'or...
Marc : E....e...elle....était en couple....

Cette fois ci, je vis son visage déglutir de peine. Ce n'était plus le fait d'être sur le point de mourir qui l'achevait, cette fois, c'était de savoir que celle par qui il croyait être aimé lui mentait.
Ses jambes tremblaient, il fit un pas en avant, deux pas en arrière, un pas en avant, trois pas en arrière. Plus il avançait vers son futur, plus il reculait vers les bas fond de sa vie. Il tomba au sol, désemparé, effaré, dégoûté. Pour la première fois, depuis le début, des larmes vinrent perler à mes yeux. J'aurais dû refuser la mission, c'est moi qui serais morte mais au moins, Ryo n'aurait trouvait personne d'autre que moi pour abattre Marc. Je serais morte mais pour quelqu'un de bien, là, je vais tuer quelqu'un de bien pour un enfoiré de première catégorie. Je suis une louve affamée devant un mouton tout ce qu'il y a de plus normal et qui pourtant, pour moi, ressemble à un loup aussi. Comparé à tout les autres moutons que j'ai dû tué car ils avaient réellement commis des crimes : meurtres, vols, viols, cette fois si le seul crime de ma proie.....est d'être tombé amoureux de la mauvaise femme. Je viens de le briser mentalement, vais je avoir la force de le briser physiquement. Mais peut etre qu'après cette révélation, il ne veut plus vivre, que dois je faire ? J'allais parler quand il le fit avant.

Marc -au sol, le regardant- : Peut etre que c'est le karma qui vient enfin faire son apparition.

Le karma !?

Moi -baissant mon arme- : Comment ça ?
Marc : Il y a trois ans....je suis sorti avec une fille, je l'ai trompé et quand elle l'a appris, elle a juré dans parler à tout le monde. Un symbole d'adultère venant d'un héritier comme moi était impensable, alors je l'ai faite taire.
Moi -le repointant avec mon arme- : Comment ?
Marc : Je lui ai fait vivre un enfer, lui faisant croire que je l'aimais encore pour la relâcher lâchement au moment où son père étai mourant. Là, elle était faible, tellement faible qu'elle ne pouvait même plus essayer de sa battre contre moi. Finalement, tout ce qui m'arrive, je le mérite. Alors même si je ne suis qu'un sale énergumène, rendez moi un service. Tirez moi une balle qui me tuera net sans douleur.

Je m'accroupi à sa hauteur. Nos visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

Moi : Est ce que vous voulez vivre ?

Il releva la tête vers moi surpris, les yeux embués de larmes.

Marc : Evidemment que je veux vivre.....mais est ce que je le mérite ?

Je ne pus me retenir, je lui colla une gifle lui laissant une marque d'un rouge flamboyant.

Moi : Bien sûr que tu le mérites ! Tu as rejeté une fille au moment où elle était faible ? Whoua ! Tu es un monstres ! Bordel de merde, moi ça fait 4 ans que je m'occupe de sale race alors ne te met surtout pas au même stade de ces fils de chien ! Je sais quand les gens mentent, et à ce que je vois, toi, tu a déjà épié tes"crimes" ! Tu as profondément changé, tu es quelqu'un de bien.
Marc : Alors....vous me laissez ?

À sa question, je tourna en rond toujours armée.

Moi : Mais je peux pas ! Même si je voulais je pourrais pas !

Soudain, j'eu une idée.

Moi : Qu'est ce qui te retiens en France ?
Marc -surpris de ma question- : Quoi ?
Moi : J'ai dit : qu'est ce qui te retiens en France ?
Marc : Maintenant que je sais qu'Iliana m'a menti....rien.
Moi : Quitte le pays !
Marc : Quoi ?
Moi : Ne pose pas de question, soit tu meurs, soit tu quittes le pays !
Marc : Mais....mais je ne sais pas où aller.

Je lui balança à la figure une carte.

Moi : Va voir cet homme, dit lui que tu viens de moi et disparais ! Tu as 3 heures pour être dans un avion qui t'emmènera loin. Ne préviens pas Iliana, ne préviens pas tes proches, laisses leur juste un mot très vague.

Sans le laisser répliquer, je tourna les talons.

Marc : Kate !
Moi -sans me retourner- : Quoi ?
Marc : Merci !
Moi : Tsss.

Je quitta la résidence de luxe et me dirigea vers une ruelle sombre. Toujours en tenue sexy je risque de me faire violer mais rien à foutre. Je composa le numéro de Ryo. Cette fois, je vais devoir sortir mon meilleur jeu d'actrice pour lui faire croire que Marc est mort. Jouer la petite bourgeoise devant la famille EBIEL et leurs invités n'était rien par rapport au fait de jouer la parfaite tueuse devant Ryo. Même au téléphone, je m'apprête à, pour la première fois, mentir à plus fort que moi. S'il apprend que Marc EBIEL n'est pas mort, c'est moi qui mourais.

Tags : Chapitre 3 - Kate OWEN ♥ - Fan-fiction - Amour sucré - Amour Sucre Fan Fiction - Marc EBIEL - Ryo - Iliana - Amour - meurtre - amitié - tristesse - souvenir - colère - mensonge - Monsieur HILBIRD - Lysandre - Rosalya - Castiel - Secret

Chapitre 12 14/04/2017

Fin du chapitre 11

<<Je ne supporte pas d'être à son image> Qu'est ce que ça veut dire Kate ?




Point de vue de Kate

Rosalya -me retenant- : Putain Kate calme toi !
Moi -me débattant- : Mais laissez moi lui refaire la face !
Lysandre -me tenant par la taille- : Calme toi Kate.

Après encore une bonne dizaine de minutes à lui mettre des claques pendant que Rosalya et Lysandre tentaient de me stopper, je me calma et respira un bon coup pour ne pas lui mettre une bonne droite. Elle a le nez en sang et elle le mérite.


Rosalya : Franchement t'as déconné Peggy !
Peggy -se tenant le nez- : J'suis désolée, j'pensais pas que ça l'énerverais autant.
Moi : Ça se voit que tu m'connais pas connasse !
Lysandre : Tu as eu de la chance Peggy. On était là pour retenir un minimum Kate.
Rosalya : Si ça avait été Castiel j'garantis pas qu'avec mes bras j'aurais réussi à le stopper.
Peggy : J'vois pas pourquoi ça énerverais Castiel.
Lysandre : Des rumeurs sur une de ses amies, normal qu'il s'énerve.
Moi -m'approchant- : Quoi qu'il en soit, t'as intérêt à stopper tes conneries !
Peggy -gênée- : Heum....
Moi -n'en pouvant plus- : Quoi !?
Peggy : Une...une nouvelle édition a été envoyée...
Moi -fulminante de colère- : DE QUOI !?
 
Cette fois je vais la buter. Voyant ma haine, Lysandre s'approcha de moi pour me calmer mais le coup était parti. Je venais de lui mettre un coup de pied de la tête qui la fit tomber. Elle le méritait tellement ! Je me retourna brusquement et Rosalya sursauta.
 
Rosalya -ayant peur- : T-ton oeil.....ton oeil droit !
Moi : Qu'est ce qu'il a mon oeil droit ?
Rosalya : Il....il est rouge....
 
Je ferma les yeux quelques secondes et les ré-ouvris.
 
Moi : Je ne vois pas de quoi tu parles.
 
Je commença à avancer. Je lança un dernier regard noir à Peggy avant de quitter sa maison. Vu la réaction de Rosalya, c'est bon, mon oeil est redevenue violet. Mon Dieu, ce que je déteste cette chose. Je marcha jusqu'à chez moi et entendis Rosa et Lys' derrière moi. Nous passâmes la route silencieusement. Une fois arrivée chez moi, je balança mon sac par-terre et m'étala sur mon canapé. Flocon vint tout de suite me sauter dessus pour me lécher. Qu'est ce que je ferais sans elle et son soutient ?
 
Rosalya : À ton avis, il y a quoi dedans ?
Moi : Dans quoi ?
Lysandre : Dans la nouvelle édition.
Moi : J'en sais rien et...
 
Je me stoppa net en entendant quelqu'un défoncer ma porte. Je me dirigea vers elle et l'ouvrit voulant stopper ce vacarme.
 
Moi -ouvrant la porte- : Qu'est ce qu'il...
Castiel -me poussant et rentrant- : J'VAIS LA TUER !
Moi : J'peux savoir ce que t'as !?
 
Je ferma la porte et me dirigea dans le salon. Castiel écrasa des papiers sur ma table basse. C'est un journal.
 
Moi : Qu'est ce que c'est ?
Castiel -en rage- : Nouvelle édition !
 
J'accouru vers ce torchon et le lu. Mais c'est quoi ce bordel !
 
Chapitre 12

Moi -énervée- : .....affaire à suivre ! Rédactrice en chef, Peggy, coeur>> LA PUTE !
 
Je balança cette connerie par-terre, non mais je rêve !

Castiel : Je vais la buter l'apprentie journaliste à deux balles !
Lysandre : Calme toi Castiel.
Castiel : ME DIS PAS DE ME CALMER !
Rosalya : Les amis, c'est pas pour vous speeder mais les cours commencent dans dix minutes !
Lysandre : Il faut qu'on se dépêche, vous venez.
Moi : Non, j'reste chez moi. J'en ai marre de ce lycée !
Castiel : Moi aussi, aujourd'hui je sèche !
Rosalya : Castiel ! Kate est protégée par monsieur HILBIRD mais pas toi, si tu sèches tu vas avoir des ennuis avec la directrice !
Castiel : Et si j'viens j'vais casser la gueule du délégué et j'aurais aussi des ennuis avec la vieille alors bon.
Moi : Castiel tu devrais...
Castiel : La ferme ! Tu devrais y aller, retrouver ton mec chéri !

Non mais il est sérieux là !? Quel connard ! Je partis dans ma chambre et claqua la porte violemment. Putain je vais le tuer. Je m'écrasa contre mon lit. Elisia est partie passer deux jours chez Eloïse, apparemment elles devaient faire un projet. J'espère que Pascal n'aura pas l'idée de la chercher là bas. Au moins, elle ne sera pas en cours. Ambre a beau ne pas être là, ses chiens et le reste de la classe la déteste. Castiel, je te hais. Je resserra mon oreiller contre ma poitrine et sentis quelques choses couler sur mes joues. Je posa ma main dessus et la mis devant moi. Des larmes ? Pourquoi je pleure ? Ça doit être des larmes de haine, oui, c'est sûrement ça. J'allais balancer mon oreiller contre le mur quand j'entendis des voix.
<<...ne peux.....quoi de.....Ernandès.....Dorothée a....>> On dirait une télé-novelas !
Je me dirigea vers le salon et eu la surprise de voir Castiel, sur mon canapé, ma télécommande à la main. Heu....okay.... Je toussa pour me faire remarquer et il tourna la tête vers moi un grand sourire aux lèvres.

Moi : Tu m'expliques ce que tu fais ?
Castiel : Je sèche !
Moi : Tu peux sécher chez toi ?
Castiel : Je suis désolé, ça t'vas ?
Moi -surprise- : Sérieux ?
Castiel : Ouai... J'étais tellement énervé qu'on t'imagine en couple avec cet abruti que j'ai pété un plomb sur toi.

Je m'approcha de lui et m'assis à côté.

Moi : Pourquoi ça t'énerves autant qu'on m'imagine en couple avec Nath ?
Castiel : Parce que ça m'énerve !
Moi : Merci pour cette brillante explication professeur Turner !
Castiel : Au plaisir !
Moi : Non mais sérieux !
Castiel : Tout simplement parce que vous allez pas bien ensemble.
Moi : Comment ça ?
Castiel : Tu vas pas avec ce type de mec !
Moi -l'air moqueuse- : Et avec quel type de mec vais-je bien ?
Castiel : Je sais pas moi...-faisant semblant de réfléchir-...Un type comme moi !
Moi -posant une main sur son torse- : Serait ce une déclaration d'amour ?
Castiel -riant- : Ahah, qui sait ?

La sonnerie du téléphone nous coupa dans notre délire et me coupa le souffle par la même occasion quand je vis qui était celui qui m'appelait. Je me jeta sur mon téléphone pour répondre.

Moi : Allô ?
??? : ..........
Moi : Bryan enfin ! Pourquoi tu ne réponds jamais ?
Bryan : ....................
Moi : Quoi ? Mais comment ça dans quel pays je suis ? Tu t'fous de moi ? J't'ai envoyé un message avant de quitter l'Angleterre ! Je t'ai dis que...
??? : ..................
Moi : Tiana ! Laisse moi parler à Bryan ! Que je sache tu n'as aucune raison de te mettre entre nous !
Tiana: ...............................
Bryan : ............
Tiana : .......................
Bryan : ................
Tiana : .....................................
Moi : Bon c'est fini ! Bryan est à moi ! Donc arrête tes conneries et laisse moi.......

La connasse elle a raccroché !

Moi -balançant mon téléphone- : La pétasse !
Castiel : C'est qui ce Bryan ?
Moi -me retournant vers lui- : Tu dois sûrement le connaître....c'est un célèbre chanteur, Bryan O.
Castiel : Et bah, j'croyais pas ça de toi.
Moi : Comment ça ?
Castiel : <<Bryan est à moi>>, je savais pas que toi aussi t'étais une idole de ce chanteur faisant tourner toute les têtes. J'pensais pas que t'étais une groupie folle amoureuse d'un artiste.

Je ne pus m'empêcher de m'écrouler au sol pour mourir de rire.

Castiel -dans l'incompréhension- : Je peux savoir ce qu'il y a ?

J'en pleure tellement ce mec me fait rire. Moi ? Avec Bryan ? Et puis quoi !

Moi -tentant de me calmer- : Je...je....ahah.....désolée....c'est juste que....ahahah.......donc...C'est vrai que Bryan O. est beau, gentille, drôle mais sortir avec lui serait considéré comme de l'inceste
non ?
Castiel : Quoi !?
Moi : Tu ne t'es jamais demandé ce qu'il voulait dire le "O". Son nom c'est -en chantonnant- Bryan...OWEN....

Castiel était bouche bée et moi, de nouveau morte de rire. Je crois qu'il va me tuer avant la fin de la journée.

Castiel : T'es.....t'es la soeur de ce mec !
Moi : Et bah non j'suis sa mère ! Mais qu'est ce que tu crois ? Oui je suis sa s½ur !

Il est toujours bouche bée, je crois que je l'ai traumatisé à vie.
Je me dirigea vers mon buffet et en pris un immense album photo puis m'installa à côté de lui, il passa une main autour de mon cou pour la poser sur mon épaule opposée à lui. Ce geste me fit grandement frissonner, qu'est ce qu'il m'arrive ?

Moi : Je crois qu'il est temps que je t'en dise un peu plus sur ma famille.
Castiel : C'est vrai que je ne sais rien de toi.
Moi : Moi non plus je ne sais rien de toi.
Castiel -baissant la tête- : Ma vie est compliqué à croire...
Moi : Comment ça ?
Castiel : Disons juste que c'est bizarre et que ça peut faire peur. Si je le dis à quelqu'un, je crois que je finirais seul...
Moi -posant une main rassurante sur sa jambe- : Moi je ne te jugerais et ne t'abandonnerais jamais.
Castiel -posant sa main sur la mienne- : Merci...

Mon pauvre Castiel, crois moi, ta vie ne peux pas être pire que la mienne. Celle qui a le plus de chance de finir seule c'est moi. Je suis une assassin, si tu arrives à battre ça, bravo !

Moi -ouvrant l'album- : Donc, voilà mon frère, notre très cher Bryan.

Chapitre 12

Castiel : C'est la photo d'un shooting ?
Moi : Non. C'était y'a cinq ans, avant qu'il ne devienne une star. Je prenais des photos de paysages japonais et il aimait tellement être pris en photo qu'il avait tourné mon objectif. Résultat, une quarantaine de photos de lui et deux photos de paysage.

Je ne peux m'empêcher de sourire en repensant à ce jour.

Castiel : Il est toujours aussi souriant ?
Moi : Toujours ! -tournant une page- Là, c'est une photo de ma petite s½ur prise lors d'un Hanami.
Chapitre 12

Castiel : Elle est aussi belle que toi. Elle avait quel age ?
Moi : Merci, elle avait huit ans, aujourd'hui elle en a quatorze.
Castiel : Elle s'appelle comment ?
Moi : Elle s'appelle Azumi.

Il ne pose pas d'autres questions ? Tant mieux, je n'ai pas trop envie de parler d'elle. Pauvre Azumi, promis je vais retrouver cet enfoiré ! Je tourna à nouveau une page.

Moi : Là, c'est....ma mère.
Chapitre 12

Castiel -choqué- : Attend. Ta mère c'est Ayano MATEHARA !?
Moi : Ayano OWEN. En tant qu'artiste, elle a préféré porter son nom de jeune fille pour rendre fière sa famille quand ils verront leur nom sur des livres, des magazines, à la télé etc... Sinon je vois que tu t'intéresses pas mal à la mode monsieur TURNER.
Castiel : Pas besoin de s'y intéresser pour la connaitre ! Ta mère est "the" icone de la mode !
Moi : C'est vrai.
Castiel : Dis moi, c'est vrai qu'elle est en prison pour meurtre ?
Moi -serrant les poings- : Oui mais elle est innocente sauf que personne ne veut y croire !

Je serra tellement le poing que j'enfonça mes ongles dans ma paume ce qui la fit saigner. Castiel posa une main sur la mienne qui se décrispa immédiatement.

Castiel : Moi j'te crois...
Moi -souriante- : Merci...

C'est dingue ce que sa présence et son soutient me font du bien.

Moi : Et enfin, mon père adoré !

Chapitre 12

 
Moi : Chad OWEN !
 
Je vis Castiel se crisper à sa vision, je le vis vraiment choqué.
 
Moi : Est ce que ça va Castiel ?
Castiel : O...oui....oui....Tu...enfin, il travaille dans quoi ton père ?
Moi : Il travaille dans une compagnie...heu...aérienne...
Castiel : On dirait que tu as hésité ?

Evidemment que j'ai hésité ! J'allais pas te dire que mon père est un assassin professionnel quand même !

Moi : Non...non pas du tout...

Le malaise était palpable, Castiel semblait perdre tout ses moyens devant la photo de mon père.
Soudain nous entendîmes une sonnerie, celle de mon téléphone. SAUVÉE ! Je décrocha en vitesse sans regarder le nom de celui qui m'appelait.

Moi : Oui allô ?
??? : Salut Kate, comment ça va ?
Moi : Ça va bien et toi ?
Nina : Ça va. Je t'appelle juste pour te dire que ce soir, faudra que tu me préviennes quand tu seras près des bureaux O.L.P.S, comme ça je t'enverrais le plan détaillé de l'endroit.

Et merde, j'avais oublié cette mission !

Moi : Heum....d'a...d'accord...
Nina : Ne me dit pas que tu as encore oublié que tu avais cette mission !
Moi -gênée- : Pas....pas du tout !
Nina : C'est cela oui, bon à plus.
Moi : À plu...

Merci de me laisser finir ma phrase avant de raccrocher ! Bon bah ce soir, 22H00, direction l'O.LP.S. Pourquoi c'est moi qui doit faire cette mission ? Je suis pas spécialisée en infiltration
moi ! Bref... Je me retourna vers Castiel.

Moi -souriante- : Tu veux faire quelque chose ?


Point de vue de Nina

Moi : Pour cette mission, il y avait trois personnes possibles Clay, Kae et Kate. J'ai compris que tu voulais que se soit un membre de l'Elite qui y aille mais pourquoi Kate ? Kate et Kae sont toutes les deux parfaites pour cette mission et je trouve qu'en ce moment tu ne donnes pas beaucoup de mission à Kae.
Ryo : Je comprends ce que tu veux dire. La raison est simple Kate est une professionnelle comme on en voit plus. Elle est talentueuse en technique d'assassinat, en diversion et en infiltration. Kae, elle, est certes très douée, je ne l'ai pas fait rentrer dans l'Elite pour rien. Mais c'est une mission très importante et elle panique très vite. Mais par dessus tout, dans cette mission nous risquons de rencontrer des assassins d'une agence F.P.G et il va falloir se battre au corps à corps et Kae ne sait pas se battre au corps à corps, c'est une tireuse.
Moi -soucieuse- : Je comprend mais, alors pourquoi pas Linda ? Avec ses yeux de la poupée elle pourrait ordonner aux gardes de l'amener directement au papier.
Ryo : Les yeux de la poupée, Linda n'arrive pas très bien à les maîtriser. En fait, elle les utilise sans s'en rendre compte. Et puis, quand elle utilise ses yeux de la poupée sur quelqu'un, cette personne va droit au but sans faire de détour, cela signifiera donc qu'il foncera dans le champs des caméras sans demander son reste, ça ne nous attirera que des ennuis. Protégés par l'Etat ou non, nous ne devons pas nous montrer. De toute façon elle a déjà une mission assassinat ce soir.
Moi : Et si...
Ryo -me coupant- : Mmmh, ma très chère Nina j'ai l'impression que tu ne veux pas que Kate fasse cette mission, ai-je tord ?
Moi : Je....

Bon sang, Ryo a le don de me faire bégayer en moins de deux secondes.

Moi : Non, tu as tout à fait raison.
Ryo : Pourquoi ?
Moi : J'ai l'impression que depuis l'entretien avec toi, elle est bizarre.

Ryo baissa la tête....attendez, quoi !? Ryo baisser la tête ? C'est comme si Thomas appeler Alex par son prénom ! Il releva sa tête et prit un air des plus sérieux et froid. Il fait peur comme ça.

Ryo : Je m'en fiche qu'elle soit bizarre ou non ou de son ressenti. Si je lui confie une mission et l'exécute c'est tout.
Moi : C'est étrange Ryo. Tu te forces à te montrer dur. Je le sais, la seule chose que tu veuilles faire c'est de la prendre dans tes bras et de la rassurer. Tu considères Kate comme ta fille et nous le savons tous.
Ryo - crispant les yeux- Il faut croire que tu me connais très mal.
Moi : Il faut croire que ce soit toi qui ne te connaisses pas.

Rien qu'en disant cette phrase, je savais que je prendrais cher.

Ryo : Vous avez décidé de tous me faire chier en ce moment ou ça se passe comment ? Je suis votre maître et vous mes esclaves, mes ordres envers vous sont absolus, vous devez m'obeir et c'est tout.
Moi : Tu te rappelles ce que tu as dit à Kate il y a quelques années ?
Ryo : Je te demande pardon ?
Moi : <<Que tu pleures, que tu cries, que tu souffres, nous, on sera toujours là pour toi. Même si ta famille est loin, tu nous as nous. Pour l'instant, c'est nous, ta famille.>>. Je me rappelle l'avoir vu pleurer. C'est la première fois de ma vie que j'avais vu Kate pleurer. C'était des larmes de joie, elle est belle quand elle est heureuse. Cette promesse, j'ai bien peur qu'elle n'y croit plus et je la comprend.

Je vis ses yeux briller. Il pleure ? Non, impossible ! Ryo ne pleure jamais et encore moins le nouveau Ryo.

Ryo -à voix basse- : Va t-en...
Mo : Comment ?
Ryo -pleurant de rage- : DÉGAGE !

Je sursauta et pris mes jambes à mon cou. Il fait vraiment peur quand il crie !


Point de vue de Ryo

Elle partit en claquant la porte et je balança mes affaires par terre. Non mais c'est un complot ou quoi !? Je n'ai pas changé, je fais toujours ce qui est juste. Et je suis toujours avec Kate ! Je la considère toujours comme ma fille et ça ne changera jamais. Je refuse qu'elle quitte l'agence et par dessus tout je refuse qu'elle ne croit plus en ce que j'ai dit. J'ai dit ce que je pensais et je le pense toujours. C'est moi le patron, ils doivent croire en ce que je crois ! Kate doit rester près de moi. Près de moi, elle est en sécurité, si il lui arrive quelque chose je ne me le pardonnerai jamais, JAMAIS !

Tags : Ryo - Nina - Lysandre et Rosalya - Kate OWEN ♥ - Mission - amitié - souvenir - famille - Azumi - Ayano - Chad - Bryan - Tiana - Castiel

Chapitre 19 20/04/2017

Fin du chapitre 18


Nadège m'adressa un regard assassin et moi je poussa un soupir de désarroi. Autrefois dans la case meilleure amie, tu m'as désormais classé dans la case "personne à abattre". Est ce qu'on retrouvera un jour notre entente d'antan ?
 
Point de vue de Kate

Nina : Comment s'appelle le nouveau ?
Ryo -nous faisant un clin d'oeil- : Mystère !
Alex : C'est pas sympa !
Ryo : Je sais.
Thomas : Et quand est ce qu'il va venir ?
Ryo : Je ne sais pas mais après les Winter fights, c'est d'ailleurs une bonne transition. En fait, je voulais aussi vous parler des Winter fights.
Nadège : Pourquoi en parler ? Nous connaissons déjà tout.
Ryo : Je sais bien, c'est pour vous parler des armes, des soins et des secteurs. Vous connaissez déjà tout ça mais je préfère encore vous le répéter.
Thomas : C'est reparti pour un tour.
Ryo : Donc, évidemment, les but des Winter fights n'est pas de vous tuer. Les armes sont dans une matière crée par l'Etat. Les lames sont donc assez aiguisées pour vous couper mais as au point de vous tuer, sauf si vous donnez des coups trop secs, ce que je n'espère pas. Pareil pour les armes à feu, les "balles" sont faites de la même composition donc, assez fortes pour rentrer un peu dans la peau mais pas au point de vous transpercer
Pour les soins, si vous êtes trop violemment blessés, vous vous mettrez dans les cases bleus présentent dans chaque secteurs et appuyer sur le boitier fourni à chaque début d'épreuve. 
Moi : Et quand est-il des secteurs utilisés cette fois ci ?
Ryo : J'allais y venir. Pour ces Winter fights, les secteurs utilisés seront ceux de la forêt, du hangar, du vide, des marécages, des miroirs, des chaînes, les arènes, l'obscurité, des reptiles et de la chaleur.
Nadège : Si tu me mets dans le secteur des marécages, je t'écrase Ryo !
 
Ryo pouffa de rire à nouveau. Ça fait du bien de le voir comme ça, malheureusement, Dieu même ne sait pas jusqu'à quand il restera comme ça.
 
Ryo : Je te l'ai déjà dit. Je met tout les noms dans l'ordinateur et il "dispatche" à sa façon.
Nadège : Ouai bah il a intérêt à pas faire de connerie.
Moi : C'est vrai que lors des Springs fights tu t'étais retrouvée dans le secteur glacial. Toi qui met toujours peut de tissu c'était pas pratique IBRÀJOVSKY.
Nadège : Écrase OWEN !
Ryo : Maintenant que tout est dis, vous pouvez y aller. Reposez vous bien, ne l'oubliez pas. Les Winter fights sont dans deux jours.
Nina : Alex vient avec moi.
Thomas : Pourquoi tu veux qu'il vienne avec toi ?
Linda -les yeux qui brillent- : Tu es jaloux Thomass !?
Thomas : NON ! J'm'en fiche.
 
Thomas fut le premier à partir.
 
Nina : Le bandage que je t'a fait est un peu noué à la vitesse supérieur, je vais te le refaire.
 
Alex : Heu...OK...
Nadège : Tu as l'air ravi !
Alex : Je voulais rentrer avec Thomatchi !
Linda : OUI ! OUI ! OUI ! UN KISS ! I WANT A KISS !
Nina : Et bah tant pis, tu viens.
 
Elle le tira par le bras, nous commençâmes tous à partir. Une fois dehors, alors que tout le monde partait, chacun de leur côté, je sentis quelqu'un me prendre la main.
 
Moi -me retournant- : Kae-chan ?
Kae -serrant ma main- : Heu, Kate-sama, tu as quelque chose à faire là ?
Moi : Heu....à 2H00 du mat', non.
Kae : Tu peux me ramener à l'orphelinat s'il te plait. J'ai...j'ai pas envie d'y aller toute seule.
Moi : D'accord !
Kae -radieuse- : Merci Kate-sama !
 
Nous commençâmes notre route jusqu'à l'orphelinat. Maintenant que j'y pense. On s'est connu au Japon grâce à ma grand-mère qui faisait du bénévolat dans son ancien orphelinat. Mais je n'ai jamais su ce qui était arrivée à ses parents...On font, je crois que je n'ai jamais eu le courage de lui poser la question. Je me demande aussi pourquoi elle est entrée dans l'agence, comment elle a même su que cette agence était une agence d'assassin ! Elle est admirée par la plupart de l'agence, après tout c'est la plus jeune de toute les agences réunies et elle fait partie de l'Elite. Dans l'agence on la considère comme une gamine méga-forte juste un peu timide. Dans l'Elite c'est la petite soeur toute mignonne mais qui sait se battre. Moi, je sais qu'il y a quelque chose d'autre. Dans l'Elite on a jamais parlé de notre passé et je suis sûre que celui de Kae n'est pas aussi "parfait" qu'on le croit. L société SAKAWA pense que c'est une assassin qui de base à une vie normal, seule l'Elite sait qu'elle vit dans un orphelinat. Personne ne sait ce qu'il est advenu de ses parents. La phrase que Nina m'a dit il y a 1 an me revient toujours en tête.
 
Flashback, il y a 1 ans
 
Nina : Elle est arrivée il y a très peu de temps dans la société mais de ce que j'ai analysé. Kae ne te considère pas comme une soeur Kate. Elle te considère comme sa mère.
Moi : Sa mère ?
Nina : Sa façon de te prendre pour exemple, de te prendre dans ses bras quand elle va mal, de te demander de l'emmener quelque part. Elle a même demandé à la gérante de son orphelinat que ce soit TOI qui vienne à sa réunion "parents-profs". Tu n'est pas son modèle Kate. Ni sa soeur. Tu es sa mère.
 
Back in reality
 
Je suis sa mère ? J'ignore pourquoi mais....cette idée me fait très peur.
Soudain je me sentis stopper d'un coup. Je me retourna et vis Kae totalement endormi debout, serrant toujours ma main. Elle est trop mignonne cette fille.
Je m'approcha d'elle et la porta comme une princesse. Je monta sur une voiture, sauta sur un camion et sauta sur un toit. Je vais continuer ma route en sautant sur les toits, ça sera plus rapide. Au bout d'une trentaine de minutes, j'arriva à son orphelinat. La fenêtre de sa chambre est ouverte, elle a dû passer par là.
Je rentra en faisant attention à ne pas réveiller les autres gamines dans la chambre. Je la déposa dans son lit et me redirigea vers ma fenêtre. Avant de partir, je regarda une dernière fois la chambre. Elles sont quatre dans la chambre, il y a un peu près quinze chambres. Quatre fois quinze qui fait soixante. Environ soixante enfants qui n'ont pas de parents. Je trouve terriblement triste. Je sauta sur le toit d'un camion.
 
??? : Kae n'a pas l'air de trop nous aimer.
 
Cette phrase me fit tomber d'un coup. Je laissa un immense vacarme se faire entendre. Le temps que je me remettre droite, trois personnes arrivèrent.
 
Femme : Est ce que ça va mademoiselle !?
??? : Kate tu vas bien !?
Moi : Oui ne t'en fait pas Louise, j'ai juste trébuché et je suis tombée contre les poubelles c'est tout.
Louise : Ouf, tu me rassures. Qu'est ce que tu fais ici si tard ?
Moi : Je....je me baladais.
Homme : À qui avons nous l'honneur ?
Louise : Monsieur DOOM, je vous présente Kate OWEN, cette charmante jeune fille vient souvent rendre visite à Kae et aider l'orphelinat.
Homme : Enchanté.
Moi : De même.
Femme : Enchantée, je suis heureuse que de jeune demoiselle telle que vous aide encore les autres.
Moi : C'est normal.
Homme : Donc comme ça vous connaissez bien Kae ?
Moi : Oui, elle est très gentille.
Femme : Nous avons vu ça. Peut etre pourriez vous nous dire pourquoi elle ne nous aime pas.
Moi : Monsieur et Madame DOOM c'est ça ?
Homme : Oui.
Moi : Elle m'a dit que vous aviez l'air très gentille mais qu'elle ne voulait pas aller avec vous. Elle ne veut aller avec personne. Elle dit qu'elle veut rester dans cet orphelinat.
Louise : Elle t'a vraiment dit ça !?
Moi : Oui.
Louise : Pourquoi elle ne me l'a pas dit ?
Moi : Je ne sais pas, bon, moi j'y vais, j'ai rendez vous avec quelqu'un.
 
Je les quitta ne voulant pas continuer la discussion.
 
Point de vue de Linda
 
??? : Où étais tu ma chérie ?
Moi -me retournant- : Bonsoir grand-mère. J'étais allée voir une amie, elle avait besoin de mon aide.
Grand mère : Il est deux heure du matin, tu aurais pu me prévenir, j'étais très inquiète.
 
Je m'approcha d'elle et la pris dans mes bras.
 
Moi : Je suis désolée Grand-mère. J'aurais dû laisser un message.
Grand mère : Qui était l'amie qui a sollicité ton aide ?
Moi : Mmmmh....c'était Kate.
Grand mère : La grande soeur de la petite Azumi.
Moi : Oui.
Grand mère : Je vois. -sourire rassurant- : Va te reposer, il est tard.
Moi : Bien Grand mère.
 
Je me dirigea dans ma chambre et m'allongea sur le lit. Je ne pensais qu'à une chose, mettre Thomas et Alex en couple.
 
Point de vue de Thomas
 
J'avais les mains dans les poches, pensif. Moi en couple avec Alex ? Et puis quoi encore. Ce mec est un abruti total. Soudain je sentis quelqu'un me serrer.
 
Moi : Hein je -me retournant- : Je peux savoir ce que tu fous abruti !
Alex -en larmes- : Je voulais rentrer avec toi mais tu étais déjà parti ! Alors quand Nina eu finit je me suis précipité pour te rattraper !
 
Malheur ! Pourquoi faut il que sa maison soit sur le chemin de le mienne !?
 
Moi : Arrête de pleurer abruti !
 
Je lui donna un coup de pied dans la figure qui le fit tomber au sol. Au moins il arrêtera de chialer ! Je continua mon chemin mais sentis qu'il me suivait. Je vais le buter !
 
Point de vue de Castiel
 
Il est sérieux de me demander un rendez vous aussi tôt !? Connu dans tout le pays ou pas c'est pas une raison !
 
Point de vue de Kae*
 
Moi : Pourquoi tu ne te retournes pas ?
Papa : C'est de ta faute.
Moi : Pourquoi tu ne veux pas m'y emmener ?
Papa : C'est de ta faute.
Moi : Grand mère, il est où papa ?
Grand mère : N'y pense pas.
Moi : Joyeux anniversaire papa.
Papa : Je n'en veux pas.
Moi : Bonne fête des pères !
Papa : Garde ce cadeau !
Moi : Joyeux Noel.
Papa : Dégage !
Amie : Tu as eu quoi pour Noël ?
Moi : Mes grands parents m'ont offert des poupées.
Amie : Et tes parents ?
Moi : Rien.
Moi : Papa, pourquoi tu ne viens pas au réunion parents-professeur.
Papa : À quoi bon ?
Moi : C'est pour m'aider.
Papa : Démerde toi toute seule !
Professeur : Tes parents vont venir à la réunion ?
Moi : Non, mes grands-parents.
Moi : Elle est où maman ?
Papa : C'est de ta faute.
Amie : Tu es nouvelle dans l'orphelinat ?
Moi : C'est de ma faute.
 
 
 
 
*Les dialogues fait du point de vue de Kae sont évidemment en japonais.

Tags : l'Elite - Ryo - Castiel - Kate OWEN ♥ - Louise - Orphelinat - souvenir - parents - grands parents - famille - amitié - Kae - Thomas - Alex - Linda - Nina - Nadège

Chapitre 21 20/04/2017

Fin du chapitre 20
 
Ryo : Exact -se levant-On se retrouve donc demain, pour les Winters fights !
 
Point de vue de ???

À cinq heures du matin, la salle principale de l'agence SAKAWA est remplie. Remplis d'assassin prêt à tout pour gagner. Gagner quoi ? Rien. Alors pourquoi le faire ? Personne ne le sait. Ils doivent se battre donc ils vont le faire, sans récompense à la clé, sans véritable haine. Juste pour prouver. Prouver quoi ? Chacun à sa raison. Le prouver à qui ? Chacun à une personne différente. L'ont ils choisi ? Non. Sont ils des pantins ? Personne ne le sait vraiment. Chacun ont des visages différents mais aucun ne reflète de sentiments positifs. Moi, je suis là. Egalement une assassin. Une assassin invisible. Personne ne me voit. Personne ne me connait. En fait si. Je suis tellement inconnu que tout le monde me connait. Me connait pour ma discretion mais surtout pour la rumeur me concernant. La rumeur ? Je suis muette. Moi, muette ? J'en sais rien. En fait si, je le sais. Ce que je ne sais pas c'est le pourquoi de cette rumeur. Parce que je ne parle pas ? Et alors ? On fait parti de la même agence, certes mais, j'ai mes amis, ma famille, pas besoin de lier quelques choses avec vous. Surtout qu'on est des assassins, on a beaucoup de chance de mourir de nos blessures faites en mission, alors s'attacher, c'est se préparer à se sentir blesser. D'un coup, tout le monde se mit de côté pour former une sorte de couloir. Les personnes devant moi n'hésitant pas à me pousser. Merci, sympa les gars ! Vous ne me voyez pas et ne m'entendez pas mais vous me sentez merde ! Je suis pas fait d'air ! Je suis petite, pas inexistante. Si tout le monde laisse de la place comme ça, ça veut dire qu'elle est là. L'Elite. Je passa entre les assassins devant moi, je suis tellement sans présence que personne ne me voit passer.
J'arriva juste devant le couloir formé. L'Elite passe. Faite de personnes très jeunes, l'Elite sont les meilleurs assassins du pays. Surtout leur leader, Kate, Kate OWEN. La seule qui m'empêche de gagner les Season fights. Personne ne me voit, je peux les "éliminer" sans problème, sauf elle. Elle me voit. Le plus surprenant c'est qu'au fait de mon manque de présence, je remarque souvent ceux qu'on ne remarque pas. Sauf elle. Des fois elle disparaît de mon champ de vision, cette fille est vraiment exceptionnelle. L'Elite se posa devant une estrade. Kate, la plus polyvalente. Linda, la plus "absolue", Nadège, la plus sournoise. Alex, le plus solide. Nina, la plus intelligente. Thomas le plus rapide et Kae....juste Kae. Elle est souvent très précise mais...c'est tout.
Quelques secondes plus tard, Kate reçu un message de Monsieur SAKAWA. Comment est ce que je le sais ? Tout simplement parce qu'elle s'empressa de monter sur l'estrade. Elle s'approcha du micro avec un air des plus sérieux que tout le monde lui connait. Il a dû lui demander de faire le début maintenant, c'est bizarre Monsieur SAKAWA n'est jamais en retard. Ou alors est ce que je me trompe ?

Kate -prenant le micro- : Bon, Ry....heu...Monsieur SAKAWA ayant un problème l'empêchant d'être ici à la bonne heure. Je ferais le discours et je donnerai la répartition à sa place. Pour commencer, bien le bonjour à vous.

Tout le monde, dont moi, s'inclina.

Tout le monde -incliné- : Bonjour Mademoiselle OWEN.

Kate pouffa de rire au vue de notre réaction, ce qui fit limite jouir la moitié des gars de la salle. C'est vrai qu'avec Nadège, Kate est considérée comme la plus belle fille l'agence et puis, la voir rire est si rare.

Kate -amusée- : Pas de ça avec moi voyons. Gardez ces formalités pour Monsieur SAKAWA.
Avant de commencer j'aimerais vous dire que l'Elite donc Kae OMURA, Linda SIMONE, Nadège IBRÀJOVSKY, Nina TARO, Thomas SWAN, Alex CARTER et moi même sommes ravis d'être présents pour ces quatrièmes Winter fights mais également dixième Season fights.

À chaque fois que les membres de l'Elite entendirent leurs noms respectifs, ils montèrent sur l'estrade. Nous les applaudîmes tous même si j'avais l'impression que les mecs applaudissaient plus Nadège et les filles plus, Alex.

Kate : Comme vous le savez il y a trois ans, on nous a proposé à, nous, l'Elite. Si on voulait ne plus participer aux Seasons fights. Nous avons refusé car, croyez moi, c'est aussi difficile pour nous que pour vous. Voir vos niveaux augmenter aussi vite nous fait vraiment plaisir. Grâce à vous, le pays va bien mieux. Un jour nous réussirons à détruire définitivement la Source.

Cette phrase ravit toute l'assemblée.

Kate : J'ai hâte de voir comment vous avez évolué depuis les dernières Spring fights. J'espère que vous ne nous décevrez pas et que nous, l'Elite, ne vous décevrons pas. En ce qui concerne les secteurs utilisés cette fois ci. Il y aura le secteur des marécages, le secteur des chaînes, celui des miroirs, le hangar, la forêt, le secteur des reptiles, celui du vide, celui de la chaleur, le secteur de l'obscurité et enfin, les arènes. -regardant Nadège- J'espère de tout c½ur que vous ne tomberez pas dans le secteur que vous aimez le moins.
Nadège : Écrase OWEN...

Notre anglaise préférée pris la planche à pince que Kae lui tendait.

Kate -regardant la feuille accrochée- : Donc, la répartition est la suivante. Dans le secteur du labyrinthe de miroirs. Les "participants" seront -surprise- heu....moi même. Bonny CRIST, Justice HAMELENE, Victoria DILAR, Kayano AGURI, Tom BALASTAP, Paul COLLIN, Julien OFFERTE, Ruth BARI et Brad LOLESCOPE.

Tout les membres de ce secteurs poussèrent un soupir de découragement. Être face à Kate OWEN c'est être sûr de perdre dès lors où elle décidera qu'elle gagnera.

Kate : Dans le secteur de la forêt, Kam BROWNY, Midna OWERCAMP, Tess MINDA, Kevin TISMON, Grégorie HOLPIN, David MOORE, Tania MAIGNAN, Kae OMURA, Sylvie TISSERAMES et Ana DELLO.

Là, la septicité fut à son comble. Personne ne sait de quoi Kae est capable mais elle arrive toujours à être dans les six premiers avec les autres membres de l'Elite.

Kate : Dans le hangar, Dorothée MARCHAND, Kateline HONG-PAN, Louisane CLIFFE, Gabriel MINDA,Tina PIERRE, Manon BONNET, Stephan LOOM, Edouard BASRTO, Bree TONO et Nadège IBRÀJOVSKY.

Pendant que les membres de son secteur se lamentaient d'être dans le même que Nadège, elle soupira de bonheur.

Kate -à Nadège- : Contente ?
Nadège -souriante- : Très !
Kate : Continuons. Pour les chaînes, Sasha MOREAU, Anastasia BROWN, Natalia VALDI, Prune DESBOIS, Stan ROSEWELT, Nikolaï LEROY, Luna QUEEN, Gust CINDE, Aoi KULONI et Clay DISTRICT.

Encore un soupir de découragement se fit entendre. Clay DISTRICT, de toute l'agence, c'est celle qui a le plus de chance d'être nouvelle membre de l'Elite. Surtout que là, sur ce secteur, c'est gagné pour elle. Cette fille se bat uniquement avec des chaines, les enroulant autour des armes et des membres avec des chaines, elle est capable de tout faire, c'est fou. Elle sur le terrain des chaines, c'est peine perdu. De là, on peu déjà voir qui arrivera à la prochaine manche. Pour l'instante Kate, Kae, Nadège et Clay.

Kate : Pas de découragement, c'est ça qui mène à la perte.
Pour les marécages...

On put voir un immense sourire se planter sur le visage de Nadège.

Kate : Vanille BOITIER, Damien O'BRYAN, Aaron KALEN, Constance JEUNESSE, Aimée FELIANE, Cassy WHITE, Clawdeen MICKLINE, Franck MOULIN, Brad ZERO et Danielle ZOROLA.
Pour la chaleur, Zoé NOUVEAU, Luna DOLIAN, Suzanne LUZ, Catherine BARSHELOVA, Aly BINAL, Félicité ZOROLA, Julie POWELL, Tina WILLOW, Rachelle NIHOLSTRUE et Alex CARTER.

Okay, là, c'est le troll de l'année ! Le secteur de la chaleur....avec que des filles.....et Alex au milieu. Là on peut être sûr qu'on va avoir besoin des extincteurs. Monsieur SAKAWA dit que l'ordinateur fait les groupes et bah cet ordinateur et un sacré plaisantin ! Pendant que toute les filles citées imaginaient déjà le corps sculpté d'Alex à travers son tee-shirt trempé de sueur, lui lança un regard indescriptible à Thomas qui lui fout le vent de l'année !

Kate : Pour les arènes, ça sera Linda SIMONE, Kelly WIILIAMS, Marie LARSON, Jimmy RODRIGEZ, Dino LOPEZ, Elodie SOURCIER, Fabienne PONY, Fabiana ALVAREZ, Julien MOLANOX, Annie SOUL.

Les arènes sont les plus horribles. C'est exactement ce qu'il y a en final. Les fausses armes, on les jette ! Tout les coups sont permis, du moment qu'il n'y a pas mort.

Kate : Pour l'obscurité, Thomas SWAN, Danny LOOPS, Caroline NACRE, Simon TOULON, Rose MCFLY, Dorémy MCGOWEN, Luis ISITRO, Tatiana HISOHOUTA, Eugène CHEVALIER et Tiny LOUSAM.
Ensuite pour le vide, Jeanette MCDORY, Britany LOOSUP, Mickaël DEVIER, Appoline LUISARD, Strick LOCK, Pomme CINISS, Alexandre MENDROS, Théodore MISTRONG, Marc PORYGON et Nathan VICE.
Et enfin pour finir, les reptiles. Martin CHURCHILL, Anthony KOCH, Nick TALIAFERRO, Mino CARON, Neil DAY, Llogan FORD, Philippe DAMONS, Dereck SWOOP, Michel APOLOPS et Elliot TISSON. -amusée- J'espère que vous n'avez pas peur des crocodiles.

Kate lança un léger regard sur le côté et sourit de plus belle.

Kate : Et je vous pris de saluer chaleureusement et dans les formes, les dirigeants des quatre agences H.W.G. Monsieur Ryo SAKAWA, Monsieur Jeff DIVERSTONE, Madame Orihime KATALA et Madame Neria KATALA.

Les trois dirigeants des autres agences montèrent sur l'estrade sauf Ryo, comme d'habitude. Il est derrière le grand tissu blanc se portant derrière l'estrade. Ainsi, nous ne voyons que son ombre. C'est une des raisons pour laquelle j'envie les membres de l'Elite, eux, l'appelle par son prénom et l'ont déjà vu des centaines de fois. En tout cas, tout les dirigeants sont classes, même Ryo car il est mystérieux. Orhime est une femme incroyablement belle, rousse, aux yeux verts, dotée d'un grand sens de la justice. Cette femme est d'une force mentale indétrônable, capable de tuer père et mère si ça permet de protéger des innocents. Neria est une brune aux yeux noirs ressemblant à une déesse, on prétend qu'elle est très stratège. Jeff, lui a déjà un physique très avantageux mais est également très fort. Au corps à corps, c'est le second plus fort des dirigeants, après Ryo. Il a un jour laissé entendre qu'il serait ravi d'affronter Kate en corps à corps.


Point de vue de Kate

Je quitta le centre de l'estrade pour aller sur ma droite pour laisser parler Ryo. Soudain je me rappela de quelque chose.
















Flashback, il a quelques semaines

Qu'est ce que je fous de ma vie franchement ? Je suis sur une poutre mouillée situé sur le toit d'un immeuble à 2H00 du mat', une arme à la main. À part moi, qui peut s'en venter !? J'entends des bruits de pas derrière moi, je me retourna et vis un homme. Apparemment quelqu'un veut mon titre de "Vie la plus improbable et dangereuse du monde".

??? : Tiens, tiens, qu'est ce qu'une frêle jeune fille telle que toi fait ici, c'est trop haut ! Je vais t'aider à descendre.

J'eus à la peine le temps de dégainer mon arme qu'il me fit un croche pied. La chute est inévitable. J'essaya de me rattraper à la poutre mais comme il a plut hier, je ne réussis pas à me rattraper, je m'écrasa la tête la première, contre l'étage d'en dessous, heureusement, il n'était pas très bas mais ça fait quand même bien mal. Une douleur imprenable me prend au front, je crois que je saigne. Je leva légèrement la tête et regarda au sol, là où ma tête s'est "écrasée". Mon masque...il est brisé....Le salopard !

Back in reality

Pendant que Ryo faisait, caché, son monologue de <<Je suis heureux blablabla...>>, je me dirigea vers Neria qui était repartie dans le couloir pour je ne sais quelle raison.

Moi : Neria ?
Neria : Oh, salut ma chérie ! Comment vas tu ?
Moi : Je vais bien est ce que tu.....

ELLE A TOUJOURS PAS COMPRIS !?
Chapitre 21

Elle plaqua sa main à l'arrière de ma tête, moi qui avais deux couettes, une de chaque côtés, elle le fit avec tellement de violence qu'un de mes élastiques explosa. Puis, elle plaqua ses lèvres contre les miennes et m'embrassa avec tellement de véhémence que j'en eu la tête qui tourne.
Après avoir repris mes esprits je décida de la repousser. Je m'essuya les lèvres du dos de la main.

Moi -un peu chamboulée- : Neria ! Je t'ai déjà dit d'arrêter !
Neria -mine boudeuse- : Mais pourquoi !?
Moi : Je t'ai déjà dit qu'en France, tout comme au Japon et en Angleterre on ne faisait pas ce genre de chose !
Neria : En Russie c'es normal !
Moi : Oui mais non ! Même Nadège ne fait pas ça !
Neria : Tu es méchante Ka-chan !
Moi : Je....tu m'as appelé comment là ?

Neria pouffa de rire. Ka-chan ? C'est comme ça que m'appelais ma grand mère et ma parfois ma tante. Comment est elle au courant ? Ça doit être Ryo qui lui en a parlé, mais comment serait il au courant ? Ça doit être monsieur HILBIRD mais pourquoi ? Monsieur HILBIRD et Ryo se connaissent mais n'ont pas l'air si proche que ça. Bref.

Neria -cambrée, une main sur la hanche- : Alors, qu'est ce que tu me voulais ma chérie ?
Moi : Je voulais savoir si tu avais réparé mon masque, ça fait plus de six mois que tu l'as !
Neria : Je te rappelle que je fais ton masque avec de la porcelaine à la cendre d'os, de la poudre de lys et de la craie égyptienne et je compte bien l'entouré de résine crystal pour qu'il tienne plus longtemps. Donc forcément ça prend du tout, surtout que j'ai aussi mon agence à gérer.
Moi -baissant la tête- : Je sais bien...

Neria saisit mon menton et le leva pour me forcer à la regarder. Elle approcha ses lèvres de mon oreille et me la mordit, je ne pus m'empêcher de très lourdement rougir à ce contact.

Neria -chuchotant- : Mais tu passeras toujours en première. Tu le sais ça ?

Je savais qu'elle ne s'écarterais pas tant que je ne répondrais pas alors j'hocha juste la tête. Je la sentis sourire. Elle lâcha mon menton et s'écarta.

Neria : T'en fais pas ma chérie, ton masque est bientôt prêt. D'ailleurs faudra un jour que tu m'expliques pourquoi tu tiens tant à ce masque -caressant ma joue- ton visage est tellement beau.
Moi : Je te l'ai dit, lorsque je dois tuer quelqu'un, je déteste être sans mon masque et puis niveau discrétion ça peut être utile.

La dernière fois avec Marc, je n'aurais pas pu porter mon masque car il y avait trop de monde mais il y a cinq mois, un mois avant que je ne débarque à Sweet Amoris, j'avais du faire une mission assassinat. Personne aux alentours, juste moi et cet homme mais sans mon masque...Je me sentais tellement mal, mes sentiments mis à nu, j'ai cru que j'allais pleurer comme devant....je ne pus me retenir mes larmes de coulaient le long de mes joues. Me voyant comme ça, Neria saisit mon visage entre ses mains, encore, et lécha ma joue, cette fille est complètement dingue !

Neria : Et ma belle, je sais pas ce qu'il t'est arrivé mais faut pas se mettre dans cet état !
Moi -essuyant mes larmes- : Je sais.
Neria : Bon, retourne dans la salle, j'crois que Ryo a bientôt fini son blablatage.

Je m'exécuta un peu chamboulée.

Ryo : ......Maintenant veuillez rejoindre le couloir d'entrée de votre secteur. Je me dirigea vers le mien.

Moi et les neuf autres participants de mon secteur sommes tous devant une porte différente. Nathalie et Iliana nous apportâmes des armes créées spécialement pour ce genre de combat. C'est Iliana qui m'apporta les miennes, alors qu'elle me les passait, je me pencha au creux de son oreille

Moi -chuchotant- : T'es vraiment qu'une salope !

J'écarta mon visage et lui colla une baffe ce qui fit que tout les assassins se tournèrent vers moi. Le visage d'Iliana s'assombrit elle s'apprêtait à lever la main lorsque je la stoppa sous le regard des assassins et de notre infirmière.

Moi : À ton avis. Que vas dire Ryo s'il apprend que tu me mets une baffe ? À ton avis, qui préfère t-il, toi ou moi ?
Iliana : Tu serais capable de lui mentir ?
Moi : Je ne lui dirais que si tu le fais, alors, cela ne sera pas un mensonge.

Elle partit sans demander son reste, tout le monde me regardait.

Moi : Vous avez un problème !?

Ils se tournèrent tous, Nathalie partit mais s'approcha de moi avant.

Nathalie -me faisant un clin d'oeil- : Bien joué !

Elle partit apparemment ravie, c'est vrai qu'elle déteste Iliana. Je sais que je suis allée loin mais autant avant elle me rendait indifférente, autant depuis l'histoire avec Marc, elle me dégoûte ! Comment Ryo peut il aimé une femme comme ça !? Pauvre Orihime qui donnerait sa vie pour être dans les bras de Ryo ne serait-ce qu'un instant. Oui, son amour pour lui est très visible. D'ailleurs, maintenant que j'y pense, c'est depuis qu'il est en couple avec elle qu'il a commencé ses coups de folie tel que <<Ma chère Kate, va donc tuer un innocent victime de ma conne de petite amie !>>. Je fus sortis de mes pensées par les portes qui s'ouvraient. J'entra dans la salle et forcément, me retrouva entouré par des murs en miroirs. Avant de commencer l'épreuve, je mis le pistolet dans ma botte et les deux couteaux dans mon porte-jarretelle. Puis,je défis ma queue de cheval restante, la deuxième partie de mes cheveux tomba au sol, je réalise que ça fait une dizaine de minutes que je traîne la moitié de mes cheveux par-terre là ! Je saisis mes cheveux et les leva, heureusement que les sols sont propres ici ! Avec le dernière élastique que j'avais, je pris mes cheveux, les enroula une bonne vingtaine de fois, de quoi bien perdre du temps. J'allais les attacher quand quelqu'un fonça sur moi, j'esquivais tout ses coups en même temps de faire ma queue de cheval, cette personne c'est Victoria, Victoria DILAR. Elle est agile mais manque cruellement de rapidité, je prend autant de temps à faire ma queue de cheval qu'elle fait de tentative. Une fois que j'eu fini de serrer ma couette je vis qu'elle était essoufflée, l'épreuve vient à peine de commencer, c'est triste. Tout le monde sait que je frappe toujours à la tête. Je leva légèrement ma jambe droite, automatiquement, elle apporta ses mains au côté gauche de son visage, j'abaissa vite ma jambe droite et lui donna un coup de la gauche. Surprise et ayant assez mal, elle fut propulsé contre un des miroirs. Je me saisis du revolver et lui tira trois fois dans les côtes. Les balles misent dans ce revolver sont faites dans une matière presque inoffensive, que l'Etat a appelé F.S.P.S.F, la vitesse et la force à laquelle elles sont lancées sont minimes pour une arme comme celle là et pourtant, en connaissance de cause, je sais que ça fait très mal de s'en prendre ne serait ce qu'une. J'aperçu du sang à travers le tissu de son tee-shirt, une balle ça déchire le tissu, deux balles ça abîme la peau, trois balles, ça fait mal. Je décida de la laisser là, je vais la laisser affronter d'autres "joueurs". Quand je pris le couloir j'entendis une légère détente, je dévia légèrement la tête vers le côté et une balle passa juste à côté. Loupé ! Les détentes de ses machins sont très dures à entendre mais moi, j'y arrive. J'avancer tranquillement tout en esquivant les balles m'étant destinées, ils sont tous beaucoup trop lent. Je rigola en entendant certains assassins se prendre les miroirs en plein dans la figure. Un moment je décida de faire la chose la plus logique au monde pour s'en sortir ici, je me saisis de mon flingue et le pointa vers les airs, je tira et le plafond, en verre, éclata. Désolée Ryo mais bon, tout les coups sont permis non ? J'étais désormais sur la vitre au dessus du labyrinthe. Ce que j'ai remarqué et qui est pratique, c'est le fait que d'au dessus, on voit tout mais qu'en dessous, dans le labyrinthe, on voit rien. Après m'être baladée comme si de rien était au dessus de tout le monde, en voyant les autres s'entretuer, je décida moi aussi de passer vraiment à l'action. Je me plaça au dessous de trois individus se battant, Bonny, Julien et Kayano. D'un puissant coup de talon je brisa la vite me servant de sol et leur servant de plafond. En tombant je donna un coup de couteau circulaire ce qui trancha la joue de Bonny, le cou de Julien et le bras de Kayano. Je ne les laissa pas reprendre leurs esprits, je donna un coup de pied dans la cheville de Kayano pour la faire trébucher, elle s'accrocha automatiquement à Bonny et tombèrent à l'unisson. Puis en tournant sur moi même je donna un coup de coude dans le visage de Julien. Il donna un coup de couteau vers l'avant ce qui toucha légèrement ma joue. Putain ça fait mal ces trucs quand même ! J'allais lui mettre un coup de poing mais il intercepta mon poignée et me le tourna, le bâtard ! Me maîtrisant assez bien, il me mit un violent coup de genou dans le ventre. Mon bras armé étant hors d'état de nuire, j'allais, avec ma main libre, saisir mon deuxième couteau mais, il saisit le sien et coupa l'anneau en dentelle de mon porte-jarretelle, mon couteau tomba donc avec le morceau de dentelle. Je vis que Bonny et Kayano en profitèrent pour partir, croyant sûrement qu'on allait tout les deux s'envoyer aux urgences.

Julien : Alors, pas trop déçu ?

Je ne pus m'empêcher de rire puis, je repensa à mon discours <<J'espère que vous ne nous décevrez pas>>. Ah ça c'est sûr, là, je suis pas déçue ! Il me mit un second coup de genou dans le ventre, puis un troisième, celui là fut celui de trop puisque je me mis à cracher du sang. Okay Juju, tu veux jouer ? On va jouer ! Je lui mis un coup de genou dans les parties intimes ce qui le fit se plier en avant, j'en profita également pour saisir le revoler que j'avais remis dans ma botte. Je lui tira rapidement une balle entre les yeux ce qui le fit chuter en arrière. Une fois à terre je lui mis un puissant horion dans la tête, une jolie meurtrissure apparue sur son visage d'ange, je lui mis second coup de pied dans la figure et il cracha du sang à son tour. Je m'accroupi à sa hauteur et pris mon menton entre mes doigts.

Moi : Et toi ? Pas trop déçu ?

Je lui mis un coup de poing dans la figure avant de partir. En me ré-aventurant dans les nombreux couloirs de psychés, je l'entendis éclater de rire. Julien OFFERTE, j'espère que nous serons les deux derniers de notre secteur. Moi qui espérais voir évoluer un nouveau talent, j'ai pas été déçue du voyage !

Point de vue de Kae

L'épreuve à commencer depuis vingt cinq minutes. Je crois que de toute les Seasons fights que j'ai fait, comme aujourd'hui, je n'ai jamais utiliser "d'armes" blanches. Je ne sais même pas pourquoi je prend encore les couteaux fournis de toute façon. L'entraînement que je me suis imposée ces dernières semaines m'est bien utile finalement. Après avoir sauté dans un autre arbre. J'étais sur la plus haute branche possible. <<Espèce de squelette !>>, comme quoi, être un squelette ça aide, surtout dans le métier d'assassin. A-ssa-ssin, j'ai toujours du mal avec ce mot. Je vis Grégorie, loin, très loin mais pas assez pour que je rate mon coup. Je plia ma jambe gauche, ma jambe droite tendue vers l'arrière, je regarda dans mon viseur, au moment où j'allais presser la détente, la branche trembla ce qui me fit m'écraser au sol. La branche qui tremble.....quelqu'un avait tiré de dessus. Avant de pouvoir me relever je me pris un puissant coup de pied dans la côte gauche. Sur le choc, je roula sur le côté, ça fait très mal et je ne sais pas me battre au corps à corps ! J'étais sur le côté et je me tenais le ventre, je n'ai pas l'habitude. Je leva légèrement les yeux, c'est Kam. Aaah l'orchidoclaste ! Il allait me remettre un coup de pied mais je roula sur le côté et me releva avec difficulté. Il dégaina son pistolet. Quelques secondes avant qu'il ne tire, je m'accrocha à la branche au dessus de moi et lança mon corps vers l'arrière. Mes cours de gymnastique m'ont bien servi également. Je sauta sur la branche encore au dessus et cela jusqu'à être le plus haut au possible. J'entendais les coups de feu et sentis les feuilles d'arbre bouger. Désolée Kam mais le sniper de l'Elite c'est moi et pas toi. J'étais "dos" à Kam, je posa mon fusil de précision sur mon épaule, le viseur côté inversé à celui où je regardais. J'inclina le fusil vers le bas en prenant appui sur mon épaule. Vu l'angle et l'endroit où atterrissent chaque balles je peux facilement analyser de quel point elles proviennent toute, donc, la position de la Kam. Donc si je calcule bien, c'est bon. Enfin, là je vais tirer à l'envers donc j'espère ne pas me tromper. J'appuya précipitamment sur la détente et attendis à peine cinq secondes avant d'entendre un cri masculin que je ne connaissais que trop bien. Je ne pus m'empêcher de me crisper, imaginant le douleur qu'il ressentait. Je suis désolée Kam, mais c'est le but du jeu et je veux vraiment impressionner Kate cette fois ci. J'entendis le son d'un frottement de tissu sur de la feuille morte, il doit essayer de se relever.
Je sauta de branche en branche pour descendre, étant très mince, il ne doit même pas entendre le bruit des branches quand j'entre en leurs contacts. Je me mis à califourchon sur une branche puis étendis mes jambes le long de la branche. J'enroula mes jambes pour me stabiliser, j'inspira un grand coup et balança tout mon corps sur le côté, je me mis très vide en mode "snipeuse".
Chapitre 21

Je tira cinq fois, comme me l'a appris Kate. D'abord dans la cheville et dans le ventre pour le faire se pencher. Une fois dans chaque bras pour "l'empêcher de se relever" et une dernière fois soit dans sur le front, soit dans la jugulaire. Je choisis la jugulaire, je sais que c'est le point faible de Kam. J'allais partir en sautant sur un autre arbre mais à la place je descendis et m'approcha de lui. Je sais que je risque gros mais bon. Je m'accroupi à sa hauteur et déposa un baiser sur la joue de ce blessé. Il leva très difficilement les yeux vers moi. Il allait saisir le couteau dans sa poche mais je posa ma main sur son poignée, même sans forcer, il s'arrêta net.

Moi : Pas d'effort inutile. Bien tenter le coup de tirer partout mais loupé !

Je le vis sourire, il est beau quand il sourit...Bon, beau ou pas, à tout moment il peut se rappeler que oui, il doit me blesser. Je sauta de branche en branche et changea d'arbre pour m'approcher des autres adversaires, dispersés dans cette forêt.















Point de vue de Nadège

Chapitre 21

Ils se sont bien améliorés ceux là ! Mon pauvre gilet sans manche à bien subit. Ayant étais sauvagement agressée par les trois mecs de mon secteur dans un couloir étroit entre deux containers je....heu....je viens pas de décrire une scène de viol là !? Bref, tout ça pour dire qu'ils m'ont bien amoché, surtout au bras. J'ai du déchirer une partie de mon gilet pour l'enrouler autour de ma blessure et stopper l'hémorragie. Les mecs quand je vous vois je vous but ! Enfin...façon de parler. La seule personne que je tuerais sera Kate et pour cela, vous devez déjà abandonner ! Soudain, une alarme ce fit entendre.

Annonce : Quarante minutes écoulées.

Vu le tremblement de la voix, ça veut dire, on devait le faire toute les trente minutes, mais comme j'ai loupé ce temps, on va désormais le faire toute les quarante minutes, voilà, voilà !
Cachée derrière un mur en béton, je pencha légèrement la tête pour observer si d'autres personnes étaient présentes. Bonjour ma chère Bree, je tira et me re-cacha, vu le cri entendu, j'ai bien visé. Je me releva et me fis à monter sur les escaliers en ferrailles en face de moi, j'essayais de faire le moins de bruit possible mais ça va être compliqué. Une fois les escaliers montés, je me retrouva sur une plateforme en fer pas très solide. D'ici on peut soit sauter sur les containers, soit rentrer dans ce qui sont ouverts. Je sauta de container en container quand je vis un joli groupe d'assassins en train de se battre, j'allais sauter sur le container en face de moi pour me rapprocher mais au moment où j'allais atterrir, les "portes" du containers s'ouvrirent. Et merde ! Je chuta la tête la première contre le fond en métal de ce putain de container, ce choc m'explosa la lèvre. Je mis le dos de ma main sur ma lèvre inférieur pour avoir une certaine idée d'à quel point mon sang coulé puis sentant une présence derrière moi, je mis, sans vraiment regarder ou viser, un grand coup de pied en arrière. Je sentis quelqu'un m'attraper la jambe et littéralement me balancer contre le mur perpendiculaire à celui face à moi. Putain ! J'allais me relever quand je sentis un talon s'enfoncer dans la peau de ma nuque. Toujours dos à mon assaillant, je lança mes bras en arrière pour attraper sa jambe puis, de toute mes forces, la soulever et la balancer contre la paroi que je m'étais prise il y a peine une minute. Je fis quelques pas en arrière pour la laisser tomber.

Moi : Alors Kateline, ça fait du bien d'embrasser le mur ?

Sans la laisser répondre je sortis du container en sautant. Je referma les portes et saisis trois barres en fer présentes sur un autre container pour le mettre sur celui ci.

Kateline -enfermée- : PUTAIN !
Moi : T'en fais pas ma belle, y'a une case bleu à l'intérieur, t'as juste à t'y mettre et biper !

Une de moins. Personne ne pourra arrêter ce qui m'anime : ma rage indescriptible envers Kate. Cette sale garce.

Flashback, 12 ans plus tôt

Maman : Ma chérie je te présente Kate. Kate, Izumi, Ruby OWEN. Sa maman Ayano et son père Chad n'étant pas là, elle va passer la semaine chez nous. Son frère chez un de ses amis et sa s½ur également.

Je me recula de cette nouvelle venue mais elle s'approcha. Elle est un tout petit peu plus petite que moi.

Kate : Pourquoi tu recules ?
Moi -apeurée- : Tu...tu as les yeux violets.....c'est pas normal !
Kate : Tu as les yeux jaunes, c'est pas normal aussi. Et en plus tu as les cheveux rouges.
Moi : Ma....Maman...

Je me blottis contre maman et elle passa sa main dans mes cheveux.

Maman : T'en fais pas, je suis sûre que vous allez être très amies.

Back in reality

Tu as eu raison maman...on est devenue très amies....mais c'est à cause de ça que le choc fut plus dur. À cause d'elle....elle....tu n'es plus là.....je la déteste...JE VEUX LA VOIR MORTE !
Je veux revoir son visage de peur....celui qu'elle avait ce jour là, sans que je ne sache pourquoi.


Flashback, 12 ans plus tôt

2 heures qu'on est dans ma chambre sans rien faire, cette fille n'a que six ans, c'est moi la plus grande ! Et pourtant elle me fait un peu peur. Je suis intimidée...comme devant les collègues de papa et maman.

Moi -mal à l'aise- : Alors comme ça....tu as un frère et une soeur...
Kate : Oui.
Moi : Et....heu....ils s'appellent comment ?
Kate : Azumi et Bryan.
Moi : Ils....ils sont comment ?
Kate : Gentils.
Moi : Je.....

D'un coup elle pencha la tête pour regarder autour de moi. Un sourire apparu sur son visage. Elle se leva de mon lit et s'approcha de mon piano. Elle s'assit et commença à jouer.

Kate -chantant- : Arigato
Kimi ga ite kurete
Hontou yokatta yo
Donna toki datte itsumo
Waratte irareru
Tatoeba, hanarete itemo nannen tatte mo
Zutto kawaranai desho
Watashitachi Best Friend
Suki dayo, daisuki dayo


Whoua ! Elle chante super bien ! Je me demande c'est qu'elle langue, je ne parle que français et russe. En tout cas j'adore cette langue, peut importe c'est laquelle !

Kate : Konna osoi jikan ni gomen ne
Hitori ja seppatsu matte kita no
Kimi no koe sukoshi kiketara
Ganbareru
Nande mo uchiake rareru
Mama nimo ienai koto mo zenbu
Dareyori mo wakatte kureru
Ureshii toki wa jibun no koto mitai ni
Yorokonde kurete
Dame na toki wa chanto shikatte kureru sonzai
Arigato
Kimi ga...


Elle fut coupée quand nous entendîmes la porte de ma chambre s'ouvrir. C'est une femme, je crois qu'elle a le même age que maman. Elle a des cheveux bleus très foncés qui tombent jusqu'au épaule. Elle a un air dur mais quand son visage se posa sur Kate, elle se mit à sourire. Kate était paralysée. Elle a un regard rempli de peur. Elle prit une grande inspiration.

Kate : Konnichiwa....Mei-oba.

Le visage de la femme prit un air coléreux.

"Mei-oba" : Denai otsukai oba ! Anata no hahaoya.

Je ne comprend pas ce qu'elles disent mais Kate baissa la tête. La femme s'approcha de Kate et lui saisit le poignée.

"Mei-oba" : Koko ni kite !
Kate -à voix basse- : Ya....te....kudasai....
"Mei-oba" : Nani ?

Kate prit une énorme inspiration. Comme si ce qu'elle venait de murmurer était interdit.

Kate : Yamete kudasai !

Le visage de cette femme commence à me faire peur. Sans prévenir, cette femme attrapa violemment les cheveux de Kate. Celle ci semblait souffrir mais ne cria pas. Comme si elle ne voulais pas montrer sa douleur. J'allais parler quand elle me lança un regard apeuré, je me stoppa net. Cette femme commença à secouer la tête de Kate. Je sentais que Kate voulait crier mais elle ne le fit jamais. Je vis du sang coulait de la lèvre de Kate, elle se mordait la lèvre pour ne pas hurler. Je recula sur mon lit...cette femme me fait peur...

"Mei-oba" : Watashi wa i-tsu....Koko ni KITE ! RISUNINGU OKASAN !

Elle tira Kate vers la porte et bouscula maman qui venait d'entrer. Une fois les deux parties, ma mère m'interrogea du regard. Je lui répondis au haussant des épaules.


Back in reality

Tu ne m'as jamais expliqué qui était cette femme Kate, mais j'aurais tellement voulu que sa colère ait raison de toi !

Point de vue de Clay

Je commença à tirer sur les deux côtés. Elle tenait la chaîne qui commencer à lui couper le souffle. Troisième personnes que j'étrangle avec mes chaînes. Voyons Prune, fait comme les autres. Abandonne. Je resserra encore l'emprise que ma chaîne à sur son cou, n'en pouvant plus et commencer à devenir presque violette. Elle utilisa ces dernières forces pour appuyer sur son biper. Je la lâcha et elle tomba au sol, elle a du mal à se relever. Je décida de l'aider, de toute façon, elle a abandonné. Je mis une main sous ses genoux, une autre sous sa nuque et la souleva. Je l'emmena dans la cellule la plus proche et la déposa dans la case bleu. Soudain, le haut parleur s'enclencha.

Annonce : Une heure écoulée. Dans le secteur miroir, il reste 3 personnes.
Dans le hangar 3 personnes.
Dans le vide il ne reste plus personne. Britany LOOSUP est la gagnante de ce secteur.
Dans les marécages 4 personnes.
Dans la chaleur il ne reste plus personne. Alex CARTER est le gagnant de ce secteur.
Dans l'obscurité 2 personnes.
Dans la forêt il ne reste plus personne. Kae OMURA est la gagnante de ce secteur.
Chez les reptiles il en reste 2.
Dans les arènes il ne reste plus personne. Linda SIMONE est la gagnante de ce secteur.
Et dans les chaînes, il en reste 2.

Tiens, tiens Kate n'a pas encore décidé de gagner et moi, je dois trouvé la personne qui a osé résister.
 
Point de vue de Nina

Je lâcha le bouton du micro. Je regarda les écrans, l'écran du hangar est rouge puis devient bleu. Nadège a fait abandonné ces deux derniers adversaires. J'envoya un signal sonore à l'équipe de soin gérée par Nathalie, leur donnant ainsi la position des deux nouveaux blessés. Je sentis une main se poser sur mon épaule, je quitta les yeux de mes caméras pour me retourner vers mon interlocuteur. Dans le cas présent, une interlocutrice.

Moi : Qu'est ce qu'il y a Orihime ?
Orihime : Rien, je venais juste te voir. Tu es toute seule dans cette pièce, entourée de caméra. Tu n'es pas triste de ne pas participer ?
Moi : Je participe, je fais tourner les murs miroirs, fait les annonces, envoie des signaux aux équipes de soin. Et puis ça ne servirait à rien. Je suis une pro de l'informatique et de la programmation pas du combat.

Orihime soupira et s'écroula sur le canapé à côté de moi.

Nina -observant les caméras- : Est ce que ça va Orihime ?
Orihime : Je...
??? : Elle a encore vu Ryo et Iliana s'embrasser.

Orihime hurla et tomba par-terre.

Orihime : DEPUIS QUAND T'ES LÀ NERIA !?
Neria : Cinq secondes, six, sept, huit...
Orihime -posant une main sur sa bouche- : J'ai compris !
Neria : Dites, vous trouver pas que ma Kate est trop forte !
Nina : Oui, oui...

D'ailleurs Kate je pense que tu peux arrêter de les faire tourner en bourrique. Depuis tout à l'heure les deux restants avec elle tentaient de l'atteindre, l'un au revolver, l'autre au couteau. Mais Kate esquive chaque coup et chaque balles avec une rapidité déconcertante. Soudain, l'un réussi à lui trancher le bras et l'autre en profita pour lui tirer quatre balles dans la nuque. Kate posa une main sur sa nuque avant de la regarder. Elle saigne assez abondamment. Julien et Justice, vous êtes morts.
En moins de trois minutes Kate explosa leurs deux têtes contre un des miroirs avant de leurs mettre deux immenses coup de pied. Ils sont tous les deux au sol, agonisant. Ils n'arrivent même pas à se lever. Ryo m'a parlé de la nouvelle règle, qu'il bip ou non, s'ils ne peuvent plus se battre, tu envois un signal. Ce que je fis immédiatement. L'équipe arriva assez rapidement étant donné qu'ils étaient déjà dans le labyrinthe. Kate semblait surprise, elle doit penser qu'ils ont appuyé sans qu'elle ne le voit. L'écran du labyrinthe s'afficha rouge symbolisant que quelqu'un venait d'abandonner puis bleu symbolisant que nous avions un gagnant.
Alex est celui qui a gagné en premier, il avait tellement chaud qu'il avait dû enlever son tee-shirt. Forcément, seul avec des filles, elles ont toutes succombé et il a pu s'en débarrasser sans problème. Le truc c'est que je crois que ce mec ne se rend même pas compte de l'effet qui leur fait. Comme quoi, beau mais aveugle. Linda, elle aussi à réussi sans problème, ses yeux de la poupée l'ont beaucoup aidé mais bon, tout les coups sont permis. Comme défoncer le plafond. N'est ce pas Kate ?








37 minutes plus tard

J'appuya à nouveau sur le bouton du haut parleur. La première étape est fini.

Moi -dans le micro- : La première étape est désormais terminée. Chaque secteur à son grand gagnant.
Kate OWEN, Kae OMURA, Nadège IBRÀJOVSKY, Clay DISTRICT, Aaron KALEN, Alex CARTER, Linda SIMONE, Thomas SWAN, Neil DAY et Britany LOOSUP sont les gagnants de leurs secteurs respectifs.

Point de vue externe

Tout le monde était réuni dans la salle principale, sauf ceux trop gravement amochés.

Ryo : Donc sur le tirage fait par informatique par notre très précieuse Mademoiselle Nina TARO.
Kate OWEN affrontera Britany LOOSUP dans le secteur du vide. Kae OMURA affrontera Neil DAY sur le secteur des reptiles. Nadège IBRÀJOVSKY affrontera Alex CARTER sur le secteur des marécages.
Nadège : Et merde !
Ryo -souriant- : C'est la vie. Donc, Clay DISTRICT affrontera Aaron KALEN dans le secteur de la forêt et enfin, Linda SIMONE affrontera Thomas SWAN dans les arènes.

Point de vue de Pomme

Nathalie : .......SWAN dans les arènes.>>

Nathalie nous passa les informations avant d'allumer les télévisions reliées aux caméras des secteurs. On peut tous les voir. J'allais me redresser pour mieux observer les écrans mais une douleur infernal me pris dans le bas du dos. Britany ne m'a pas loupé, le pire c'est que je ne l'ai même pas vu, ni entendu venir. À part Kate, personne n'arrive jamais à la repérer. Manque de bol, c'est elle qu'elle affronte. Désolée de te l'annoncer Britany mais tu ne passeras pas la seconde étape.


Point de vue extérieur. Chez Castiel.

Rosalya : Putain elle répond pas !
Lysandre : Il est 6H30 du matin, Kate doit dormir.
Rosalya : J'm'en fous !
Debrah : Bon moi j'y vais, à plus mon coeur.

La belle brune embrassa le rockeur sous les yeux coléreux de Rosalya.

Rosalya -folle de rage- : Castiel...
Castiel : Qu'est ce que t'as Raiponce ?
Rosalya : Vous....vous ressortez pas ensemble quand même...

Pas de réponse

Rosalya : CASTIEL !?
Castiel : Eh oh ! Calme toi j'ai aucun compte à te rendre ! Et puis pour répondre à ta question, non on ne resort pas ensemble !
Rosalya : A...Alors pourquoi tu...je.....pourquoi tu l'embrasses !?
Castiel : Si à chaque fois qu'elle fait ça je la repousse, on aura pas fini.
Rosalya : Et....et Kate !?
Castiel : Quoi Kate ? C'est ma meilleure pote.
Rosalya : Mais elle est je....on embrasse pas quelqu'un avec qui on ne sort pas !
Castiel : Fallait le dire à Kate ça !
Rosalya : Elle l'a dit elle même <<Un baiser, ça n'engage à rien>>.
Castiel -sourire moqueur- : Bah voila !
Rosalya : Oui mais je....enfin elle....Tu m'énerves !
Castiel : Je sais !

Castiel semblait amusé et Rosalya énervé sous le regard d'incompréhension de Lysandre.

Rosalya : Alors c'est quoi pour toi !? À part Kate et son côté <<One kiss, zero commitment>> on embrasse pas une "amie".

Le rocker à la chevelure de feu eu un sourire malicieux avant de lancer dans le plus grand des calmes...

Castiel : Une sex-friend ?

Lysandre cracha la gorgée de gin tonic qu'il avait dans la bouche. Rosalya se figea et se tourna lentement et tremblante vers Castiel...

Rosalya : Ne me dis pas que tu...

Castiel éclata de rire.

Castiel : J'déconne Rosa ! Plutôt une kiss-friend !
Rosalya : Je....je....

C'en fut trop, Rosalya s'évanouit sous le regard des deux garçons.

Lysandre : T'y es allé un peu fort.
Castiel : Bah oui Debrah c'est une sorte de kiss-friend.
Lysandre : C'était peut être pas une nécessité de le dire.

Les garçons prirent une bonne trentaine de minutes à essayer de faire revenir Rosa de l'outre-monde.

Pendant ce temps. Dans l'arène

Linda avait beau avoir frappé plus de fois, c'est elle qui saignait le plus. Thomas ayant plus de force.

Thomas : Dommage que tes yeux de la poupée ne marchent sur moi.
Linda : C'est de l'arnaque.
Thomas : Non, c'est juste que moi je te connais et je sais que tu ne fais pas du tout mais alors pas du tout peur !
Linda : Espèce de...

Elle se jeta sur lui et lui mis un coup de pied en plein de le visage. Il recula et se tenait le nez.

Linda : Je vais te détruire.

Avec son revolver, elle tira un coup dans ses parties intimes, il se pencha sous le coup de la douleur. La poupée en porcelaine lui donna un coup de pied dans le visage en même temps de faire un salto arrière. Thomas se tenait encore le nez puis retira ses lunettes complètement défoncées.

Linda : Tu aurais du mettre des lentilles.
Thomas -se tenant le nez- : Connasse...
Linda : Si tu avais peur de moi ça serait plus simple.
Thomas : Depuis qu'on a découvert ton côté yaoiste, plus personne dans l'Elite n'a peur de toi.

Soudain Linda eu une illumination.

Thomas : Je vois flou mais je vois quand même tes yeux briller et ça c'est pas bon.
Linda : J'ai un défi !
Thomas : Et merde !
Linda : Si je gagne ce combat, tu sors avec Alex.
Thomas : Je...attend quoi !?

Linda se déplaça à une vitesse hallucinante vers Thomas et lui trancha la gorge. Le pauvre ne voyait presque plus rien sans ses lunettes. Mais voyait assez pour le assainir quelques coups.

Du côté des marécages

Les deux étaient en sang. Le visage de Nadège reflétait de la haine et une puissante envie de meurtre, celui d'Alex reflétait de l'incompréhension et de la peur.

Alex : Who Nad', calme toi cinq minutes !
Nadège -complètement dingue- : Me calmer ? JE ME CALMERAIS SI J'ARRIVE A T BATTRE !
-souriant- Après tout, c'est le but non ?
Alex : Ouai, sauf que là t'as l'air d'une folle alliée !

Nadège se jeta sur lui et allait lui donner des coups de poing, mais celui ci lui attrapa les poignées. Celle ci se pencha et lui mordit le cou. Alex hurla de douleur, pour la première fois, il avait mal. Depuis tout à l'heure, Nadège faisait preuve d'une violence incommensurable. Alex avait depuis quelques minutes, envie d'abandonner mais il ne le fit pas pour Kate. Si Nadège se retrouve avec Kate en final et Dieu sait que Kate sera en final, il ne paiera pas cher de sa peau. Nadège, détestant plus que tout de se salir, était actuellement dans de la boue à frapper à mort son meilleur ami. Celui ci n'étant pas au courant de la "nouvelle règle de sécurité", pensait que personne ne viendrait l'aider. Il connaissait ses limites et là, elles étaient dépassées. Il se releva puis bipa et s'écroula au sol. Nadège voyant toute les meurtrissures sur son ami se sentit mal et calma ses esprits. Elle s'allongea à califourchon sur lui et passa ses bras autour de son cou.

Nadège -chuchotant- : Désolée....
Alex -à bout de souffle- : C'est pas grave....

Alex passa un bras autour de la taille de celle qui était allongée sur lui. Il était éreinté mais pensait que Nadège s'était enfin calmé.

Du côté de Kate et Britany.

Une cinquantaine de minutes qu'elles gardaient l'équilibre sur des poutres en bois ou en fer situées à quinze mètres au dessus d'un plan d'eau. Kate était sur une poutre en bois quand elle sentit quelqu'un derrière elle, elle se retourna brusquement.

Britany : Comment tu fais pour me remarqué alors que personne d'autre n'y arrive ?
Kate : Peut être parce que si je veux, je peux être aussi invisible que toi.
Britany : Tu as du talent ! Mais talent ou pas, je vais gagner.

Britany sortit un paquet d'allumettes.

Kate : Whoua ! Qu'est ce que tu fous !?
Britany : <<Vous avez le droit de ramener vos armes !>>
Kate : <<Du moment que ça ne met pas votre vie en danger !>>
Britany : Mais voyons, tu n'es pas idiote ! Ta poutre est en bois, la mienne en fer. Tu auras à peine le temps de sentir la brûlure que tu seras déjà dans l'eau en bas.

Kate sourit et Britany la questionna du regard.

Kate : Je voulais voir votre évolution et....Toi, Julien....vous ne me décevez vraiment pas ! Vous avez beaucoup évolué !
Britany : Contente de te rendre fière !

Britany alluma une allumette et la balança sur la poutre en bois, elle en pris une autre et la lança derrière Kate. Les deux bouts de la poutre commençaient à brûler. Kate ne pouvait ni faire un pas en arrière, ni en avant. Allait elle vraiment ne pas atteindre la finale. Elle ? Kate OWEN. Soudain, un sourire malicieux apparu sur le visage de la talentueuse japonaise.

Kate -souriante- : Vous avez beaucoup évolué, c'est vrai. Mais pas assez pour être à mon niveau !

La poutre commençait flancher. Kate donna un coup de pied vers l'avant, frottant la poutre. Envoyant ainsi des cendres et des copeaux de bois dans les yeux de son adversaire.

Britany -souffrant les yeux fermés- : PUTAIN !

Britany ayant très mal et ne voyant plus rien, recula et emela ses jambes la faisant tomber.

Kate -criant- : IL FAUT BIEN RINCER !

En une fraction de seconde, les bouts de la poutre lâchèrent et Kate tomba avec. Le fait d'être plongée dans l'eau avait un peu "lavé" les yeux blessés de Britany mais pas assez pour qu'elle voit les limites de ce plan d'eau. Kate nagea jusqu'à elle et l'a prit d'un bras, avec l'autre, elle nagea jusqu'au bord. Elle déposa d'abord Britany sur le sol en fer servant de limite. Elle était en face d'une porte en fer également. Puis, Kate grimpa aussi et s'assit à ses côtés. Britany ouvrit difficilement les yeux mais en referma un rapidement car celui ci, comparé à l'autre avait reçu beaucoup de cendres et de copeaux de bois. Britany regarda Kate, assise à côté d'elle.

Kate -haussant les épaules- : Tout les coups sont permis !
Britany  -rigolant- : Pas mal la technique !

Une équipe de soin dirigée par Nathalie arriva par la porte située derrière les deux adversaires.
Neria et Orihime étaient avec eux.

Orihime : Votre combat était vraiment splendide les filles. Vous étiez extravagantes !
Neria : Surtout toi Kate !

Neria sauta au cou de Kate et lui fit un câlin, puis, la basanée enfouit sa tête dans le cou de l'anglaise pour le lui mordiller.
Orihime et Nathalie eurent un air dépité pendant que Britany ne comprenait vraiment pas ce qu'elle voyait.

Kate -gênée- : Ne...Neria tu peux arrêter !
Neria -boudeuse- : Pourquoooiiii ????

Neria regarda Kate qui avait les joues complètement rouges. La brésilienne-russe trouvait la japonaise tellement mignonne et attirante qu'elle fondit sur ses lèvres. Elle passa ses mains sous son tee-shirt lorsque qu'une main vint attraper les cheveux de la basanée. Cette main la tira vers elle ce qui fit qu'elle lâcha enfin Kate. C'était Jeff qui tira Neria hors de la salle. C'est ainsi que Jeff tira Neria par le col qui elle, traînée par terre, ne cessait de se plaindre comme une enfant sous le regard dépité de tous. Kate, souffla, enfin libérée.

Nathalie : Bon, viens Britany, ton oeil doit être très vite traité !
Britany : Okay, est ce que je peux faire un truc avant ?
Nathalie : Quoi ?
Britany : Ça !

En même tant de le dire, Britany posa la paume de sa main sur le crâne de Kate et la balança à l'eau. Celle ci fut propulsée dans l'eau et ne fit ré-apparaître sa tête que quelques secondes après sa chute. La belle brune cracha l'eau qu'elle venait d'avaler.

Kate : Espèce d'enflure !
Britany -morte de rire- : J'ai pas pu m'en empêcher !

Du côté de Linda et Thomas

Linda fit un croche pied à Thomas qui s'écrasa tellement violemment par-terre qu'il éclata la bille de verre, symbole d'abandon.

Thomas : Et merde !

Linda sauta sur place, les yeux illuminés.

Linda -folle de joie- : THOMAS ET ALEX VONT SORTIR ENSEMBLE !
Thomas -levant le poing- : J'AI JAMAIS ÉTÉ D'ACCORD POUR LA PARI !

Soudain, un grésillement se fit entendre.

Annonce -voix de Nina- : La seconde est terminée, chaque secteur ayant son vainqueur.
Dans le secteur du vide, c'est Kate OWEN la gagnante.
Dans le secteur des reptiles, c'est Kae OMURA la gagnante.
Dans le secteur des marécages, c'est Nadège IBRÀJOVSKY la gagnante.
Dans l'arène, c'est Linda SIMONE la gagnante.
Dans le secteur du forêt, c'est Clay DISTRICT la gagnante.
Pas un seul homme pour cette demi-final, c'est une première !
Donc, pour cette demi final, comme d'habitude il y aura un, un contre un et un, un contre un contre un. Donc : Kate, Clay et Linda s'affronteront dans le secteur des chaînes et Kae affrontera Nadège dans le secteur du vide.

Du côté de Rosalya, Castiel et Lysandre

Les garçons étaient tout les deux réunis autour d'un lit, celui de Castiel, où Rosalya était endormie. Qui se réveilla difficilement.

Rosalya : Oh mon Dieu, j'ai fais le pire cauchemar au monde.
Lysandre : Qu'est ce que c'était ?
Rosalya : Debrah la sex-friend de Castiel.
Castiel -amusé- : Non, ma kiss-friend !
Rosalya : Oui c'est.....et mon poing il peut devenir ton kiss-friend ?

Castiel porta une main à sa poitrine faisant semblant d'être vexé.

Castiel -faisant semblant d'être triste- : Pourquoi tant de méchanceté ?
Rosalya : Pour Kate !

Castiel et Lysandre se regardèrent, ils ne comprenaient pas.

Lysandre : Rosalya, c'est quoi cette histoire avec Kate ?
Rosalya -se cachant sous les draps- : Rien du tout.
Lysandre -tirant un peu les draps- : Rosalya ?
Rosalya -retenant les draps sur elle- : Laissez moi quelques instants....s'il vous plait.

Les garçons quittèrent la chambre laissant Rosalya seule. Une fois qu'elle entendit la porte claquer, elle poussa les draps et regarda s'ils étaient bien partis. Elle soupira et s'allongea de côté.

Point de vue de Rosalya

Pourquoi.....Pourquoi je fais ça ? Tu es honnête ça se voit et je te connais, tu es plutôt lucide envers tes sentiments.

Flashback, il y a un mois

Kate : Je ne peux pas vraiment t'expliquer ce qu'à Elisia donc s'il te plait....arrête de me poser des questions...
Moi : D'accord comme tu voudras. -tapant mes mains contre la table- Bon, changeons de sujet !
Kate : De quoi veux tu qu'on parle ?
Moi : En fait, c'est surtout moi qui veux te poser une question.
Kate : Et bien pose là.
Moi : T'es amoureuse de Castiel ?
Kate : Amoureuse ? -réfléchissant- Non.
Moi -souriante- : T'as hésité !
Kate : Non, je suis toujours honnête surtout envers mes sentiments, il n'y a pas à avoir honte. Et puis tu es mon amie et je te fais confiance donc non je n'ai pas hésité. C'est juste que je réfléchissais si la question était "amoureuse" ou "attirée".
Moi : Ah d'accord....je.....ATTEND QUOI !?
Kate -sirotant son cocktail- : Bah quoi ?
Moi : Tu m'as bien dit que tu étais toujours honnête et que tu étais assez proche de moi pour me parler de tes histoires de coeur.
Kate : Oui pourquoi ?
Moi : Donc tu me considères assez comme une amie pour tout me dire ?
Kate : Bah oui, tu es ma meilleure amie. Des meilleures amies ça se dit tout non ? Tu me racontes tout donc je te raconte tout.

Cette remarque me fit rougir. Kate est vraiment une personne d'exceptionnelle. J'ai des tas de questions sur son passé mais je vois que ça la tourmente un peu. Elle a raison, on est meilleures amies et je ne veux pas la déranger. Elle me raconta quand le voudra mais bon, là, c'est une autre question que je me dois de poser.

Moi : Tu es attirée par Castiel ?
Kate : Quoi ?
Moi : Tu m'as dit -imitant sa voix- C'est juste que je réfléchissais si la question était "amoureuse" ou "attirée".

Kate rigola de mon imitation qui, c'est vrai, était foiré.

Moi : Donc, -les yeux pétillants- Tu es attirée par Castiel ?
Kate : De façon libidinal ?
Moi : Bah oui de....de façon luxurieuse, physiquement, sexuellement, attirée quoi !
Kate : Si c'st ça, alors oui.

Je lui cracha mon soda à la figure.

Kate -se passant une serviette sur le visage- : Très appréciable, merci Rosa.
Moi : Dé....désolée...Genre mais...donc t'es amoureuse de Castiel.
Kate : Bah non, je suis "sexuellement" attirée, c'est physique mais je ne ressens pas de sentiments amoureux.
Moi : Attend-tend-tend ! Tu es physiquement attirée par lui, tu n'aimes pas quand les autres filles le draguent. Tu es donc amoureuse !

Kate rigola.

Kate : Je n'aime pas quand des filles draguent mes amis alors mon meilleur ami ! Et puis je n'ai jamais étais amoureuse mais je peux te le dire que je ne suis pas encore.
Moi : Si tu le dis....mais tu es sûre, parce qu'être attirée c'est un peu être amoureux, non ?
Kate : Les hommes qui vont voir des prostitués sont attirés par elles mais pas amoureux.

Soudain on se figea.

Kate : Me dit pas que je viens de.....
Moi : Si...tu viens de comparer Castiel à une pute...

Nous éclatâmes de rire.
Je la regarda dans les yeux, elle est honnête, elle n'est pas amoureuse de Castiel.

Moi -posant une main sur la sienne- : Tu me promets que si un jour tu te rends compte que tu l'aimes, tu me le dis.
Kate -souriante- : Promis !
Moi -sourire malicieusement- : Alors comme ça on est trouve on désir physiquement notre cher Castiel ?

Kate rougit lourdement et moi j'éclata de rire. Mon Dieu c'est dingue, j'adore parler avec cette fille !

Back in reaity

Même en sachant qu'elle ne l'aime pas, je ne peux pas m'empêcher d'être triste pour elle quand Castiel embrasse Debrah ou plutôt quand cette pute embrasse Castiel.

Point de vue de Kate

Elles ont toute les deux abandonnés. J'étais assise à l'écart des autres. Dans une pièce où il n'y avait pas de télé pour observer le combat Kae et Nadège. Mes cheveux m'arrivent maintenant dans le milieu du dos. Quand tante Mei va voir ça,  je serais morte.

Flashback, il y a quelques instants

Putain de merde ! Linda a claqué la porte alors que tout mes cheveux n'étaient pas passés, je suis désormais comme une conne bloquée parce que j'ai bloqué mes cheveux avec une porte qui ne s'ouvre que de l'autre côté. Désolée tante Mei mais j'ai pas le choix là.
Chapitre 21
Je me coupa les cheveux avec le couteau, mes cheveux tombant par-terre s'arrête désormais dans le milieu de mon dos, c'est sûr que ça change. Bon, il faut que je retrouve les deux autres.

Back in reality

Ça fait bizarre de ne plus à avoir besoin de faire vingt cinq tour quand je m'attache les cheveux. Maintenant que mes cheveux sont à la longueur que je voulais, je ne me sens plus obligée de me les attacher mais je vais les garder en queue de cheval pour la final.

Point de vue extérieur. Du côté de Kae et Nadège.

Nadège était dans le champs de vision de Kae. Mais selon les calculs exactes de Kae, si elle tire sur Nadège, certes elle tombera à l'eau mais avant elle se fracassera la tête contre la barre en fer sur laquelle elle marche. Kae ne connait pas la résistance de Nadège, un coup aussi violent peut être bien trop violent. Kae ne voulait pas vraiment blesser Nadège. Elle ferma les yeux mais quand elle les rouvrit, elle avait perdu Nadège. Soudain, elle sentis un souffle dans son cou.

Nadège : Tu as peur de me blesser ? Dommage, parce que pas moi !

Nadège agrippa le cou de Kae et la balança dans l'eau. Kae était chamboulée, elle se sentait minable. Elle se dirigea, le regard vide, vers le sol. Nadège sauta dans l'eau et arriva quand même à terre ferme avant Kae, tombée trois minutes avant elle pourtant. Quelque chose s'était cassé en Kae....cette phrase....

Flashback

Kae : Tu n'es pas invincible.
??? : Et toi tu es minable.

Elle s'avança pour le frapper mais se résigna au dernier moment.

??? : Tu as peur de me blesser ? Dommage, parce que pas moi !

L'homme d'une quarantaine d'années lui mit un immense coup de poing. La jeune fille aux cheveux blancs fut propulsée à quelques mètres, la lèvre inférieur éclatée, la joue gonflée et les yeux embués de larmes, sa tête tournée.

??? : Tu es faible Kae. Tu es une erreur sur ce monde. Tu aurais du crever !
Kae : Je reviendrai...
??? : Quand ?
Kae : Une semaine avant Noël.

L'homme se crispa en entendant cette date.

??? : D'accord, tu viendras reprendre ta raclée le jour de ton anniversaire.

Back in reality

Kae au sol, faisait paniquer tout le monde, se demandant si elle allait bien. Elle était les genoux au sol, ses bras tendus la tenant, le visage paré de larmes et le visage regardant le sol.
Nadège arriva vers elle, l'air froid. Kae leva la tête pour la regarder.

Nadège : Un moment, tu m'as dis que tu ne serais jamais première d'une Season fights et moi je t'ai dis le contraire. J'avais tord. Tu es faible. Je ne sais même pas ce que tu fais dans ce genre d'agence, tu n'as ni force, ni talent particulier, ni courage. Surtout, comparé à nous, tu n'as aucune motivation. Rien qui te pousse. Rien à protéger. Aucune raison d'être ici. Aucun but. Si tu n'es pas capable de me frapper, moi, sous prétexte que « tu ne veux pas me faire du mal », tu vas te faire dévorer. Arrête d'espérer tu...
Britany : ARRÊTE !

Tout les regards se tournèrent vers elle. Celle qu'on appelait la muette venait de parler. Celle qu'on ne voyait jamais, attirait tout les regards. Elle s'approcha d'un pas décidé et poussa violemment Nadège qui en perdit presque l'équilibre.

Britany : Maintenant Nadège, boucle là ! C'est pas le moment !
Nadège -hautaine- : Je ne fais que lui dire la vérité.
Britany : Ta vérité tu t'la garde !
Nadège : Elle est faible et...

C'en fut trop, Britany balança un violent coup de poing dans le visage de Nadège, toute les personnes autour furent horrifiées. Nadège la regarda avec un visage des plus énervé et la saisit par le col. Britany ferma les yeux sachant qu'elle frappait fort mais au moment où Nadège allait lui assigner un coup, l'haut parleur s'enclencha.

Annonce : Les deux finalistes : Kate OWEN et Nadège IBRÀJOVSKY vont mener leur dernier combat dans l'arène.

Nadège lâcha Britany.

Nadège : Tu as de la chance, celle que je veux vraiment tuée va bientôt être face à moi.

Alors que Nadège se dirigea vers l'arène suivie par tout les anciens participants, désormais spectateurs, Britany aida Kae à se relever.

Dix minutes plus tard

Les deux finalistes étaient l'une en face de l'autre dans une cage en grillage.
Le combat commença normalement, mais au bout d'un moment Nadège se stoppa.

Nadège : J'avais oublié.

Nadège retira le collier avec la bille en verre et la balança sur le côté, le collier passa par un carreau du grillage les entourant, le faisant dégager de l'arène.

Nadège : Symbole d'abandon ? Je ne veux pas accidentellement le casser, la fin du combat sera la mort et rien d'autre.

Nadège couru vers Kate sous le regard choqué de tous même des dirigeants. Comme d'habitude Nadège donnait des coups que Kate esquivait sans problème ce qui l'énervé énormément.

Nadège : MAIS BORDEL OWEN BAT TOI !

Effectivement celle ci esquivait mais ne donnait aucun coup.
Ryo derrière sa télévision montrant le spectacle, se senti mal. Nadège, elle était entourée d'une aura qu'il n'avait vu que sur une seule personne auparavant. Il ne l'avait ressenti que sur Kate. Cette aura, ce que Nadège appelle la <<Soif de sang>>, elle l'avait aussi, ce qui terrifia Ryo. Linda aussi la sentie.

Linda : C'est étrange...
Thomas -se tenant toujours le nez- : Quoi ?
Linda : Déjà, Kae n'est pas là. Et puis...le spectre coloré de Nadège...il a changé...il ressemble beaucoup à celui de la Sanguinaire.....où alors est ce l'aura de Kate qui prend trop de place.

Mais cette soif de sang, celle qui animait Nadège. C'est Kate qui la ressentait le plus et qui la vit. Elle ne put s'empêcher de pouffer de rire.

Nadège -enragée- : QU'EST CE QUI TE FAIT RIRE !?
Kate : Je suis désolée de te l'apprendre Nadège mais...tes yeux sont rouges
Nadège : Quoi ?
Kate : Ce que tu appelles la <<Soif de sang>>, tu l'as aussi. Nous.....sommes.....pareilles....
Nadège -folle de rage- : NE ME COMPARE PAS À TOI !

Nadège donna un immense coup de poing, puis un autre sur l'autre joue. Kate riait.

Nadège : ARRÊTE DE RIRE ! ET BAT TOI ! REVEILLE LA ! TA PUTAIN DE SOIF DE SANG !
Kate : Pourquoi me battre ?

Nadège se stoppa, Kate était dos à elle, essuyant le sang sur ses lèvres.

Nadège -folle- : En fait je comprends pourquoi elle ne se réveille pas. Plutôt que de t'avoir pour soeur, Azumi préfère crever !

Kate se figea et Nadège sourit. Kate se retourna très lentement, comme si elle était en métal et rouillée. Elle avait les yeux rouges et tremblait tellement qu'elle lâcha son couteau.
Linda et Ryo n'arrivaient pas à voir leurs yeux rouges mais sentaient que quelque chose avait changé dans leurs auras.

Kate -folle de rage- : Okay IBRÀJOVSKY....tu veux jouer, on va jouer....Soif de sang contre Soif de sang. 

Nadège se jeta vers Kate et lui mit un coup de poing immense, Kate fut balancée contre le grillage et entrelaça ses doigts entre les carreaux du grillage pour se rattraper, à peine a t-elle eu le temps de se retourner que Nadège lui mit un coup dans le ventre puis un uppercut. Kate cracha du sang sur le visage de Nadège avant de saisir ses cheveux rouges et de balancer son visage contre le grillage. Nadège se retourna vite fait et se mit à étrangler Kate, leurs jambes s'entremêlant, elles tombèrent à le renverse. Nadège était à califourchon sur Kate. Nadège étranglait l'anglaise qui lui mit un coup de genou dans le bas du ventre ce qui la fit reculer. Nadège fut dégagée tellement violemment, qu'elle avait des morceaux de peau appartenant à Kate accrochés à ses ongles manucurés.

Ryo, derrière son écran était tétanisé. Elles avaient laisser les armes pour laisser parler leurs haines respectives.

Orihime -se levant- : Il faut les arrêter elles vont se tuer !
Ryo -attrapant sa main- : Je.....j'en sais rien...

Jeff, Neria et Orihime furent choqués, ils n'avaient jamais vu Ryo aussi impuissant.

Nadège se saisit d'une barre en fer présente au coin de l'arène et frappa Kate avec. Kate tomba au sol. Nadège était essoufflée, sa soif de sang lui quémandait énormément d'énergie, Kate aussi mais l'ayant depuis très jeune, elle avait appris à un peu la contrôler. Kate saisis le couteau qu'elle n'avait pas laisser tomber et le planta dans la jambe de Nadège qui s'écroula sous la douleur. Les deux se relevèrent difficilement, elles avaient toutes les deux dépassé leurs limites. Nadège plaqua Kate contre le grillage et l'étrangla.

Nadège : ECOUTE MOI BIEN SALOPE ! JE VAIS TE TUER COMME TU L'AS FAIT AVEC EUX !

Kate donna quatre coup de pied dans le ventre de Nadège qui la lâcha. Puis Kate lui donna une avalanche de coup de poing sans se stopper jusqu'à ce que Nadège tombe au sol. Kate s'assit à califourchon sur elle et replanta son couteau, exactement au même endroit qu'il y a quelques minutes. Nadège hurla à la mort. Kate l'assaillit de coup de poing en pleurant. Kate allait enfin lâcher tout ce qu'elle pensait de cette histoire.

Kate -continuant à la frapper- : Ecoute moi bien pouffiasse ! Je sais que ton string est tellement serrée que ton cerveau manque d'oxygène et que déjà de base tu es conne mais là je te demande d'utiliser tes trois neurones potables pour m'écouter très attentivement. Je ne les ai pas tué et sans moi Ayron serait mort comme eux ! C'est grâce à moi s'il est encore là ! Donc je sais que vu ton QI inversement proportionnelle à ta poitrine, c'est compliqué de comprendre une information aussi simple mais je vais te le dire et je ne le répéterais pas ! ARRÊTE DE ME CROIRE COUPABLE ET OSE POSER DES QUESTIONS !

Kate la frappa de plus en plus fort et Nadège commença à perdre connaissance. C'en fut trop, Ryo fit un signe à toute les équipes de secours pour intervenir. Neria, Orihime et Jeff se précipitèrent également vers l'arène.

Kate -frappant de plus en plus fort- : JE VAIS TE TUER AUJOURD'HUI ET LÀ ON POURRA M'ACCUSER D'UN MEURTRE QUE J'AURAIS VRAIMENT COMMIS ! 

L'état de Nadège était indescriptible, morte ou en vie, personne ne le savait mais Kate n'en démentit pas et continua ses coups. Ses larmes de colère se transformèrent en larmes de tristesse et de désespoir.

Kate : J'AI ESSAYÉ ! J'AI VRAIMENT ESSAYÉ ! DE LES SAUVER ! CEUX QUI ÉTAIENT COMME DES DEUXIÈME PARENTS POUR MOI ET C'ÉTAIENT LES TIENS ! TA MÈRE ! C'ÉTAIT GRÂCE À TA MÈRE QU'ON ÉTAIT DEVENUES MEILLEURES AMIES ! ON SE CONSIDÉRAIT COMME DES S¼URS ! TU T'EN SOUVIENS OU PAS !? TU AVAIS BEAU ÊTRE PLUS VIEILLE QUE MOI, C'ÉTAIT MOI LA GRANDE S¼UR ! CELLE QUI TE PROTÉGEAIS, TE RASSURAIS MAIS SURTOUT QUI TE DÉFENDAIS ET TOI, À LA PLACE DE ME LAISSER M'EXPLIQUER TU AS MIS UN TERME À NOTRE AMITIÉ ET TU AS BRISÉ MES SENTIMENTS. PENDANT DES ANNÉES J'AI ÉTÉ FROIDE ET SANS C¼UR ! TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE MA MEILLEURE AMIE QUE JE CONSIDÉRAIS COMME UNE S¼UR, N'ÉTAIT PAS CAPABLE DE CROIRE EN MOI ! ON NE M'A JAMAIS FAIT CONFIANCE ! JAMAIS ! ET POUR UNE FOIS QUE QUELQU'UN, TOI, M'ACCORDAIS SA CONFIANCE, IL A FALLU QUE JE DÉCOUVRE QUE C'ÉTAIT FAUX ! TES DISCOURS SUR NOTRE AMITIÉ, NOTRE BELLE SORORITÉ A ÉTÉ GÂCHÉE PARCE QUE TU AVAIS PEUR ! PEUR DE TROUVER UN COUPABLE ! PEUR DE VOIR QUE LE MONDE FAIT MAL ! C'EST TELLEMENT PLUS FACILE DE TROUVER UN COUPABLE COMME MOI ! ON FOND, POUR TOI J'ÉTAIS LA COUPABLE IDEAL TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE TU SAVAIS QUE JE T'AIMAIS, TU SAVAIS QUE JE N'OSERAIS JAMAIS TE FAIRE DU MAL ! ALORS AU LIEU DE CHERCHER QUI ÉTAIT VRAIMENT CELUI QUI AVAIT FAIT ÇA, QUELQU'UN QUI AURAIT SUREMENT PU TE TUER, TU AS PRÉFÉRÉ ME PRENDRE MOI, PARCE QUE TU SAVAIS QUE JE NE TE FERAIS RIEN ! MAIS J'EN AI MARRE ! MARRE DE CULPABILISER POUR QUELQUE CHOSE QUE JE N'AI PAS FAIT ! MARRE DE VOIR CELLE QUE J'AIMAIS TANT ME HAIR ! MARRE D'AVOIR RENDU TRISTE DES TAS, DES TAS ET DES TAS DE PERSONNE À CAUSE DE TOI !!! JE TE HAIS ET JE VAIS TE TUER NADÈGE !

À ce moment, deux bras entourèrent Kate et la souleva. Elle se débattait comme une diablesse mais ses limites étant dépassées depuis déjà bien longtemps alors elle cligna les yeux plusieurs fois, exténuée. Ses yeux redevinrent violets puis se fermèrent mais les larmes coulaient toujours. Jeff, celui qui la portait, la colla contre son torse, elle pleurait même évanouie, cette vision le rendait très triste. Neria et Orihime s'approchèrent pendant que les équipes de soin placèrent Nadège sur une civière, ils l'emmenèrent directement à l'infirmerie. Le silence était plus que présent. Ryo tremblait, il venait d'assister au pire combat de sa vie.
Les assassins étaient morts de peur, aucun n'osait parler. Alex posa sa tête sur l'épaule de Thomas et enfouit sa tête dans son cou. Il lui prit également la main. Thomas voulait le faire dégager mais il sentit un liquide coulait le long de son torse. Alex pleurait mais silencieusement. Il ne tremblait pas. Il ne se faisait pas remarquer. Comme s'il voulait se retenir ce qui n'était jamais arrivé. Ce n'était pas le genre de larmes que lâchaient  Alex d'habitude. Là, il était vraiment dépassé par les événements. Alors, Thomas, à la place de le repousser comme il le ferait d'habitude, passa son bras autour de sa taille et l'approcha de lui. Leurs deux torses étaient collés. Alex passa ses bras autour du cou de Thomas et pleura de plus belle. Linda les regarda. Elle qui devrait avoir un sourire immense, ne put qu'affichait un faible sourire compatissant. Elle posa une main aimante sur le dos d'Alex. Alex sentit quelque chose coulait sur son front. Il comprit tout de suite ce que c'était.

Alex : Pourquoi tu pleures Thomatchi ?
Thomas : C'est à cause de toi....abruti !

Thomas sentit Alex sourire dans son cou. Linda posa sa tête sur la côte de Thomas puis saisit son téléphone et appela Kae qui était rentrée dans son orphelinat.

Du côté de Kae

Ça fait quelques minutes que Louise tapait comme une folle à la porte de la chambre de Kae. Kae s'était enfermée seule, allongée en position f½tale sur son lit. Louise était affolée, elle voulait savoir pourquoi une de ses pensionnaires était rentrée à 8H, mouillée et ensanglantée. Le téléphone de Kae sonna, celle ci le regarda et vis afficher le nom <<Linda>>, elle raccrocha. Comme elle avait encore son téléphone dans les mains, elle partit dans ses messages et en envoya un.

<<De : Kae
À : ????

Finalement, le jour de mon anniversaire je ne viendrais pas. Tu as gagné. Je ne suis qu'une minable ! Tu avais raison.....papa....>>


Fin de la saison 1

Tags : Ryo - Orihime - Neria - Kiss - Nina - révélation - sentiment - tristesse - colère - peur - Alex - Thomas - Kae - Kate OWEN ♥ - Jeff - Rosalya - Lysandre - Castiel - Debrah - Vengeance - sentiments - Nadège IBRÀJOVSY - Linda - L'Elite - Amour Sucre Fan Fiction - Agence SAKAWA - Winter fights - secteurs - parents - passé - souvenir - Chapitre 21 - Fin de chapitre - Merci - Je vous aime ❤